Sétif : L’université à l’épreuve du défi économique

«Notre présence aujourd’hui dans la ville universitaire de Sétif a été plus qu’édifiante sur les potentialités indéniables des chercheurs algériens qui sont capables de relever les défis économiques et industriels qui s’imposent, grâce à leur niveau de créativité et d’innovation que nous avons relevé, en prenant connaissance des différents projets et autres prototypes qui sont mis en œuvre», a indiqué Abdelbaki Benziane, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Le ministre accompagné du wali et des autorités de cette wilaya, n’a pas manqué de revenir sur la stratégie adoptée par le secteur depuis juillet 2020, soulignant dans ce contexte les efforts consentis pour «consolider la dynamique de la recherche scientifique au niveau des institutions universitaires et l’ouverture de ces établissements sur l’environnement économique et social». Il a de ce fait mis l’accent sur la nécessité de valoriser tous les efforts qui sont déployés par les chercheurs dans un contexte environnemental marqué par la continuité et les conventions établies entre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et les secteurs public et privé.
«C’est une stratégie qui repose sur l’amélioration de la qualité de la formation, l’impulsion de la recherche et de la bonne gouvernance» devait indiquer le ministre qui fera également état d’un autre défi non moins important inhérent à l’employabilité des sortants de l’université. Dans une wilaya qui compte trois grands pôles universitaires, le ministre s’est d’abord rendu à l’Ecole supérieure des professeurs de l’enseignement implantée à El Eulma où il a lancé la plateforme de visioconférence destinée à l’enseignement à distance avant de procéder à l’inauguration d’une résidence universitaire de 1.000 lits.
A Sétif, où sont implantées deux grandes universités avec un tissu de recherche consistant, le ministre s’est rendu au niveau de la zone industrielle où il a procédé à l’inauguration d’une unité de recherche rattachée au CRTI. En parcourant les différents espaces de cette unité qui emploie 90 personnes dont 43 chercheurs et agit sur différentes filières sensibles et stratégiques liées à la santé, l’agriculture et l’énergie, le ministre prendra connaissance de plusieurs projets qui vont dans le sens de la promotion de l’économie nationale et l’amélioration des conditions de vie du citoyen.
A l’université Ferhat-Abbas Sétif 1, qui accueille aujourd’hui près de 35.000 étudiants au niveau des 5 facultés et 2 instituts qu’elle compte avec pas moins de 49 laboratoires de recherche et une unité de recherche des matériaux émergents, animés par près de 2.000 chercheurs, Abdelbaki Benziane s’est enquis des avancées importantes relevées à ce niveau dans une dynamique de formation académique de qualité, d’innovation, de recherche utile et d’une gouvernance citoyenne. Une université en phase avec les mutations économiques et sociales que connaît cette région connue pour être un pôle économique et industriel important.
Le ministre inaugure une bibliothèque centrale de 1.000 places, procède à une action analogue au niveau de la place du 19-Mai, édifiée dans le cadre d’un concours des étudiants en architecture, et consacre une large part de son temps à la visite de l’unité de recherche en nanosciences et nanotechnologie rattachée au centre de recherches et des technologies avancées. Il prendra connaissance de toutes les innovations mises en œuvre à ce niveau sur des espaces de pointe et de préservation de la santé du citoyen en cette conjoncture de pandémie. Une visite qui a été également marquée par une rencontre avec la communauté universitaire.
F. Zoghbi

Sur le même thème

Multimedia