Protection civile : Caravanes de solidarité dans les zones d’ombre

La Protection civile vient en aide aux populations isolées, à travers des actions de solidarité au profit des zones d’ombre, par le biais de caravanes médicales, assure le sous-directeur des statistiques et de l'information à la DGPC, le colonel Farouk Achour.

La Protection civile organise depuis hier et jusqu’au 22 janvier prochain une caravane médicale au profit des populations des zones d’ombre et des zones éparses dans les wilayas d’El Oued, Biskra, Khenchela, Souk Ahras, Oum el Bouaghi et Batna. «Cette action de solidarité, qui n'est pas nouvelle, fait partie de programmes de la DGPC lancés depuis plusieurs années au profit des différentes régions défavorisées du pays», explique-t-il, précisant que cette caravane est la seconde après celle organisée dans le Sud du pays, en octobre 2020, à partir de la wilaya d’Adrar, d’où une caravane médicale de solidarité a entamé son périple à travers plusieurs zones d'ombre des communes de ladite wilaya, avant de rallier d'autres wilayas du Grand Sud, à l'instar de Tindouf, Béchar, Tamanrasset et Illizi. Selon le colonel Achour, une troisième caravane est prévue en février prochain et concernera les zones d’ombre de plusieurs wilayas de l’Ouest, avant de programmer une autre initiative de solidarité dans les wilayas du Centre. «Ce programme de solidarité en direction des citoyens isolés est mis au point en coordination avec les walis pour cibler le plus grand nombre possible de familles dans le besoin d’une prise en charge médicale». La caravane, conduite par une quinzaine de personnes, toutes issues des unités de la protection civile, est composée de personnel soignant et de personnel paramédical (praticiens de la protection civile spécialistes en médecine d’urgence dotés de matériels et médicaments nécessaires). Ces derniers auront pour mission également de sensibiliser les populations sur les risques liés à la contamination de la Covid 19, l’application des mesures barrières et la prévention des risques domestiques, en particulier le risque d’asphyxie par le gaz. Le dossier du développement des zones d'ombre est la priorité des priorités du président de la République Abdelmadjid Tebboune, qui n'a eu de cesse d'affirmer depuis son investiture à la magistrature suprême que l'édification de l'Algérie nouvelle ne saurait se concrétiser «sans la promotion des zones d’ombre et la prise en charge des préoccupations des populations locales». De ce fait, toutes les institutions de l’Etat sont mobilisées pour planifier des programmes spécifiques à travers la mise en place d’une stratégie de développement.
Mohamed Mendaci

Sur le même thème

Multimedia