Le MAE reçu à Nairobi par le président Kenyatta

Le MAE s’entretient avec son homologue kenyane
Les relations bilatérales ainsi que les foyers de tension en Afrique abordés

-------------------------------

Le Ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum, a été reçu, en audience vendredi, à Nairobi, par le Président kenyan,
M. Uhuru Kenyatta, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères. M. Boukadoum a saisi cette «opportunité pour transmettre au président kenyan les salutations distinguées et fraternelles du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, réaffirmant sa ferme volonté de renforcer le partenariat entre les deux pays et d’impulser une nouvelle dynamique à la coopération bilatérale», précise le ministère.
Pour sa part, M. Uhuru Kenyatta a rappelé les «profonds liens historiques qui unissent les deux pays et peuples frères, ancrés dans leur lutte pour la décolonisation et l’émancipation, et marqués par la constance des relations privilégiées de solidarité, d’amitié et de soutien mutuel». Il a exprimé son «désir de rehausser la coopération bilatérale dans ses dimensions politique, sécuritaire, économique et culturelle». L’audience a, également, donné lieu à l’examen des questions régionales et internationales d’intérêt commun, notamment celles liées à la «sécurité et au développement en Afrique». A ce propos, il a été relevé «avec satisfaction la convergence des vues et positions, fruit de la concertation régulière» entre les deux pays. A cet égard, le ministre a salué le «rôle stabilisateur du Kenya dans la région de l’Afrique de l’Est, de même que les espoirs de l’Afrique qu’il incarne en siégeant en qualité de membre non-permanent au Conseil de sécurité». Le président Kenyatta a «chargé le ministre de transmettre à Monsieur le Président de la République, son frère, M. Abdelmadjid Tebboune, ses meilleures salutations et ses sincères vœux de santé et de bien-être personnels et davantage de progrès et de prospérité au peuple algérien frère», conclut le ministère.

--------------------------------

Le MAE s’entretient avec son homologue kenyane
Les relations bilatérales ainsi que les foyers de tension en Afrique abordés

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a tenu vendredi une réunion de travail avec son homologue kenyane, Raychelle Omamo, à Nairobi, avec laquelle il a évoqué les relations bilatérales ainsi que les principaux foyers de tension sur le continent africain, y compris les situations en Libye et au Sahara Occidental, a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Les deux ministres ont procédé à un «examen approfondi» de l’état des relations bilatérales, explorant les voies et moyens de leur renforcement. Ils se sont particulièrement félicités de la qualité des relations politiques «historiques» et du «partenariat stratégique qui lie les deux pays», a précisé le ministère.
En outre, les deux chefs de la diplomatie sont convenus d’approfondir et raffermir davantage la coopération bilatérale dans les domaines économique et commercial, en mettant en place les «mécanismes nécessaires à même de les mettre au diapason des excellentes relations politiques», a ajouté la même source. Au titre des questions régionales et internationales, les deux ministres ont relevé avec «satisfaction la convergence de leurs positions privilégiant le respect des principes du droit international et le règlement pacifique» des crises et conflits. Ils ont passé en revue les derniers développements des «principaux foyers de tension sur le continent africain, y compris les situations prévalant en Libye, au Sahara Occidental, au Mali et dans les régions du Sahel, du Centre et de la Corne de l’Afrique». À cette occasion, M. Boukadoum a tenu à féliciter son homologue, Mme Raychelle Omamo, pour le «leadership régional et continental du Kenya», lui souhaitant un «franc succès dans l’exercice de son mandat en tant que membre non-permanent du Conseil de Sécurité des Nations unies», tout en l’assurant du «soutien de l’Algérie dans cette entreprise visant à porter haut et fort les aspirations légitimes des peuples africains à la paix et à la stabilité», a ajouté le ministère.

Sur le même thème

Multimedia