Plus de 20 feux de forêt à travers 10 wilayas, Djerad : «aucun doute sur le caractère criminel»

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a affirmé, samedi à Tipasa, que les derniers feux de forêt qu’a connus l’Algérie et qui ont provoqué le décès de deux personnes dans cette wilaya, «ne laissent aucun doute sur leur caractère criminel».

Plus de 20 feux de forêt se sont déclenchés, simultanément, à travers 10 wilayas, dans la nuit de vendredi à samedi. La wilaya de Tipasa a été la région la plus affectée, enregistrant 10 incendies qui ont touché 12 villages dans la localité de Gouraya. Bilan : deux morts carbonisés et 50 personnes asphyxiées et encerclées par les flammes, secourues in extremis, révèle le sous-directeur de l’information et des statistiques à la Protection civile, le colonel Farouk Achour.

Une nuit noire dans 10 wilayas. Des incendies se sont déclarés dans des régions du Centre, de l’Est et de l’Ouest du pays, simultanément, dans la nuit du vendredi, un jour férié. Seul un BMS faisait état de rafales de vents mais sans autre indice qui pourrait provoquer des feux aussi importants.
Dans une déclaration à El Moudjahid, le colonel Farouk Achour indique que les enquêtes menées par les services de sécurité vont déterminer les causes de cette série de feux de forêt. «La priorité majeure dans les interventions de nos équipes est le sauvetage et le secours de la population encerclée par les flammes. 12 incendies ont été enregistrés uniquement dans la localité de Gouraya. Tipasa a enregistré le plus grand nombre de feux, soit 10, durant la nuit du vendredi à samedi», précise-t-il. La situation est globalement maîtrisée mais des pertes humaines et matérielles sont déplorées. Deux jeunes hommes «B. M.» et «K. B.» (36 et 38 ans) encerclés par les flammes ont péri carbonisés à l’intérieur de leur poulailler au douar de M’haba, à Gouraya, selon la DPC de Tipasa alors que près de 50 personnes blessées et asphyxiées, issues de trois familles, ont été secourues et évacuées par les unités d’intervention de la PC. Les familles sinistrées ont été hébergées au centre de Naftal à Gouraya. Une cellule de crise a été mise place présidée par la wali, dans la soirée du vendredi. La wali a donné des instructions pour la prise en charge médicale et psychologique des sinistrés, a-t-on indiqué sur la page de «radio Tipasa».

Sauver la population en priorité

Des moyens humains et importants ont été mobilisés pour venir à bout des flammes. Un effectif de 1.500 hommes et 352 engins ont été engagés dans le cadre du dispositif de lutte anti-feux de forêt, précise le colonel Achour. Les opérations à Tipasa ont été supervisées sur place, par le DGPC, le colonel Boualem Boughlef. Des unités ont été dépêchées en renfort, à Tipasa de l’Unité nationale de l’Instruction et l’Intervention (UNII) de Dar El Beida et de la DPC d’Alger. Deux hélicoptères ont été également mobilisés pour appuyer les opérations d’extinction à Tipasa et Chlef. Les soldats du feu ont mené une lutte âpre, à cause du terrain accidenté et des conditions météorologiques marquées par des rafales de vent qui ont favorisé la propagation des flammes vers les habitations. Selon des experts, les grands feux de forêt sont généralement enregistrés du 15 août à la fin octobre. De ce fait, le dispositif de lutte des incendies de forêt est mis en place du 1er juin au 31 octobre, notamment les colonnes mobiles déployées dans les régions à risque. La Direction Générale de la Protection Civile (DGPC) a maintenu ce dispositif à titre préventif, pour parer à tout incident. Aussi, les actuels incendies demeurent un mystère. Plusieurs feux de forêt ont été enregistrés dans les wilayas de Sidi Bel-Abbès, Boumerdès, Tlemcen, Tizi-Ouzou, Oran, Mostaganem, Tipasa, Béjaia, Chlef et Médéa, précise le colonel Achour. A Oran, quatre feux de forêt se sont déclenchés causant des pertes importantes au patrimoine forestier soit plus de 17 ha ravagés par les flammes.

Forte indignation  sur les réseaux sociaux

Trois autres incendies se sont déclarés simultanément dans les communes de Béni Ouarsous, Ghazaouet et Honaïne dans la wilaya de Tlemcen. La wilaya de Blida a enregistré durant la même période, six feux de forêt dans les régions de Soumaâ, Larbaâ, Ouled Yaiche et Chréa. Aucune perte humaine n’est à déplorer, précise la DPC de Blida. Des photos et vidéos ont été largement partagées sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, et les internautes parlent d’action préméditée. Certains ont soutenu que ce sont là des tentatives de déstabilisation du pays.
Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a soutenu samedi, sur son compte Facebook, que «les forêts constituent le capital économique et écologique de tous les Algériens». Il a assuré qu’en cas d’actes délibérés et prémédités, «nous n’allons pas tolérer les ennemis de la vie et les détracteurs de la patrie», affirmant que «main dans la main, nous allons récupérer les forêts».
Il a également précisé que le gouvernement va faire face aux feux d’origine naturelle à travers des campagnes de reboisement. Le Premier ministre a tenu, à l’occasion, à rendre hommage aux éléments de la protection civile et aux gardes forestiers «pour leur courage, leur dévouement et leur engagement au profit du pays et du citoyen».
A l’heure où nous mettons sous presse, la situation est globalement maîtrisée, selon le sous-directeur de l’Information de la protection civile.
«Dans la matinée de samedi, presque la totalité des foyers d’incendie ont été maîtrisés. A l’heure actuelle (16h 30mn : NDLR), on a enregistré 12 foyers à travers 5 wilayas, dont cinq à Tipasa. Les opérations d’extinction sont en cours. Un dispositif préventif est maintenu», assure le colonel Farouk Achour.
Neila Benrahal

//////////////////////////////

Abdelaziz Djerad
«L’hypothèse de l’acte criminel n’est pas écartée»

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a affirmé samedi, des hauteurs des monts Gouraya à l’ouest de la wilaya de Tipasa que «l’hypothèse d’un acte criminel n’était pas écartée» concernant les incendies déclarés vendredi dans les forêts de la région faisant deux morts, soulignant que «la loi sera rigoureusement appliquée». Dans une déclaration à la presse après s'être enquis de la situation sur place, en compagnie du Commandant de la Gendarmerie nationale, le général Gouasmia Noureddine, et du Directeur général de la sûreté nationale, Khelifa Ounissi, le Premier ministre a fait part de «sa décision de faire en personne le constat» de la situation dans la wilaya, annonçant l’ouverture «d’une enquête minutieuse» pour déterminer les circonstances de ces incendies, ayant provoqué une asphyxie chez plusieurs citoyens, en plus des dégâts matériels importants occasionnés. Après avoir exprimé sa profonde consternation suite au décès de deux individus dans ces incendies qui ont fait également plus de 50 blessés, M. Djerad a souligné que le phénomène des feux de forêt «sera maîtrisé par l'Etat et les lois et règlements seront rigoureusement appliqués au titre d'une approche prospective». «Les incendies se sont déclarés à travers l'ensemble du territoire national d'est en ouest et en même temps ce qui nous amène à penser logiquement à l'hypothèse de mobiles criminels». Il a ajouté que l'Etat «agit par priorité, la première priorité est pour l'heure de circonscrire les feux et de protéger les biens et les vies humaines, avant de dresser minutieusement le bilan des pertes nationales par wilaya et passer à l'indemnisation des personnes touchées». Dans ce contexte, le Premier ministre est revenu sur «l’indemnisation des agriculteurs lésés qu'il s'agisse des récoltes agricoles ou du patrimoine forestier» du fait de ces incendies, appelant les citoyens «à se mobiliser dans des campagnes de sensibilisation pour faire face à toute tentative de porter atteinte à leurs biens et à semer la discorde». Rappelant que le citoyen est «l'épine dorsale de toute tentative lancée par l'Etat», M. Djerad a noté que les incendies qui atteignent désormais le tissu urbain et les zones habitées «sont un phénomène nouveau et représentent un danger pour la vie des individus», exprimant sa profonde affliction suite au décès de deux individus, et sa solidarité avec leurs familles.
M. Djerad s’est rendu par la suite aux domiciles des deux victimes de ces feux de forêt pour présenter les condoléances du gouvernement aux membres des deux familles, et s'est engagé «à infliger les sanctions les plus sévères aux criminels, s’il s’avère que ces feux sont des actes criminels visant à porter atteinte au pays et aux citoyens». Le gouvernement est «omniprésent» et «assumera toutes ses responsabilités pour faire face à ces crimes», a-t-il souligné. Dans un post publié sur sa page Facebook, Abdelaziz Djerad avait insisté qu'«il n'y aura aucune tolérance vis-à-vis des ennemis de la vie et des détracteurs du pays», si jamais les enquêtes révèlent que les feux de forêt déclenchés à travers plusieurs régions du pays lors des dernières 24 heures sont des actes «prémédités». «Ensemble, la main dans la main, nous recouvrerons les forêts... Aucune tolérance vis-à-vis des ennemis de la vie... Les forêts sont un capital économique et environnemental pour tous les Algériens que nous ne sommes pas prêts à céder», a écrit le Premier ministre dans son message. «Si les enquêtes révèlent qu’il s’agit d’actes délibérés et prémédités, on ne sera pas tolérant vis-à-vis des ennemis de la vie et des détracteurs du pays», avait averti M. Djerad, assurant «nous ferons face aux feux de forêt d’origine naturelle par les campagnes de reboisement et chaque arbre perdu sera remplacé». Plusieurs équipes continuaient samedi à lutter contre les incendies dans des conditions «difficiles». Les éléments de la protection civile avaient évacué les citoyens pour les protéger. Les services de la Sonelgaz avaient procédé, à titre préventif, à la coupure de l'électricité et du gaz dans les quartiers à risque. Les incendies avaient atteint, sous l'effet des rafales de vent, cinq douars à savoir, Imelhaine, Nihaya, Saadoune, Iachouren, Izeghran et Oued Essebt, induisant l'impérative évacuation des citoyens par les autorités locales.

////////////////////////////

«Redoubler de vigilance»

«Suite aux derniers feux de forêt qu’a connus notre pays, et qui ont provoqué le décès de deux citoyens dans la wilaya de Tipasa, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a effectué, ce jour le samedi 7 novembre 2020, une visite dans la localité de Gouraya», a indiqué, samedi, un communiqué des services du Premier ministère.
À cette occasion, le Premier ministre a rappelé que le problème des feux de forêt se pose avec acuité dans notre pays du fait son impact d’autant plus dévastateur qu’il intervient dans un contexte de rareté des forêts et de menaces de désertification ; alors que nous ne possédons que 4,1 millions d’hectares de forêts, ce qui correspond à un faible taux de reboisement de 1,76%, rapporte la même source.
Il a indiqué que la menace des feux de forêt est d’autant plus forte qu’ils sont récurrents et rapprochés avec un intervalle de retour de moins de 10 ans, entraînant des effets dévastateurs au plan écologique. Les incendies meurtriers enregistrés ont par ailleurs des conséquences écologiques désastreuses, à l’instar de la déforestation, de la destruction du couvert végétal, de l’effondrement de la biodiversité ou encore de l’assèchement des sols, de la diminution des ressources en eau et de la pollution de l’air. Les principaux acteurs en charge de la mise en œuvre du dispositif national de prévention et de protection contre les incendies de forêt, à savoir la Protection civile, responsable de la lutte contre la propagation des incendies, et les services forestiers en charge des opérations de protection et d’aménagement, accomplissent des prouesses aux côtés des communes, des services des travaux publics, des services agricoles et d’autres intervenants, pour contenir la catastrophe. Selon la même source, lors de sa visite, le Premier ministre a déclaré que les incendies, déclarés simultanément la nuit du vendredi 6 au samedi 7 novembre, aux alentours de plusieurs villes, ne laissent aucun doute sur leur caractère criminel. Le témoignage de citoyens de Gouraya confirme cette réalité.
À ce titre, indique-t-on, il a souligné que les auteurs de ces incendies et destructions volontaires subiront le châtiment que leur réservent les dispositions pénales en vigueur dans notre pays, notamment les articles 396 et 396 bis.
Enfin, note le communiqué, le Premier ministre lance un appel aux citoyens, pour redoubler de vigilance et pour se mobiliser fortement pour la préservation des biens et des personnes, et la sauvegarde de ce patrimoine national.

//////////////////////////////////

Abdelhamid Hemdani
«La plupart des foyers circonscrits»

Tous les feux de forêt qui se sont déclarés vendredi dernier dans plusieurs wilayas ont été circonscrits, à l'exception d’un seul à Chlef, a affirmé samedi à Alger, le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hemdani. La priorité est accordée, actuellement, à la maîtrise totale des incendies et à la prise en charge des besoins des citoyens touchés avant que les autorités concernées n'enquêtent pour déterminer les causes de ces incendies, a déclaré le ministre à la presse à l’issue d'une séance d’audition devant la Commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN). Cependant, le ministre a expliqué qu'indépendamment de l'existence d'éventuelles causes dont l'homme serait à l'origine, le couvert forestier a souffert ces derniers jours du phénomène du «sirocco» (vent saharien violent, très sec et très chaud). Dans un bilan présenté par le ministre lors de l'audience, 41.648 hectares ont été ravagés par les feux, dont 15.346 hectares forestiers, répartis sur 3.141 foyers, entre début juin et 21 octobre. Les personnes touchées par ces incendies ont été prises en charge, grâce à des affectations d'une valeur de près de 600 millions DA provenant des fonds du secteur au profit de 26 wilayas, a-t-il détaillé.

Sur le même thème

Multimedia