Oran : Les marchés sous la loupe

Une commission de wilaya chargée du contrôle de l’activité des marchés et du suivi des actions de solidarité pendant le mois sacré a été installée, composée des représentants des services de la gendarmerie, de l’action sociale, de l’agriculture et des partenaires sociaux et associations de protection des consommateurs.
Concernant l’activité commerciale et comme chaque année, des dizaines d’espaces de commerce de proximité provisoires répartis à travers les communes ont été autorisés à l’occasion du mois de ramadhan, gérés en coordination avec les comités de quartier et les associations. Pour ce qui est des marchés couverts et non couverts, les communes ont été destinataires de correspondances officielles pour prendre les mesures réglementaires nécessaires afin que les locaux commerciaux aménagés dans les marchés couverts de proximité soient occupés par leurs attributaires . «Il s’agit de structures ayant coûté au Trésor public des sommes colossales et il est anormal qu’elles ne soient ni exploitées ni occupées. Pire, certaines sont livrées au vandalismes», s’indigne un responsable local, ce qui a favorisé la prolifération du commerce illicite et par conséquent l’insalubrité. Au moins 23 marchés de proximité couverts réalisés en coordination avec les APC de la wilaya d’Oran au titre d’un programme national ne sont pas opérationnels. Dans le cadre de ce programme qui a pour but de lutter contre les marchés informels, la wilaya a bénéficié de 40 nouvelles structures. Par ailleurs et en dépit des efforts de l’Etat en vue d’organiser le secteur, force est de constater qu’une bonne partie des attributaires préfère continuer à sévir dans l’informel et l’anarchie, profitant du laxisme de l’exécutif communal dans certaines villes. L’on apprendra, ainsi, que les services du contentieux et des affaires générales de la commune d’Oran ont adressé il y a quelques semaines des centaines de mises en demeure à l’encontre des attributaires des locaux commerciaux aménagés dans ces marchés afin qu’ils régularisent leur situation vis-à-vis de l’administration en s’acquittant, entre autres, des frais de location. Il faut savoir que les services de la wilaya ont lancé le programme de réalisation de ces marchés afin de favoriser l’insertion dans le secteur commercial légal des personnes versées dans le circuit informel. Les nouveaux espaces commerciaux réalisés devaient entrer en fonction à l’issue de l’opération de recensement de la catégorie concernée, à savoir les agents économiques informels désirant se conformer à la réglementation.
A. S.

Sur le même thème

Multimedia