Processus de réforme : Satisfaire les revendications exprimées

Ph. : Tahar Rouabah
Ph. : Tahar Rouabah

Des experts et analystes politiques estiment que la majorité des revendications soulevées par le mouvement populaire du 22 février ont été concrétisées sur le terrain et d’autres sont en voie de concrétisation, et soulignent à El Moudjahid, que l'étape actuelle nécessite stabilité, solidarité et unité, afin de poursuivre le processus de réforme entamé, tout en affirmant la volonté du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, d'aller vers un changement radical.
L'expert sécuritaire et analyste politique, Ahmed Kerouche, explique que le peuple est sorti dans la rue pour des raisons purement politiques, et considère que le mouvement a exigé qu'il n'y ait pas de cinquième mandat pour l'ancien Président.
«Tous ceux qui ont spolié l'argent des Algériens doivent rendre des comptes. Seul le peuple décide de celui qui le représente, que ce soit le président de la République et même au niveau des Assemblées populaires nationales et locales», a-t-il noté, ajoutant que ces revendications, pour lesquelles les Algériens sortaient par millions chaque vendredi, étaient légitimes et que l'Armée nationale populaire a pris en charge la protection des manifestations. «Même à l'époque du Hirak, il y avait une volonté pour répondre aux revendications du peuple, à savoir l’indépendance de la justice et la poursuite de ceux qui ont pillé l'argent des Algériens», a-t-il rappelé.
Le politologue affirme que «le maintien du cadre constitutionnel est une grande réussite qui a abouti à une élection présidentielle, à l’issue de laquelle, les citoyens ont pu s'exprimer librement et élire un président de la République, selon la volonté populaire sans ingérence d'aucune partie de l'intérieur ou de l'extérieur».
«Un résultat remarquable parmi d'autres résultats obtenus par le mouvement populaire», a-t-il soutenu. Il fait remarquer que pendant la campagne électorale, les candidats ont fait des promesses, dont le Président élu qui s'est engagé à opérer le changement que le peuple souhaite, tant dans les institutions que dans les pratiques. «Effectivement, le changement a commencé avec la mise en place du premier chantier, le plus important, qui est la révision de la Constitution. Il y a eu un véritable débat de la part de la classe politique, la société civile, les intellectuels et l’élite qui ont exprimé leurs avis et visions sur la nouvelle Constitution de la République algérienne», a-t-il rappelé.
Après l'adoption de cette Constitution par référendum populaire, le 1er novembre dernier, d'autres chantiers ont été ouverts, à savoir la révision de la loi électorale, dont la mouture du projet a été soumise au débat et enrichissement. Le président de la République a promis aussi, selon notre interlocuteur, de dissoudre les Assemblées et d'aller à des élections anticipées. «Cette promesse a été tenue, avec la dissolution de l'APN annoncée récemment en vue de permettre au peuple de choisir librement ses représentants», s’est félicité Kerouche, affirmant que «nous allons assister dans les mois à venir à la dissolution des APC et des APW».
Pour sa part, Ismaïl Debèche assure que le mouvement populaire n'est pas l'œuvre d'un ou de plusieurs partis politique, mais un acquis et une réalisation nationaux.
«Une partie des revendications du mouvement populaire a été concrétisée. Je ne pense pas qu’on va s’arrêter là. Sans doute, ça va être suivi par d'autres revendications, à travers la révision de la loi électorale, ce qui confirme que la volonté populaire va primer dans les prochaines élections», note l’analyste politique qui insiste sur la nécessité de donner l'occasion aux jeunes, que ce soit constitutionnellement ou politiquement, d'être présents dans les institutions, par des lois qui renforcent leur présence sur les listes électorales.
Le troisième point est, selon le politologue, la dissolution de l'Assemblée populaire nationale. Il a souligné, dans le même ordre d'idées, que la conjoncture actuelle requiert solidarité, unité et rassemblement autour des programmes et engagements du président de la République, tout en accordant la priorité à l'unité nationale, la sécurité et la stabilité.
Salima Ettouahria

Sur le même thème

Multimedia