Unfa : «La société civile doit se mobiliser»

La secrétaire générale de l’Union nationale des femmes algériennes (UNFA) a souligné la nécessité pour la société civile de se mobiliser pour faire adhérer la population au scrutin.
«La société civile doit se mobiliser réellement et prendre au sérieux cet événement pour sensibiliser la population sur l’importance des prochaines élections législatives», a indiqué, à El Moudjahid Nouria Hafsi, qui estime que ces élections constituent une étape importante de l’Algérie nouvelle, le changement viendra du changement des institutions qui doivent être crédibles et bien élues.
Ce tournant important, qui nécessite la mobilisation de tous, doit constituer une opportunité pour réconcilier et unir les Algériens autour du projet d’édification de cette Algérie nouvelle sur des bases solides, en commençant par le renouvellement des membres de l’Assemblée populaire nationale. «Ce rendez-vous électoral est l’un des 54 engagements que le président de la République est en train de concrétiser, lequel mise beaucoup sur la société civile pour faire adhérer la population». L’intervenante dira dans ce contexte que l’UNFA est mobilisée à cet effet, précisant que beaucoup de femmes de l’organisation se sont portées candidates dans toutes les wilayas et dans des listes indépendantes. «Les candidates doivent prouver qu’elles pèsent sur la scène politique et la société en convainquant les électeurs à voter pour elles» a-t-elle expliqué, évoquant la question de la parité sur les listes électorales avec l’adoption pour la première fois de la liste ouverte qui peut poser un problème dans l’application de la parité.
«La société algérienne est-elle réellement préparée à cela et les mentalités ont-elles changé au point de voter en faveur des femmes ?», s’interroge Mme Hafsi qui indique que l’électorat est composé beaucoup plus de femmes que d’hommes. «Plus de 68 % des votants sont des femmes, parmi elles des analphabètes.
Ces femmes vont-elles pouvoir valider leur choix comme elles l’entendent ?
Ce sont des problèmes qui restent posés concernant la parité homme-femme. L’Algérie, qui enregistre actuellement un taux de 33 % de représentativité de femmes dans les assemblées élues, se positionne en 26e place sur le plan mondial et deuxième sur le plan continental».
Notre interlocutrice considère que 2021 sera dédiée à la parité et coïncide avec la célébration du 20e anniversaire de la résolution 1325 des Nations unies sur la parité et d’autres événements phares en faveur de la promotion des droits de la femme. «Je pense que la société algérienne a évolué et les femmes au même titre que les hommes vont se battre pour se faire élire», a-t-elle conclu.
Kamélia Hadjib

Sur le même thème

Multimedia