Pêche et ressources halieutiques : Un nouveau cap

Ph. Y. Cheurfi
Ph. Y. Cheurfi

«Notre priorité est la hausse de la production en améliorant les conditions d’exercice professionnel des pêcheurs, conformément au plan d’action du ministère pour le quinquennat 2020-2024.»

C’est en ces termes que s'est exprimé, dimanche à Alger, le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques à l'ouverture des travaux du premier Conseil national de la Chambre algérienne de la pêche et de l'aquaculture.
M. Sid Ahmed Ferroukhi a expliqué que «le travail de son département est global et assuré que l'ensemble des activités du secteur sont prises en compte, sans aucune distinction».
Il a annoncé le début, la semaine prochaine, de la formation de la première promotion de marins sans niveau scolaire, en réponse à la demande formulée par de nombreux professionnels et par les jeunes gens de mer désireux d'acquérir des compétences dans le domaine.
La rencontre a regroupé les présidents et les directeurs des Chambres qui devaient étudier et évaluer le niveau d'avancement du travail participatif qui avait réuni les représentants des professionnels avec les services administratifs, en vue de traiter de nombreux dossiers à caractère socioprofessionnel au cours de l'année précédente. Le conseil a passé en revue un ensemble de facilitations dont bénéficieront les professionnels du secteur concernant les mécanismes et les modalités relatives à la possibilité de passer de la petite pêche à la pêche à la senne, une demande longtemps attendue selon le ministre. Ce dernier a, par ailleurs, annoncé que le ministère de la Poste et des Télécommunications et Algérie Télécom vont établir des facilitations au profit des professionnels de la pêche portant sur les moyens de communication.
S’agissant de la pêche artisanale, il a appelé à accélérer et finaliser le recensement des pêcheurs activant dans les plages d’échouage. «Il faut régulariser leur situation et mettre en place les règles de gestion prévues par la réglementation», a-t-il indiqué, avant de prendre acte de la relance des commissions de wilaya en charge de la délivrance des autorisations de concession pour le lancement de nouveaux projets.
Cette rencontre a notamment permis de mettre en lumière les progrès notables réalisés en matière de protection sociale des gens de mer. «Une circulaire de la CNAS va permettre la déclaration et le paiement des cotisations à titre annuel et non plus tous les trois mois comme auparavant», a relevé le ministre.
Pour ce qui est de la régulation des produits de la pêche, ce dossier est en phase de traitement en associant l’ensemble des acteurs locaux, des professionnels, ainsi que des administrations multisectorielles chargés de travailler ensemble pour établir un diagnostic précis et proposer des solutions alternatives. Sami Kaïdi

Sur le même thème

Multimedia