Tourisme saharien : L’APN s’engage à suivre les préoccupations des acteurs

La Commission de la culture, du tourisme et de la communication de l’Assemblée populaire nationale (APN) a mis l’accent sur «le grand» intérêt qu’elle accorde au tourisme dans le Sud, affirmant «son engagement» à suivre les préoccupations soulevées aux instances de tutelle et à accompagner les efforts déployés pour leur règlement, a indiqué hier un communiqué de la chambre basse du Parlement.
Poursuivant sa visite dans les wilayas d’Illizi et de Tamanrasset, la délégation parlementaire a tenu une séance de travail avec les différents acteurs dans le domaine du tourisme et de la culture, à l’instar des agences de tourisme et des associations culturelles et locales.
Le président de la commission, Lakhdar Nadri, a souligné «le grand intérêt» qu’accorde la commission à la région, indiquant que cette visite a pour objectif de «s’enquérir de près des problèmes et entraves auxquels fait face l’activité touristique et culturelle dans la région et de soulever les préoccupations et les revendications».
Les préoccupations des acteurs de ce secteur portent essentiellement sur les coûts élevés des billets, particulièrement sur les lignes intérieures, la facilitation des mesures d’obtention de visa pour les touristes étrangers outre le problème de la dette accumulée des agences de tourisme suite à l’arrêt des activités durant la décennie noire.
Ils ont évoqué la question d’«ouverture de centres de formation des guides touristiques outre la promotion des sites touristiques et du legs culturel dans la région».
Dans le domaine culturel, les préoccupations ont porté sur «l’appui des artisans et l’implication des associations dans les foires nationales et internationales» outre l’absence d’une direction déléguée de la culture et le manque de centres culturels», ajoute-t-on de même source.
M. Nadri a relevé «l’engagement des instances compétentes à faciliter l’octroi de visa aux touristes et à appuyer la promotion touristique à travers les ambassades et consulats algériens à l’étranger», faisant état d'une réflexion pour la programmation d’opérations de jumelage entre les agences de tourisme locales et étrangères.
Le même responsable s'est engagé au nom de la Commission, à «soumettre toutes les préoccupations et propositions soulevées aux parties concernées et d'accompagner leur prise en charge avec les différents secteurs en lien avec les deux secteurs du tourisme et de la culture, en vue de rechercher les solutions les plus efficientes, à même de relancer ces secteurs vitaux».
Pour rappel, la délégation parlementaire avait inspecté, mardi, en compagnie du wali délégué de Djanet, le centre de l'artisanat à la cité de Zelouaz dans la ville de Djanet et s'était enquise de l'exposition dédiée à l'artisanat et des différentes activités effectuées par les associations actives.
A l'occasion de la célébration du nouvel an amazigh 2971, la délégation a supervisé l'ouverture d'une exposition dédiée au legs culturel dans la maison de jeunes, au centre-ville de la ville de Djanet.
Pour ce qui est du programme de lundi, il a été caractérisé par la visite du site touristique Issendilen à Djanet et de paysages naturels dont recèle la région.
A ce propos, le président de la Commission parlementaire a mis en avant «la nécessité de les protéger et de rechercher les moyens idoines, à même de les exploiter pour le développement du tourisme».
M. Nadri a proposé un ensemble de propositions qui devront «attirer les touristes locaux et étrangers, dont l'eventualité de création de cascades artificielles, étant donné que le site est connu pour ses hautes montagnes rocheuses et la disponibilité des eaux et d'organiser des festivals et de courses de dromadaires et de quadricycles».
La délégation s'est rendue, par la suite, à la région de Tikoubaouine où elle a inspecté certains sites, puis à la région de Tinmali, pour y visiter certains monuments.

Multimedia