Le Président Tebboune annonce la dissolution de l'APN et l'organisation d'élections législatives anticipées (actualisé)

DR
DR

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé, jeudi soir, dans un discours à la nation, la dissolution de l'Assemblée populaire nationale (APN) et l'organisation d'élections législatives anticipées."J'ai décidé de dissoudre l'APN dans sa composante actuelle. Nous allons passer, de suite, à des élections où l'argent, sale ou pas, n'aura point de place, des élections qui ouvriront leurs portes aux jeunes", pour que cette catégorie "ait son poids politique" à même de lui permettre d'accéder aux institutions élues, a déclaré le président Tebboune.

"L'Etat oeuvrera à aider ces jeunes, notamment pour mener leurs campagnes électorales dont nous prendrons en charge une grande partie", a-t-il ajouté

.De cette manière, poursuit le Président Tebboune, "nous aurons opéré un changement en injectant du sang neuf dans les organes de l'Etat et le parlement qui sera le porte-voix du peuple".

Le Président Tebboune a tenu à réaffirmer que "le Parlement sera élu et le contrôle sera assuré par l'Instance indépendante dans les prérogatives de laquelle ne  s'immisceront ni les présidents des APC ni les walis (...), ni même le président de la République et nous ferons en sorte que nos institutions ne suscitent aucune suspicion"

la politique extérieure demeure "constante" concernant le règlement 

 
Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé jeudi que la politique extérieure de Algérie demeurait "constante" concernant le règlement des conflits par des voies pacifiques et le dialogue, notamment ceux prévalant en Afrique, soulignant que le conflit au Sahara occidental était une question de décolonisation qui doit être réglée à travers l'organisation d'un référendum d'autodétermination.

Dans un discours adressé à la Nation, le Président Tebboune a indiqué que l'Algérie se "réjouit" de l'accord auquel sont parvenus les belligérants libyens en Suisse, ce qui honore et rassure l'Algérie qui a consenti des efforts diplomatiques pour parvenir à un règlement pacifique de la crise dans ce pays.

Dans ce cadre, le Président de la République a souligné que la diplomatie algérienne a fait entendre de nouveau la voix de l'Algérie dans les fora internationaux concernant la crise libyenne en affirmant constamment que la solution doit être libo-libyenne, ainsi que son équidistance avec toutes les parties et les groupes sans partialité en faveur d'une partie ou d'une autre, et ce sous l'égide de l'ONU.

Le Président Tebboune a rappelé que les réunions de Genève avaient abouti au choix de nouveaux dirigeants libyens chargés de l'organisation d'élections générales en Libye le 24 décembre prochain.

Pour rappel, les belligérants libyens avaient réussi, début février courant dans le cadre du Forum de dialogue politique tenu à Genève sous les auspices des Nations unies, à choisir un nouveau pouvoir exécutif (Gouvernement).

Evoquant la situation au Sahel, le Président Tebboune a relevé la participation de l'Algérie à la relance de l'accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, notant qu'après des années de la signature de ce document par les parties maliennes, le Comité de suivi de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali (CSA) avait organisé récemment une réunion à Kidal (nord du Mali), sous les auspices des autorités maliennes afin d'appliquer les clauses de cet accord et rétablir la paix au nord du Mali.

Se félicitant de cette démarche, le Président Tebboune a formé le vœu de voir "une conjugaison des efforts des pays qui œuvrent à concrétiser la stabilité au Mali et à rétablir la quiétude et le calme pour nos frères dans ce pays.

Concernant le conflit au Sahara occidental, le président de la République a affirmé que "la position de l'Algérie est claire à ce sujet". C'est une question de décolonisation, le Sahara occidental étant "la dernière colonie en Afrique, dont le règlement nécessite de permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination".

Pour ce qui est de la Palestine, le Président Tebboune a réitéré la position indéfectible et inconditionnelle de l'Algérie en faveur du droit du peuple palestinien à recouvrer l'ensemble de ses droits usurpés et à établir un Etat indépendant dans les frontières de 1967, en toute souveraineté, avec El Qods pour capitale, sur la base de l'initiative arabe pour la paix.

 

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a réitéré, également  son engagement à accorder un rôle "actif" à la société civile.

"Nous avons introduit dans la nouvelle Constitution toutes les revendications du Hirak populaire béni en matière de libertés individuelles et collectives, et donné la parole à la société civile pour qu’elle soit efficace", a déclaré le Président Tebboune dans un discours adressé à la Nation.

"Nous continuerons dans ce sens pour faire entendre la voix de la société civile de manière à ce qu’elle devienne une partie de l’Etat", a-t-il affirmé.

Le Président Tebboune a rappelé, dans ce contexte, que la société civile était "marginalisée lors des années précédentes et était appelée à faire preuve d’allégeance uniquement".

Sur le même thème

Multimedia