Béjaïa : Arrestation de l’auteur d’un double meurtre

Les gendarmes du groupement territorial de Béjaïa ont arrêté l’auteur du double meurtre abominable d’une femme âgée de 44 ans et de sa fille de 5 ans qui a horrifié le village Ichekaben, dans la commune de Feraoun. 
Selon le communiqué de la cellule de communication du groupement de gendarmerie, suite à un appel téléphonique du personnel médical  de la polyclinique du village Ichekaben, faisant état de la découverte  de deux corps de sexe féminin, une femme et une fillette présentant des blessures, les gendarmes se sont rendus sur les lieux pour l’ouverture d’une minutieuse enquête qui a montré que les deux personnes ont subi des sévices de l’auteur qui n’est autre que le frère de la femme et l’oncle maternel de la fille, reconverti dans la sorcellerie, et qui a profité de l’absence du mari pour accomplir son acte.
Accompagné de son père, sa mère et sa sœur, le prétendu exorciste avait débarqué au domicile de sa sœur pour une séance d’exorcisme. L’auteur voulait sacrifier au début la petite fille au profit de sa maman, mais cette dernière a catégoriquement refusé. C’est alors que l’exorciste, avec l’aide des membres de sa famille, lui a porté des coups violents ayant entraîné la mort, puis ce fut le tour de sa fille qui a subi d’abominables violences avant de rendre l’âme. Les gendarmes ont interpellé l’auteur du crime et les membres complices de sa famille qui ont été présentés aux instances judiciaires et incarcérés à la prison de Béjaïa.
Une marche silencieuse a été organisée par le collectif du village Ichekaben, regroupant des centaines de jeunes, filles, femmes et hommes, complètement choqués, pour dénoncer le meurtre de Rahima, 44 ans, et de sa fille Manel âgée de 5 ans.
Brandissant des pancartes avec «Justice pour Manel et Rahima», «Non à l’exorcisme, non aux pratiques rituelles» et «Que justice soit faite», les villageois ont sillonné les ruelles à partir du domicile des victimes. Le président de l’APC de Feraoun a fermement condamné cet horrible crime qui a plongé toute la région dans l’émoi.
  Un collectif de citoyens du village Ichekaben s’est constitué partie civile en soutien à la famille.

M. Laouer

Sur le même thème

Multimedia