Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid : Une réforme profonde mais graduelle du secteur

Ph. A. Asselah
Ph. A. Asselah

Hôpital de Touggourt  : Relancer les travaux de réalisation

------------------------------------

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid a effectué mardi , une visite de travail et d’inspection à Alger entamée à partir de l’hôpital Salim-Zemirli d’El-Harrach et il a procédé à l’inauguration du nouveau service des urgences.

Il s’agit d’un plateau technique moderne répondant au dernier standard en la matière. Ce service est composé de trois blocs opératoires, d’un laboratoire et d’un service de radiologie. Le ministre a indiqué que le processus de modernisation des urgences touchera un grand nombre d’hôpitaux à travers l’ensemble du territoire national et ce, pour améliorer le service et le mettre en conformité avec les dernières normes internationales.
«Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a donné des instructions fermes et permanentes allant dans ce sens et il vient de le rappeler lors du dernier conseil des ministres», a-t-il souligné avant d’ajouter que les services des urgences doivent être prêts pour accueillir les malades 24h/24 et pouvoir procéder immédiatement à des analyses et des radios.
«La loi sur la santé de 2018 insiste sur l’impérieuse nécessité de rapprocher les soins des malades et d’améliorer leur prise en charge global avec une attention particulière pour ceux souffrants du cancer», a-t-il déclaré.
Dans ce même ordre d’idée, le ministre a affirmé qu’un projet pour la réforme de la santé est en cours pour accélérer le processus de numérisation, de contractualisation et de décentralisation en plus de la simplification de certaines actions.
«Il n’est plus nécessaire pour une wilaya de présenter un dossier au ministère pour un changement et ou une installation», a-t-il précisé avant d’ajouter que le Président Tebboune insiste pour une réforme profonde mais graduelle du système de santé.
Sur un autre registre et abordant les dernières évolutions de la pandémie de Coronavirus, il a noté que la situation est relativement stable en Algérie. Revenant sur la détection de cas du variant indien, il a indiqué qu’un ressortissant indien a été détecté positif dans la wilaya de Tipasa. M. Benbouzid a révélé que des enquêtes épidémiologiques sont en cours pour détecter d’éventuels autres malades.
Sur la campagne de vaccination, il note l’existence d’une tension mondiale sur le marché de l’approvisionnement en vaccin. «La propagation active du virus dans certains pays producteurs explique la lenteur dans la livraison des commandes». «J’appelle les citoyens à respecter les mesures barrières pour éviter la propagation du coronavirus», a-t-il préconisé avant de révéler qu’un lot de vaccins devrait être prochainement reçu.
Il s’agit d’un lot important du vaccin spoutnik V et de plus de 400.000 doses du vaccin de Sinopharm. Le ministre de la santé s’est rendu à Zeralda pour s’enquérir de l’état d’avancement du projet de réalisation d’un hôpital de traumatologie de 120 lits. M. Abderrahmane Benbouzid a exprimé sa satisfaction quant à la qualité des travaux et à l’état d’avancement des travaux qui a atteint 65%.
Cet établissement de santé sera pluridisciplinaire proposant des services de chirurgie générale, en maxillo-faciale et en neurologie avec des scanners.
D’autres centres de traumatologie seront réalisés, notamment à Annaba et Oran en sus d’un autre récemment livré à Bordj Bou Arreridj. Le ministre a souligné que les entreprises nationales enregistrent un bond en termes d’aménagement et d’équipements en matière hospitaliers avec des produits locaux.
Le ministre a affirmé que le dialogue avec les partenaires sociaux du secteur "se poursuit", ajoutant que certaines revendications pourraient être satisfaites "dans les plus brefs délais" et qu’une réunion est prévue aujourd’hui à cet effet.
Sami Kaid

///////////////////////////////////////

Hôpital de Touggourt
Relancer les travaux de réalisation

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, a déclaré, lundi dernier, à Touggourt, que le contrat avec l’entreprise de réalisation du projet de 240 lits a été résilié après avoir constaté un retard des travaux.
«Nous avons décidé de résilier le contrat avec la société chinoise chargée de la réalisation de l’hôpital 240 lits après avoir constaté un retard dans l’exécution des travaux, le non respect des délais de réalisation et des pénalités de retard seront prises à l’encontre de cette entreprise», a affirmé lors de l’inspection du projet en question dans le cadre de sa visite de travail dans cette wilaya.
M. Benbouzid a appelé les autorités locales de prendre toutes les mesures afin de relancer les travaux de réalisation «dans les plus brefs délais».
«Cette structure médicale est censée être livrée en 2017, toutefois, elle est inachevée et il est inadmissible de gérer la situation de pareille cadence». «Nous œuvrons actuellement à rassurer le citoyen, et opérer le changement dans le cadre de l’édification de l’Algérie nouvelle, état de fait requiert une rupture avec les anciennes pratiques», a souligné le ministre.
«Ce projet est un acquis important pour la région, et sera équipé en moyens médicaux de pointe qu’il appartient à protéger», a poursuivi M. Benbouzid.
Occupant une surface de six hectares, dont 3,7 h bâtis, ce projet de l’hôpital de 240 lits de Touggourt a été lancé en février 2012 pour un montant d’investissement de plus de 4,9 milliards DA. Cette future structure dispose d’un bloc opératoire composé de six salles, d’un service de réanimation, d’un service de soins intensifs, un laboratoire, une pharmacie, et une salle d’archives, selon sa fiche technique.
Le ministre de la Santé a par ailleurs annoncé que son département lance une réflexion sur la projection d’un grand centre de référence pour les soins des brûlures.
Le ministre de la Santé a mis l’accent sur la nécessité d’accélérer les procédures afin de lancer l’appel d’offres relatif au projet du Centre hospitalo-universitaire (CHU) retenu en faveur de la wilaya.
«Il est nécessaire de lancer l’appel d’offres dans les meilleurs délais pour concrétiser ce projet conformément à un délai de réalisation bien déterminé et des mesures extrêmement strictes», a affirmé le ministre lors de sa visite de l’assiette foncière identifiée pour accueillir le projet.
«La réalisation de ce projet doit être confiée à une entreprise réalisatrice qualifiée dotée de crédibilité d’expérience et de respect des engagements», a-t-il insisté. Il s’agit d’un site desservi par les services de transport et jouxtant plusieurs infrastructures, notamment la gare multimodale, le pôle universitaire-3, ainsi que les axes routiers menant vers les villes de Touggourt et Ghardaïa, selon les explications fournies à la délégation ministérielle.
Les différentes contraintes constatées au début de l’étude technique sont déjà réglées par les autorités de la wilaya, ont indiqué des représentants du bureau d'étude concerné par ce projet.
Implanté dans le flanc ouest de la ville d’Ouargla sur une surface de 23,50 hectares et d’une extension de 7,50 hectares, relevant du domaine privé, ce projet est composé de différentes installations médicales modernes et 50 logements d’astreinte, a-t-on ajouté.
D’une capacité d’accueil de 400 lits, le CHU d'Ouargla qui disposera de différentes installations, dont des pôles d’hospitalisation, un service des urgences médico-chirurgicales, un bloc pédagogique et des logements d'astreinte, permettra d’assurer les conditions de confort, dans un environnement sain et sécurisé, pour le personnel médical, les malades et leurs accompagnateurs, a-t-on signalé.
Il sera concrétisé conformément à un mode d’architecture répondant aux spécificités oasiennes, culturelles et bioclimatiques de la région, avec l’intégration des énergies renouvelables et la végétalisation des espaces extérieurs, selon sa fiche technique.
Au cours de sa visite, le ministre s’est enquis du fonctionnement de l’hôpital psychiatrique implanté dans la localité de Lahdeb (commune de Rouissat), tout en étant intensif aux préoccupations soulevées par le personnel, notamment le déficit enregistré en matière de la capacité d’accueil de cette structure de santé, les médecins spécialistes, les paramédicaux, les agents de sécurité et les moyens de transport.
D’une capacité d’accueil de 120 lits, cet hôpital à vocation régionale, a enregistré 1.605 consultations médicales et plus de 183 cas d’urgence, ainsi que 251 consultations psychiatriques de l’enfant durant le premier trimestre de l’année en cours.
M. Benbouzid a clôturé sa visite par une rencontre avec des cadres de son secteur et représentants de la société civile.

Sur le même thème

Multimedia