Partis et candidats indépendants : Faire émerger une nouvelle classe politique

Les élections législatives, premier scrutin après l’adoption par voie référendaire de la nouvelle Constitution, fera émerger une nouvelle classe politique au service des intérêts suprêmes de la nation, loin de tout lien avec l’argent sale. Condition sine qua non pour renforcer le développement économique et protéger les franges les plus nécessiteuses.
Esquissant les contours de l’Algérie nouvelle, cette classe politique permettra, d’autre part, de renforcer les liens de confiance entre gouvernés et gouvernants. La réussite de ce rendez-vous permettra également de barrer la route à ces perfides officines qui travaillent activement dans l’ombre pour attenter à la stabilité et à l’intégrité de l’Algérie. Signes avant-coureurs de la réussite de cette échéance, l’enthousiasme palpable qui anime des milliers de candidats pour qui il s’agit souvent de la première expérience politique. Il convient à ce propos de signaler que plus de vingt listes de partis et d’indépendants ont accompli avec succès l’opération de collecte des signatures pour la validation de leurs dossiers. Plusieurs formations politiques et listes indépendantes ont assuré que le nombre important de signatures récoltées est la preuve de l’engouement populaire autour de cette date qui sera un tournant. Information confirmée par l’ANIE qui a révélé avoir remis plus de 7,6 millions formulaires. L’ANIE a toujours insisté sur la nécessité de réunir tous les moyens humains et matériels pour la réussite des prochaines élections législatives et la garantie de leur totale transparence et intégrité. Elle avait demandé la modification de la loi organique relative au régime électoral. Ainsi, les délais de dépôt des dossiers de candidature aux élections législatives du 12 juin prochain ont été prorogés de 5 jours à la demande de l’Autorité. L’ordonnance a été signée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune après consultation du Conseil d’Etat, du Conseil constitutionnel et avis du Conseil des ministres. Ceci visait à donner une chance à tous les candidats, sans aucune distinction, pour atteindre le quorum et participer à cette échéance capitale pour le pays.
Sami Kaidi

Sur le même thème

Multimedia