Système LMD : Adaptation au marché du travail

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique œuvre à l’adaptation du système LMD aux développements enregistrés à travers sa mise en phase avec les spécialités demandées par le marché du travail, a indiqué le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane.
M. Benziane a précisé que l’évaluation de l’application du système LMD a fait ressortir la nécessité de l’adapter aux développements du marché de travail, notamment en ce qui concerne la création de nouvelles spécialités dans divers domaines. «Il est inconcevable de maintenir ce système dans le schéma de son lancement en 2004, d’où la démarche engagée pour son amélioration et permettre à l’Université de devenir une véritable locomotive de l’économie nationale», a souligné le ministre.
Cette entreprise, a-t-il précisé, s’inscrit dans le cadre de la série de mesures prévues dans la mouture du projet de loi sur l’Enseignement supérieur, qui sera examinée prochainement par le gouvernement, estimant que son adoption constituera «un bond qualitatif en matière de gestion de l’université algérienne».
Concernant l’ouverture de l’université sur son environnement socio-économique, le ministre a fait savoir que le secteur «poursuit la signature de conventions de coopération avec plusieurs entreprises et départements ministériels pour asseoir les passerelles de la coopération et valoriser les conclusions de la recherche scientifique, tout en veillant à assurer une formation de qualité aux étudiants afin d’élever le taux d’employabilité des diplômés».
Il a affirmé, à ce propos, que grâce à cette coopération, le secteur a engagé une mise à jour de la nomenclature de formation universitaire pour être au diapason des développements enregistrés dans le domaine de l’emploi. Soulignant l’intégration de nouvelles spécialités et le gel d’autres, le ministre a cité en exemple «les mathématiques appliquées, très demandées sur le marché de l’emploi, où la formation universitaire ne représente de 10%».
Dans le cadre de la formation dans le domaine entrepreneurial, le secteur a créé, à travers les établissements d’enseignement supérieur, 78 Maisons d’entrepreneuriat qui se chargent de la formation et l’accompagnement des étudiants pour la création de leurs start-up ou micro-entreprises, auxquelles s’ajoutent 44 incubateurs mis en place au niveau des universités et écoles supérieures, accompagnés au plan administratif par les directeurs de ces établissements et au plan scientifique par l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et du développement technologique (ANVREDET).
S’agissant de la numérisation du secteur, M. Benziane a expliqué que ces services œuvrent à décupler le débit Internet au niveau de l’ensemble des établissements universitaires, à la faveur de l’acquisition d’équipements au profit du Centre de recherche sur l’information scientifique et technique (Cerist). Dans le même ordre d’idée, le ministre a plaidé pour la promotion de l’enseignement à distance, surtout après l’expérience menée par l’Université algérienne dans le cadre de l’enrayement des répercussions de la pandémie Covid-19, faisant état de l’enregistrement de 800 cours au profit des étudiants de première année sous forme de vidéos accessibles sur le net et au niveau de l’université en cas de non disponibilité de connexion pour l’étudiant. Le mode présentiel a été maintenu pour les unités de base selon un système de groupes, ce qui a permis d’améliorer les conditions d’étude, a-t-il rappelé. En ce qui concerne le système d’information intégré Progrès, M. Benziane a réitéré la «détermination» du secteur à remédier aux «lacunes» enregistrées. Citant «l’orientation d’étudiants à besoins spécifiques vers des spécialités inadaptées», le ministre a assuré, quant au traitement de telle situation «au cas par cas» pour permettre à chacun de bénéficier pleinement de ses droits.
Les erreurs des systèmes informatiques existent dans le monde entier, a-t-il fait observer à ce propos. Pour ce qui est du dossier des œuvres universitaires, M. Benziane a déclaré que sur instructions du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, il est procédé actuellement à l’élaboration d’une «vision de réforme globale» avec la contribution de tous les membres de la famille universitaire et les représentants du partenaire social.
Précisant que le but étant d’élaborer une nouvelle stratégie de gestion de ces œuvres, le ministre a évoqué la possibilité de tirer profit des expériences internationales en ce qui concerne ce dossier, dont la gestion a enregistré des «dysfonctionnements».

Multimedia