Kamel Beldjoud, à l’occasion de la Journée de la police arabe : Adhésion aux démarches de coopération interarabe

Ph. Nesrine T.
Ph. Nesrine T.

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, a mis en avant la disposition permanente de la police algérienne à adhérer à toutes les démarches visant à encourager la coopération interarabe, en consécration des accords communs sur l'échange des expertises, des expériences et des informations au service de l'intérêt des peuples arabes en matière de stabilité.

Intervenant samedi dernier lors d'une cérémonie à l'occasion de la célébration de la journée de la Police arabe (18 décembre), en présence d’un nombre de membres du gouvernement, M. Beldjoud a affirmé que «l’Algérie accorde une importance capitale à l’élargissement de l’action policière commune, à la faveur d'un échange de vues à même de déboucher sur un plan sécuritaire commun, dans lequel sont prises en compte la dimension arabe et les spécificités et traditions de chaque société».
Pour M. Beldjoud, «ce rendez-vous historique, institué depuis 1972, est une halte importante incitant à l'activation des liens de coopération et de partenariat entre les pays arabes dans le domaine de la police au regard de son rôle efficace dans le renforcement des mécanismes de protection des personnes et des biens».
Il a rappelé, dans ce sillage, «les progrès qu’a connus la police arabe, lesquels ont largement contribué à la lutte contre la criminalité, sous toutes ses formes et à la consolidation de l’action de proximité au plus profond des sociétés arabes, et ce, grâce à son investissement dans la ressource humaine et à sa bonne exploitation des équipements des nouvelles technologies».
Appelant les responsables de la police arabe à «établir davantage de passerelles de coopération et d'échange d'expériences et d'expertises, M. Beldjoud a plaidé pour une unification des visions en matière de traitement des questions sécuritaires qui relèvent de leurs compétences, tout en soulignant l’impératif respect des droits de l’homme et de sa dignité».
Il a souligné, dans ce sens, que le respect de ces principes relève des qualités intrinsèques des Algériens, imprégnés de la source novembriste et des valeurs fondées sur les principes de fraternité, d’entraide et de cohésion pour vivre sous le toit de l’Algérie, qui a entrepris, à pas accélérés et minutieusement étudiés, l’édification d’un nouveau mode de gouvernance basé sur la démocratie participative».
Par ailleurs, le ministre a mis l’accent sur la nécessité de la vigilance «face à l'usage néfaste du progrès technologique, exploité par les professionnels du crime», préconisant l'adoption d'une approche arabe commune pour contrer la criminalité transfrontalière, notamment dans le contexte de la recrudescence, dans le monde, de l’utilisation du cyberespace.
Evoquant la conjoncture sanitaire exceptionnelle dans laquelle est célébrée cette année la journée de la Police arabe, M. Beldjoud a mis en avant le rôle de prévention éminent joué par les services de la police en Algérie, à l’instar des autres pays arabes, à travers l’appui apporté par ses éléments, aux côtés des autres corps de sécurité et corps constitués, à l’armée blanche dans ses missions.
Pour sa part, le Directeur général de la sûreté nationale (DGSN), Khelifa Ounissi, a affirmé que «la police algérienne a approfondi davantage cette année sa dimension de proximité», en contribuant à l'activation des mécanismes de mise en œuvre du plan de sécurité sanitaire, en collaboration avec les différents partenaires et acteurs, à travers la mobilisation de tous les moyens humains et matériels pour une application rigoureuse des mesures préventives arrêtées par le gouvernement afin d'endiguer la pandémie du Coronavirus. De son côté, le Secrétaire général du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur (CMAI), Mohamed Ben Ali Koumane, a rappelé que la célébration de la journée de la Police arabe intervient cette année dans une conjoncture exceptionnelle marquée par la propagation de la Covid-19 mais toujours avec la recrudescence du crime, du terrorisme, du trafic de drogue, de la traite des êtres humains, de la prolifération des armes outre le piratage électronique.
Soulignant l'ampleur des responsabilités et missions incombant aux dispositifs de sécurité, il a rappelé leur participation, en outre de la sensibilisation des citoyens aux mesures de prévention contre cette pandémie.
La cérémonie de célébration de la journée de la Police arabe a été l’occasion de rendre hommage à des représentants du corps médical et paramédical et de remettre des distinctions à des enfants de policiers ayant obtenu le baccalauréat avec mention et aux universitaires parmi les fonctionnaires de police, dont les études ont été sanctionnées par des Doctorats dans plusieurs spécialités. Ont également été honorés, des représentants des services de la police pour les résultats obtenus en matière de prévention et de lutte contre le crime et leur accompagnement des citoyens en cette conjoncture sanitaire, ainsi que des fonctionnaires de la police mis à la retraite.
Le président de l’Association nationale des retraités de la Sûreté nationale, Naït Abdelaziz Hamimi, a, lui aussi, été honoré pour le travail accompli par cette association en faveur des futures générations de la Sûreté nationale.
Le DGSN a tenu à saluer les efforts et le rôle des retraités de la Sûreté nationale en matière de renforcement de la sécurité.

Sur le même thème

Multimedia