Secteur de l’éducation à Béjaïa : Des retards à combler

«Le secteur de l’éducation dans la wilaya de Béjaïa a lancé une nouvelle organisation depuis 2015. La direction de l’éducation a mis en place une stratégie de communication», affirme Bader Brahim, directeur de l’éducation, qui a présenté le bilan d’activité, lors d’une conférence de presse.

Bader Brahim souligne qu’au 13 décembre dernier, il y a eu 315 contaminations à la Covid-19 dont 91 cas confirmés et 222 cas suspects parmi les enseignants, les élèves et le personnel administratif.
Des subventions supplémentaires variant entre 300.000 DA et 600.000 DA pour les CEM et lycées avec une autorisation d’utilisation des reliquats service hors budget et une subvention pour l’approvisionnement en produits alimentaires pour les demi-pensions et internats qui oscillent entre 90.000 DA à 500.000 DA sont consenties.
Le secrétaire général, Bezza Benmansour, a retracé la situation globale de l’organisation scolaire. Les besoins actuels sont de l’ordre de 17 écoles et 14 cantines. Le palier du moyen est constitué de 160 collèges d’enseignement moyen avec 92 demi-pensions, 3 internats, 84 stades scolaires et 15 unités de dépistage et de suivi alors que 6 CEM, 4 demi-pensions, et 5 unités de dépistage ne sont pas toujours lancés. Les besoins du secteur sont de 8 CEM, 14 internats et 3 stades scolaires. Le cycle du secondaire compte 65 lycées avec 50 demi-pensions, 8 internats, 34 salles de sport et 21 unités de dépistage. Les projets de 2 lycées, 9 salles de sport et 7 unités de dépistage, programmés ne sont pas lancés.
Pour ce qui est des aménagements et grosses réparations, il cite les contraintes rencontrées par la non-conformité de certains établissements scolaires.
Pour ce qui est de l’enseignement de tamazight, une évolution considérable est enregistrée avec des indicateurs de performance.
280 logements d’astreinte ont été libérés durant les trois dernières années dont 60% par voie de justice et 40% libérés à l’amiable. La direction compte 1.047 logements dont 607 occupés pour nécessité et utilité publique, 45 occupés par des extras n’ayant aucune relation avec le secteur, 47 occupés par des familles d’anciens fonctionnaires , 213 occupés par des retraités et 147 destinés à la colocation pour de nouveaux enseignants.

Mustapha Laouer

Sur le même thème

Multimedia