Mauvais arbitrage contre l’EN : Belmadi se révolte et avertit

Le sélectionneur national, Djamel Belmadi, s’est exprimé longuement sur les ondes de la radio Chaîne III, vendredi. Les deux dernières sorties face à la Zambie et le Botswana, l’arbitrage, les prochaines élections de la FAF, le coach des Verts en parle avec sa franchise habituelle.

Certes, il y a beaucoup de points positifs sur lesquels le sélectionneur national peut disserter allègrement, comme le fait d’avoir bouclé la campagne éliminatoires à la CAN 2022 sur deux bons résultats, ou encore cette magnifique séries de 24 matches sans défaite. Mais vendredi, Djamel Belmadi avait plus à (re)dire sur l’arbitrage. Il découle clairement à travers ses propos qu’il n’a pas encore digéré la prestation de l’homme en noir lors de Zambie - Algérie, un match au cours duquel le referee avait « frôlé le ridicule » à travers ses décisions biscornues.

«C’est l’Algérie en tant que pays qui est visée !»

Mais Djamel Belmadi s’attaque au système tout entier. « Ils ne respectent plus rien. Ils sont là, et ils se f….de nous. Je me pose forcément des questions et encore une fois, la CAF a mal géré les choses. Le scandale du match face à la Zambie avec un tel arbitre qui, du haut de son statut et sa grandeur, il est en plus gendarme de métier dans son pays, se moque du monde comme ça et comme si cela ne suffit pas, on nous colle un arbitre burkinabé le match d’après», a asséné clairement le technicien de 45 ans qui n’intègre toujours pas le fait que la CAF a désigné un arbitre burkinabé pour le match Algérie -Botswana.
« De toutes les nationalités qui existent en Afrique, il aura fallu qu’on tombe sur un Burkinabé! », proteste Belmadi à juste titre d’ailleurs lorsqu’on sait que l’Algérie affrontera le Burkina Faso le mois de juin prochain lors de la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022, comme il l’a clairement expliqué. « J’aimerai bien aller voir la Tunisie, le Maroc ou encore l’Egypte. C’est des équipes fantastiques. J’aimerai bien voir si elles ont droit au même traitement (…) si les arbitres se comportent de la même façon », a-t-il dit en substance. A travers ses mots emprunts de colère, Belmadi lève le voile sur un complot qui se tramerait contre l’équipe nationale d’Algérie, mais qui vise directement l’Algérie en tant que pays, comme il a tenu à le souligner.

«Mon souhait, affronter de très grandes équipes européennes.»

Déjà focus sur la suite, Djamel Belmadi a arrêté son programme de préparation en prévision des matches des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022. En dehors des matches officiels, le sélectionneur national veut affronter des équipes de haut standing avec des profils bien définis.
« On a besoin de jouer contre des équipes qui pratiquent une défense basse et qui se projettes vers l’avant », dit-il ou encore «Des équipes qui vous pressent très haut. Car on a besoin de travailler sur cet aspect-là. C’est à dire comment sortir d’une phase défensive très vite avec le ballon ». «Nous allons travailler incha Allah avec l’idée d’affronter de très très grandes équipes européennes», promet-il.

«J’espère qu’avec le futur président de la FAF, l’EN continuera d’avancer.»

Enfin, le sélectionneur national est revenu sur sa réunion « avec les hautes autorités du pays », précisant que c’est une réunion « qui était prévue. Je n’ai jamais demandé à rencontrer quiconque, contrairement à ce qui a été dit ça et là.
Il faudra se mettre d’accord que je n’ai jamais outrepassé mon rôle de sélectionneur national. Je suis toujours resté dans mon rôle. On m’a posé des questions et j’y répondu.
Croyez-moi, je n’ai aucune difficulté à situer mes prérogatives et ma place », a-t-il dit. Sur les future élections de la FAF, le sélectionneur des Verts a dit espérer « qu’il y aura toujours la même symbiose et qu’on continuera tous à fédérer pour le même objectif.
Car il est faut et malhonnête de croire que durant ces trois dernières années, il n’y avait que les staffs et les joueurs. La fédération et l’équipe, nationale, c’est un ensemble qui fonctionne ensemble, chacun à sa place certes, mais pour un projet commun. C’est malhonnête de dire que le mérite ne revient qu’au staff et les joueurs.
Que le futur président ait le même souci que M. Zetchi de toujours performer. Je souhaite au même titre que tout le peuple algérien que l’équipe nationale continue d’avancer. Continuer à performer. Il y a eu une fédération qui a fait un bon travail. Excusez-moi d’être égoïste, mais je ne voudrai pas que demain les choses tournent au vinaigre, me retrouver avec des freins çà et là (…) », a-t-il précisé.
Amar B.

Sur le même thème

Multimedia