Le Dr Akhamouk, membre du comité de suivi de l’évolution de la pandémie : «La fermeture des écoles n’est pas à l’ordre du jour»

«La suspension des activités scolaires et la fermeture des écoles ne sont pas à l’ordre du jour», a affirmé le Dr Elias Akhamouk, membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie Covid-19, dans une déclaration à El Moudjahid. Le Dr Akhamouk a indiqué que le protocole sanitaire, établi par le ministère de l’Éducation et validé par le Comité scientifique, est rigoureusement suivi par la majorité des écoles. «Nous sommes en train de suivre la situation au niveau des établissements scolaires, et quand on enregistre des cas, on procède à leur fermeture», a précisé le chef de service des maladies infectieuses à l’EPH de Tamanrasset. S’exprimant sur la situation de l’évolution de l’épidémie, il dit qu’il s’agit d’une importante ascension du nombre de contaminations, précisant que la situation est très préoccupante. Selon le spécialiste, il y a des écarts importants en nombre de nouveaux cas de contamination entre les wilayas.
Le Dr Akhamouk fait savoir que certains wilayas n’enregistrent aucun cas, alors que d’autres enregistrent moins de 10 nouveaux cas par jour, par contre les wilayas qui ont la plus grande densité enregistrent un nombre important de malades, mettant la pression sur le personnel de la santé, ce qui provoque un manque de places et une consommation importante d’oxygène.
«C’est dans ces wilayas que la situation est très préoccupante», a-t-il noté, ajoutant que dans les wilayas du Sud, les températures élevées ne favorisent pas la propagation du virus. La contamination est élevée là où la densité de la population est importante, citant le cas de Jijel, d’Alger, de Béjaïa et d’Oran. Ces wilayas sont marquées par une importante activité commerciale favorisant les regroupements, ce qui augmente le risque de contamination.
«Le Comité scientifique suit quotidiennement la situation de l’épidémie dans chaque wilaya et au niveau des hôpitaux», a indiqué le praticien. Il précise que des recommandations de durcissement des mesures sanitaires ont été formulées suite à la hausse des cas d’atteinte par le coronavirus, dont l’extension de la liste des wilayas concernées par les mesures de confinement, ainsi que la fermeture de certaines activités commerciales. Le spécialiste n’écarte pas la possibilité de recourir à d’autres mesures plus drastiques, dans le cas où la situation de la pandémie s’aggrave. Le Dr Akhamouk a relevé l’importance pour le citoyen de respecter et d’appliquer les consignes sanitaires pour freiner la propagation de l’épidémie. «Si l’on veut avoir moins de décès, il faut avoir moins de cas, et si l’on veut avoir moins de cas, il faut revenir au respect des mesures de prévention et de protection», fait-il remarquer. Il ajoute que l’application des mesures de protection et de prévention contre le coronavirus a permis d’enregistrer une baisse très appréciable et très importante du nombre des cas de contamination. «Pour revenir à une vie plus ou moins normale et sauvegarder des vies, il faut revenir au respect des mesures de précaution», a-t-il conclu.
Kamelia Hadjib

Sur le même thème

Multimedia