Entreprise du Métro d'Alger : Plus de 5.000 emplois créés

Le directeur général de l’Entreprise du métro d’Alger (EMA), Ali Arezki, a indiqué mercredi dernier à Alger que son entreprise a généré un nombre «important» de postes d’emplois avec plus de 5.000 postes pour l’ensemble des transports en commun gérés par l’entreprise.
«L’entreprise a créé plus de 5.000 postes d’emplois dont 3.500 postes pour les besoins des six tramways et 800 postes pour les besoins des téléphériques et télécabines au niveau national», a précisé M. Arezki lors d’une séance d’audition par les membres de la Commission des transports et des télécommunications de l’Assemblée populaire
nationale (APN), présidée par Chaâbane Laouaâr.
M. Arezki a assuré que l’EMA continue à verser les salaires de ses employés en dépit de la crise sanitaire du Covid-19 qui a «lourdement» impacté l’entreprise avec des pertes estimées à plus de 13 milliards DA. Concernant les projets de l’entreprise, M. Arezki a évoqué certains projets prévus, mais qui sont actuellement gelés, faute de moyens financiers. Il a cité notamment les projets des tramways de Batna et d’Annaba, dont les études de réalisation ont été finalisées en attendant l’affectation de l'enveloppe budgétaire pour leur lancement effectif.
Le DG de l'EMA a cité également le projet du métro d’Oran qui devait desservir cette ville de plus 1,6 million d’habitants.
S'agissant des projets qui sont toujours en cours de réalisation, malgré le contexte de la crise sanitaire, M. Arezki a évoqué les travaux d’extension de tramway de Constantine (Ali Mendjeli) ainsi que la ligne du tramway de Mostaganem qui seront mises en service dès le deuxième trimestre 2021.
Il a, en outre, abordé les travaux en cours pour la livraison du tronçon d'extension du métro d'Alger à partir de la station d'El-Harrach vers l'aéroport international Houari-Boumediène et de celle de Ain Naâdja vers la commune de Baraki, assurant que les chantiers engagés «avancent bien», et ce, «en dépit de la crise sanitaire et de ses répercussions sur la trésorerie de l’entreprise».
La ligne reliant El-Harrach à l'aéroport international Houari-Boumediène s'étend sur un linéaire de 9,5 km avec neuf stations. Quant à celle reliant Ain Naadja à Baraki, elle s'étend sur 6 km avec 6 stations, a-t-il mentionné.
A propos du nombre des usagers fréquentant le Métro d’Alger, M. Arezki a communiqué le chiffre de 170.000 voyageurs par jour, en 2019, soit une hausse de plus de 10% par rapport à 2018.
Par ailleurs, le DG de l'EMA a tenu à rappeler que le Métro d’Alger est actuellement géré par une filiale à 100% algérienne créée par EMA, et ce, depuis le 1er novembre 2020.
«Le contrat liant l’EMA au partenaire étranger (RATP-El Djazaïr, filiale de la compagnie française RATP-Développement), avait expiré le 31 octobre 2020», a-t-il fait savoir.
Par ailleurs, M. Arezki a mis en avant lors de cette séance d'audition, les compétences algériennes de l’entreprise, assurant que «le partenariat étranger entrepris dans le cadre de l’assistance technique dans l’exploitation du projet durant ces neuf dernières années avait permis aux cadres et aux ingénieurs algériens d’acquérir l’expérience requise pour l’exploitation du métro».

Sur le même thème

Multimedia