Nouvelles souches du coronavirus : «Maintenir la vigilance»

Médecins et spécialistes préviennent que la baisse de l'indice des contaminations par le coronavirus ne peut être un facteur de relâchement des mesures de prévention, affirmant que la diminution du nombre de cas ne signifie pas la fin de l'épidémie. Le virus peut connaître de nouvelles mutations susceptibles d’accélérer sa propagation.

Ils conseillent également de se faire vacciner dès que le vaccin sera disponible car les nouvelles variantes du virus ne remettent pas en question l’efficacité du vaccin. Ils considèrent à ce sujet que le masque de protection est le moyen de prévention le plus important qu’il ne faut pas négliger, sans pour autant exclure une éventuelle aggravation de la situation épidémiologique si les citoyens continueraient à sous-estimer le risque.
Le Dr. Djaballah, spécialiste en virologie, encourage donc à se faire vacciner ; le monde est actuellement en phase d'adaptation à la Covid-19 qui subira davantage de changements, ce qui conduira à la propagation des virus de différentes souches dans de nombreux pays.
Il estime que, jusqu'à présent, il existe deux types de mutations de la Covid 19, à savoir B1117 en Angleterre et 501 V2 en Afrique du Sud ; d'autres changements sont attendus dans les mois à venir.
Le spécialiste appelle à cette occasion les Algériens à respecter les mesures préventives et assure que les personnes qui ont déjà été vaccinés contre la grippe peuvent l’être aussi contre le coronavirus, à condition d'informer le médecin de leur état de santé, car le vaccin anti-Covid ne convient pas à tous les patients.
«Les catégories qui doivent obligatoirement consulter un médecin avant de se faire vacciner sont les patients immunodéprimés, les personnes vivants avec le VIH, les cancéreux, ceux souffrant de maladies auto-immunes et autres.».

Le vaccin efficace sur les nouvelles souches

Le Dr Djaballah précise que les données actuelles sur les souches mutées sont très peu nombreuses, donc jusqu'à présent, il ne peut être confirmé que les nouvelles mutations du coronavirus sont plus contagieuses ou mortelles que les autres, ajoutant qu'il est trop tôt pour s’exprimer sur la nature contagieuse des ces nouvelles souches.
Il n’y a toutefois pas lieu de s’inquiéter quant à l’éventuelle inefficacité du vaccin sur les nouvelles souches mutées. Les vaccins actuels ne peuvent perdre de leur efficacité que si le virus continue de provoquer de nouvelles mutations dans un délai d'un an ou deux, et au cas où ces souches continuent de se propager, cela signifie que de nouveaux vaccins doivent être créés sur la base des nouvelles mutations.
Le praticien estime que les nouveaux vaccins continueraient à produire des anticorps capables d'identifier le virus muté car leur conception était basée uniquement sur une protéine virale appelée «Spike». Les analyses ayant révélé que de nombreuses mutations se sont produites dans cette partie de la Covid-19.
«Pour que le virus survive, il a besoin d'un hôte qui est l’être humain, ce qui signifie que les virus vivront avec nous pendant de nombreuses années et se propageront de différentes manières. Il n'est pas surprenant de voir de différentes souches de ces virus dans de nombreux pays».
De son côté, le Dr Mohamed Amine Bedalia, spécialiste des maladies pulmonaires, estime qu’actuellement il n’a pas été prouvé que le vaccin sera efficace pour lutter contre les nouvelles souches car conçu pour lutter contre une souche spécifique du virus, bien que certains laboratoires affirment que leur vaccin peut combattre plusieurs souches.
Il explique que toutes les souches des virus respiratoires ont un effet direct sur les poumons et apparaissent par des symptômes comme la toux et la fièvre, mais cela varie d'une souche à l'autre.

Les souches mutées plus contagieuses

Selon le spécialiste, les médecins ignorent encore l’impact des nouvelles souches mutées du coronavirus sur le système respiratoire -en particulier les poumons- et si elles portaient de nouveaux symptômes, mais ce qui a été démontré en Occident est que la vitesse de propagation du virus mutant est supérieure à la Covid-19, il est donc plus contagieux. «Notre expérience depuis le début de la pandémie a montré que la majorité des personnes âgées, dont la charge virale est supérieure à 50% au niveau des poumons, développent des complications respiratoires car les zones d'inflammation se déshydratent et rétrécissent après un traitement. Ainsi, la plupart des cas seront obligés après la guérison d'utiliser de l'oxygène à domicile afin de surmonter les crises respiratoires».
Le médecin affirme en revanche qu’il n’a pas été prouvé que les patients qui se remettent de la Covid-19 peuvent être contaminés par les nouvelles souches.
Salima Ettouahria

Sur le même thème

Multimedia