Accidents de la route : La part des motocycles

Le confinement, les restrictions de déplacements rendues obligatoires pour la circonstance n'ont pas eu d'effet sur le terrorisme routier qui continue, comme d'habitude, de faucher des vies humaines tous les jours. Voitures, autobus, motos et autres reviennent pour être au cœur de l'actualité quotidienne. C'est un fait : Les sinistres routiers attendent les automobilistes à chaque tournant. Ils se transforment même en destin inévitable. Les accidents ne répondent à aucune logique, si ce n'est celle de l'absurde. En effet, toutes les théories sont prédestinées d'avance à foirer ou dans les meilleurs des cas à prendre de court toutes les suppositions et les suggestions. Prendre la route évoque toujours un drame, une vie basculée, bref, une «catastrophe» en bonne et due forme à même de prendre tous les aspects possibles et imaginables. Les moyens sont certes différents et variés mais conduisent tous au seul résultat, à savoir des bilans lourds et des victimes qui font allonger les statistiques des services de sécurité.
En fait, il ne se passe pas un jour, sans qu’on enregistre des automobilistes et des piétons qui paient cher l'utilisation de cette belle invention, destinée pourtant à rendre leur vie plus facile et plus agréable.
Aujourd'hui, une mauvaise utilisation de la «limaille», , est, très souvent, à l'origine de ce fléau ravageur, considéré par les spécialistes comme étant un problème de santé publique, au même titre que les cancers et les maladies cardiaques, pour ne citer que celles-ci.
Les chiffres sont de plus en plus inquiétants avec un triste record réalisé par l'Algérie dans ce domaine pour figurer parmi les pays les plus touchés par les accidents de la route. Il suffit de rappeler qu'en deux jours, 11 personnes ont été tuées et 18 autres blessées dans 12 accidents de la circulation, enregistrés à travers le territoire national.
Si par le passé, l'hécatombe routière était plutôt imputée aux quatre-roues, sous toutes leurs formes et leurs différents gabarits, l'apparition, ces dernières années, du scooter et du motocycle, adoptés par les Algériens et plus particulièrement les jeunes, a fait que le nombre des victimes des sinistres routiers soit en recrudescence. Il y a quelques jours, un jeune a été fauché à Oued Ouchayah.
Dans certaines villes du pays, les motocycles sont à l'origine de près de 8% des accidents survenus en 2020. Au total, ce sont plus de 600 accidents. Les motards sont à l’origine de milliers d’accidents annuellement. Les conducteurs de motocycles sont impliqués dans 605 accidents durant les premiers mois de l’année en cours.
Il faut rappeler, par ailleurs, qu'en 2019, les bilans ont fait ressortir près de 3.000 accidents sur une période de neuf mois. C'est dire l'ampleur de la catastrophe qui renvoie à la multiplication des efforts en termes de la sensibilisation qui devrait être aussi l'affaire du citoyen et pas seulement du centre national de prévention et de sécurité routière ou encore les services de sécurité, pour arriver à l'éradication de ce fléau.
Samia D.

/////////////////////////////////

28 morts et 1.240 blessés en une semaine

Au total, 28 personnes ont trouvé la mort et 1.240 autres ont été blessées dans 1.057 accidents de la circulation enregistrés durant la période du 1er au 7 novembre à travers le pays, selon un bilan hebdomadaire rendu public mercredi par la Direction générale de la Protection civile (DGPC).
Le bilan le plus lourd a été enregistré dans la wilaya de Béjaïa avec 2 personnes décédées et 39 autres blessées, suite à 24 accidents de la route, précise la même source. Les éléments de la Protection civile ont, par ailleurs, procédé à l'extinction de 1.794 incendies urbains, industriels et autres, et à l'exécution de 6.452 opérations d’assistance à des personnes en danger et à d'autres opérations diverses.

Multimedia