Le médiateur de la République à Sétif : Lutter contre la bureaucratie et la corruption

Ph. : Dj. Krache
Ph. : Dj. Krache

M. Karim Younes ministre d’Etat, médiateur de la République a procédé lundi à Sétif, à l’inauguration du siège de l’instance et s’est enquis des requêtes des citoyens. Accompagné du wali, du président de l’APW et de la déléguée locale, M. Karim Younes a insisté sur la nécessité de prêter une oreille attentive au citoyen et veiller à la prise en charge de ses préoccupations. Il a mis l’accent sur le besoin d’investir l’Algérie profonde et a souligné «la nécessité de livrer une lutte sans merci à la bureaucratie et à la corruption, deux phénomènes qui ne sont pas sans impacter négativement le quotidien du citoyen».
Lors d’une rencontre, en présence des directeurs de l’exécutif, les chefs de daïra, des présidents d’APC et de représentants de la société civile, le médiateur de la République s’est incliné devant la mémoire des victimes de l’accident de Khemis Miliana et rendu hommage aux éléments de la Protection civile et de l’ANP. Il a rappelé les instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune allant dans le sens de l’amélioration du service public, la réduction des inégalités et la bonne gouvernance. Il ajoute que le président de la République insiste sur le rôle du médiateur. «Le délégué local n’est ni un wali, ni un juge, ni un avocat, ni un agent d’administration et encore moins celui qui incarne la voix du peuple. Il doit être le facilitateur et le conciliateur entre le citoyen et l’administration», relève Karim Younes. Il souligne que «la délégation locale est une instance indépendante et pas un appendice de l’administration». 8052 citoyens ont été reçus par les structures de la médiation au niveau national de même que l’examen et le règlement de 912 requêtes à Alger,106 à Oran,78 à Sétif,78 à Skikda, 74 à Chlef et 68 à Bejaia. Karim Younes a présidé une cérémonie de remise de 80.000 masques de protection, 300 litres de gel désinfectant, 600 kits de protection pour les médecins et 5.000 tapis jetables aux secteurs de l’Education, des Affaires religieuses et de la Santé. F. Zoghbi

Sur le même thème

Multimedia