Tizi Ouzou, Azra : un village à la beauté époustouflante

Sacré village le plus propre de la wilaya de Tizi Ouzou par le concours Rabah-Aïssat du village le plus propre, Azra est un véritable havre de paix où le principe «vivre ensemble en paix et solidarité» trouve pleinement son sens.

Accroché à une crête rocheuse d’où son nom, Azra, bel endroit fleuri du grand village Tifra, dans la commune maritime de Tigzirt, est un petit village où la propreté ne laisse personne indifférent tant elle est frappante, a-t-on constaté lors de notre visite effectuée le deuxième jour de l’Aid El Fitr. Pas le moindre déchet à travers les placettes et les allées de ce beau village. Des fleurs de différentes couleurs et senteurs y sont partout. En sillonnant le village, le visiteur ne peut être qu’ébloui par ces allées fleuries, les fresques et peintures sur les murs ainsi que les niches pour le tri sélectif des ordures. Ce village est désormais sorti de l’anonymat grâce au génie et à la solidarité effective de ses habitants. Plus ou moins larges et superbement tracées, les ruelles bitumées que nous avions empruntées pour visiter ce village, lauréat de ce concours qu’organise annuellement l’Assemblée populaire de wilaya (APW), sont bordées, de part et d’autre, de belles roses et autres fleurs en cette journée printanière. En plus de cette nature verdoyante et chatoyante qu’offre ce village, ses hôtes sont aussi appelés à découvrir de si beaux trésors merveilleusement façonnés par les hommes et les femmes de cette bourgade, qui se sont investis inlassablement et durablement pour arracher la première place de cette compétition, à la gloire de la propreté et la protection de l’environnement dans les villages de la wilaya de Tizi-Ouzou. Pour y arriver, il a fallu près de trois longues années de labeur et de mobilisation sans faille de tous les enfants du village qui se sont investis comme un seul homme pour faire de leur village un véritable joyau où la quiétude et le bien-être sont les maîtres mots. Dans ce village de quelques centaines d’habitants, l’art et la propreté vous accueillent et vous accompagnent du seuil de son accès jusqu’à sa sortie. Cet art se matérialise par les dizaines de peintures et fresques murales qui embellissent les coins et recoins du village et aussi par une ancienne fontaine et un nouveau forage s’y trouvant sur la rive droite et au pied de cette imposante crête rocheuse, en contrebas de laquelle est niché ce hameau. Avec son architecture traditionnelle, cette fontaine à l’eau fraîche est l’âme du village et témoin de son passé si lointain. La fontaine dont l’eau est d’une fraîcheur exaltante est réalisée en 1937, alors que le forage est l’œuvre d’un citoyen bénévole du village, suite au maque d’eau dont souffraient les villageois, surtout en période estivale, selon des panneaux explicatifs plantés aux seuils des ces points d’eau. «Avec ce nouveau forage, le village est désormais à l’abri de toute pénurie d’eau, y compris durant la saison estivale», se réjouit un citoyen qui était sur les lieux au moment de notre présence en compagnie de plusieurs autres hôtes venus découvrir ce beau village. Toute utilisation de la fontaine du village est soumise à des règles. A titre illustratif, l’accès à la fontaine pour les personnes étrangères au village est limité de 10h à 17h et la quantité d’eau autorisée durant la saison estivale est limitée à seulement 40 litres et ce, dans la but de préserver cette ressource. Les usagers de cette fontaine sont également instruits de garder les lieux propres et de ne pas empiéter sur les terrains avoisinants qui sont des propriétés privées, lit-on sur un grand panneau sur lequel sont également transcrites «les règles de l’utilisation de Thala». La pratique, en amont, du tri sélectif des déchets ménagers est là un vecteur de la propreté qui est une réalité dans les moindres coins et recoins de ce village. Ne disposant pas de décharge publique, les habitants de ce village trient en amont leurs déchets ménagers avant des les entreposer dans des bacs à ordures réservés chacun pour un type d’ordures (plastique, verre et papier) et installés un peu partout au village. Les déchets recyclables sont récupérés par les transformateurs alors que les ordures organiques sont compostées à domicile par les citoyens qui ont été préalablement formés à cette activité, expliquent les membres du comité de ce village. Un manège est aussi réalisé en hauteur de la placette du village offrant ainsi, à titre gracieux, aux enfants un espace de détente et de loisirs. En bas de cette placette, et plus précisément au lieudit Tighilt n’Azra (crête d’Azra) c’est un vestige datant de l’époque coloniale que les habitants du village ont décidé de laisser en l’état pour témoigner de ce que fut la colonisation et ses atrocités contre la population.
Ce vestige est une ancienne guérite, «tagarit», comme l’appelait la population locale, construite en 1958 par l’armée française pour contrôler les déplacements des moudjahidine, surveiller leurs mouvements et les bombarder, le cas échéant, selon un panneau planté près de ce poste avancé. Sa restauration aujourd’hui vise à perpétuer la mémoire de tous ceux qui se sont sacrifiés pour arracher l’indépendance de notre pays, dont les 57 martyrs de la localité de Tifra. Ce poste avancé est actuellement entouré de belles et somptueuses villas de la même couleur, toutes parées de belles fleurs. Un décor subliminal qui ne cesse de subjuguer par sa beauté, ses jardins botaniques qui séparent les maisons, sa propreté irréprochable et l’air marin qui y souffle et oxygène l’atmosphère en cette journée printanière. Le secret de cette fulgurante réussite ayant métamorphosé totalement ce village est la parfaite organisation mise en place par les habitants par le biais de leur comité de village qui a coordonné tous les travaux de réhabilitation et d’embellissement qui sont couronnés par l’obtention de ce premier. «Nous avons mis à profit le confinement sanitaire pour augmenter la cadence de nos travaux en intensifiant les volontariats», nous dira un citoyen rencontré sur place lors de notre virée. En plus de cette extraordinaire mobilisation, le village possède un atout de taille pour réussir ce genre de défi, à savoir la ressource financière nécessaire pour mener à terme ce programme de rénovation et d’embellissement. En effet, en sus des cotisations habituelles des habitants, l’apport de la communauté du village établie à l’étranger a fortement contribué à la réussite de cette opération, relèvent-on. Tout cet élan de solidarité est encouragé et renforcé par l’apport considérable de l’enfant du village et l’industriel Mohamed Medjkane, propriétaire de la laiterie «Tifra Lait» qui n’a lésiné sur aucune dépense pour ramener son village à la première loge des villages les plus propres de Tizi-Ouzou, reconnaissent ses concitoyens qui lui ont rendu un vibrant hommage lors de l’annonce des résultats de ce concours. Cette extraordinaire dynamique citoyenne ne semble pas s’arrêter en si bon chemin, puisque des projets sont en cours de maturation à l’effet de les concrétiser dans les meilleurs délais.
La réalisation d’un château d’eau pour emmagasiner la ressource hydrique dont regorge cette colline surplombant le village, l’aménagement du stade à l’effet de le mettre aux normes et aussi et surtout encourager le tourisme dans ce village situé à moins de dix kilomètres du littoral. Concernant cette dynamique touristique qu’espère enclencher le comité de ce village, un appel est déjà lancé aux propriétaires des maisons inhabitées afin de les aménager et les équiper pour servir de «maisons d’hôtes» qui accueilleront des vacanciers durant les saisons estivales qui connaissent un flux important de touristes. En plus du tourisme balnéaire, cette dynamique vise aussi à développer le tourisme culturel dont regorge toute la région de Tifra, notamment des vestiges de l’époque romaine. La beauté, la propreté et la splendeur de ce village ne cessent d’attirer des visiteurs après sa consécration comme village le plus propre de la wilaya. Parmi ces visiteurs, on compte jusqu’à ce jour deux hôtes de marque ayant tenu à faire le déplacement à ce village qui est sorti de sa torpeur et son anonymat grâce à la formidable mobilisation des ses habitants. Il s’agit des ambassadeurs de la Russie et de la Pologne en Algérie, accueillis par les représentants du village et les autorités locales durant le mois de ramadhan passé.
Les délégations conduites par ces Ambassadeurs ont été fascinées par l’organisation, le dynamisme et la mobilisation des habitants qui ont réussi à faire de leur village un havre de paix et un hymne dédié à la beauté. «Nous sommes vraiment surpris par l’organisation et l’accueil chaleureux de la population.
C’est quelque chose d’exceptionnel. Cela méritait, d’ailleurs, l’effort de faire le déplacement. Cette conscience pro-environnementale exceptionnelle est appuyée par des liens forts des communautés issues de la région avec leur village natal», avait déclaré Witold Spirydowicz, Ambassadeur de la Pologne, lors de cette visite. «C’est un grand honneur pour notre village de recevoir ces visiteurs de marque. Cela nous encourage à aller de l’avant, persévérer et surtout projeter d’autres initiatives prometteuses pour notre localité», a indiqué un des jeunes très impliqué dans cette dynamique citoyenne. «Les visites des ambassadeurs sont très importantes pour faire connaître le village au-delà des frontières et penser à des perspectives de relance du tourisme dans notre région», avait soutenu, par ailleurs, Moussa Abbou, président de l’APC de Tigzirt, qui était parmi la délégation qui avait accueilli ces deux ambassadeurs.
Bel. Adrar

Sur le même thème

Multimedia