Situation sanitaire : La double crise des adolescents

La pandémie de la Covid-19 et les mesures préventives exigent des jeunes une grande capacité d’adaptation, car la crise sanitaire a éveillé certaines crises chez l’adolescent, a indiqué Sabrina Gahar, maître de conférences «A» en psychologie clinique.

«Chez certains adolescents, qui était déjà en détresse et en fragilité de par leur fonctionnement psychique, on a observé certaines difficultés de conduite, de troubles de comportement, de consommation de stupéfiants ou drogue. La pandémie a étalé une couche qui a accentué les manifestations symptomatologiques», a expliqué Mme Gahar.
Elle dira que d’autres catégories d’adolescents, qui étaient sous traitement psychiatrique, ont eu besoin d’un ajustement de leur traitement parce qu’ils exprimaient plus d’angoisse et de peur par rapport à la pandémie.
«Certains d’entre-eux ont même développé un sentiment de culpabilité par peur de transmettre la maladie à leurs parents», a noté la psychologue ajoutant que les adolescents étaient déjà dans l’opposition et on leur a dicté d’autres règles comme le respect des mesures préventives.
Elle dira que certains adolescents ont exprimé des résistances quant à l’application de ces mesures, ce qui a provoqué des conflits au sein de la famille.
Mme Gahar a fait part des nombreux signalements enregistrés par l’Organe national de protection et de promotion de l’enfance (ONPPE) sur des souffrances et des atteintes aux droits des enfants et adolescents en pleine pandémie.
«Ces signalements ont été suivis de prise en charge psychologique ou de protection sociale et juridique», a fait savoir la psychologue qui est membre de cet organe.
Selon elle, des violences au sein des familles à la suite du confinement et des restrictions édictées comme mesure de prévention et de protection contre la propagation du virus ont été également signalées.
Mme Gahar a souligné que la crise sanitaire a été perçue par certaines familles comme étant une grande angoisse alors que dans d’autres familles elle a été l’occasion de retrouver ses propres repères, reconstruire des relations et de passer plus de temps ensemble pour communiquer et partager des activités.
Pour notre interlocutrice, la pandémie a impacté l’humanité entière. Le monde entier a partagé, pendant cette pandémie, les mêmes douleurs, les mêmes peines, la peur et l’incertitude, précisant que les répercussions vont changer les comportements des individus sur le plan social et culturel.
«Notre culture sera différente et notre approche socioculturelle sera différente», a-t-elle précisé. Elle dira que la pandémie a impacté les citoyens sur le plan psychologique particulièrement chez les jeunes qui se sentent invincibles. «Cet adolescent avec sa crise d’identité, sa quête de soi et ses confrontations perpétuelles avec ses idées a vu cette pandémie venir pour lui imposer des règles barrières, des règles d’hygiène et de lui donner un autre sens du physique et de la maladie», a expliqué la psychologue, ajoutant ceci constitue une nouvelle expérience pour lui.
Mme Gahar a indiqué que les études de neurosciences ont prouvé que chez l’adolescent existent de noyaux qui sont au centre du cerveau, c’est le système de récompense qui garde l’adolescent dans les conduites à risques. Elle dira que l’adolescent va préférer d’aller vers les plus grandes expériences de la vie pour allumer ce système de récompenses. «Ceci était prouvé par l’imagerie cérébrale», a expliqué la psychologue, ajoutant que l’adolescent est en pleine transformation psychologique et hormonale et il est en pleine quête de lui-même. Elle relève la nécessité pour les parents de comprendre les comportements de leurs enfants soulignant l’importance de la communication pour contenir les angoisses de l’adolescent.
«On doit l’accompagner pour plus d’autonomie afin qu’il fasse ses propres expériences et d’en tirer des leçons. C’est un accompagnement à la maturité en acceptant ses défauts pour les corriger par la suite», a souligné la psychologue.
Kamelia Hadjib

Sur le même thème

Multimedia