Energies renouvelables : La société mixte Sonatrach-Sonelgaz est née

La mise en œuvre du Programme national des énergies renouvelables enregistre la création d’une société mixte Sonatrach-Sonelgaz (50%-50%), sous la supervision du ministère de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, indique un communiqué du ministère de l’Énergie.
La naissance de cette société est intervenue à l’issue de l’assemblée générale extraordinaire des deux groupes, tenue mardi et présidée par M. Arkab, en présence des ministres des Finances, de la Transition énergétique et des PDG de Sonatrach et Sonelgaz. Depuis sa nomination, le Pr Chitour n’a eu de cesse de revendiquer la création de cette entreprise ainsi que l’implication des deux groupes dans le développement des EnR et la réussite de la transition énergétique. «Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre du temps», mettait en garde le ministre, soulignant que «si la transition énergétique a des chances de réussir en Algérie, ce sera grâce à Sonatrach et Sonelgaz». Aux yeux du ministre, «la transition énergétique, c’est l’affaire de tous les départements ministériels et de la société algérienne, pas uniquement celle de notre département». Il ajoute que «l’objectif tracé pour l'année 2021 dans la feuille de route du secteur consiste à économiser un taux de 10% de l'énergie consommée actuellement, soit 6 millions de tonnes par an». Notons par ailleurs que le gouvernement ne veut pas voir se reproduire l’échec du programme des 22.000 MW, dont uniquement 400 à 500 MW sont réalisés.
Les prévisions doivent être rationnelles et compatibles aux moyens existants. Aujourd’hui, pour tenter de combler ce grand retard, un nouveau programme de développement des énergies renouvelables a été lancé cette année avec l’objectif de réaliser une capacité de 16.000 MW à l’horizon 2035, et ce, exclusivement à base de solaire photovoltaïque. 94% seront produits par des centrales solaires connectées au réseau électrique national, dont une première tranche de 4.000 MWc est à réaliser à l’horizon 2024 et les 6% restants sont à déployer en mode autonome à l’horizon 2030. L’Algérie possède l’un des plus grands gisements solaires au monde, un potentiel énergétique inépuisable permettant de produire quelque 3.000 KW/heure au mètre carré.
Pour aller de l’avant, le Pr Chitour a promis que, dès l’année en cours, l’Algérie va inaugurer un important programme de construction de centrales solaires en diverses régions des zones sahariennes et des Hauts Plateaux. «Il devient urgent d’aller vers la transition énergétique, en levant les blocages dus aux anciennes habitudes», recommandait le ministre, rappelant que l’Algérie possède actuellement environ 2500 milliards de mètres cubes de gaz naturel en réserve, dont elle consomme près de 100 millions chaque année». Dans 25 ans, et à ce rythme, déplore le Pr Chitour, «nous risquons un sérieux problème», qui est celui de ne plus pouvoir exporter. Il faudra à ce moment, dit-il, choisir entre consommer ou exporter».
Fouad Irnatene

///////////////////////////////

Promouvoir  la production d’électricité d’origine renouvelable

La nouvelle Société algérienne des énergies renouvelables (SHAEMS), détenue par les groupes Sonatrach (50%) et Sonelgaz (50%), sera chargée de réaliser le programme national de développement des énergies renouvelables pour la production de l’électricité, a indiqué mercredi, un communiqué du ministère de la Transition énergétique et des énergies Renouvelables.
"La mise en place d’une telle société découle du besoin d’une importante structure de développement et de facilitation des projets de développement des moyens de production d’électricité d’origine renouvelable, depuis le potentiel jusqu’à la mise en œuvre", a précisé la même source.
Le ministère de la Transition énergétique et des énergies renouvelables a rappelé qu'il avait engagé la création d’une société de développement des énergies renouvelables, et ce, dans le cadre de la stratégie de transition vers un mix énergétique privilégiant les énergies renouvelables, adoptée par le gouvernement.
Aussi, l’étude d’opportunité, menée conjointement par le ministère de la Transition énergétique et des énergies renouvelables et le ministère de l’Energie et des mines, a abouti à la décision de la création d’une société par actions (50% Sonatrach et 50% Sonelgaz), a-t-il rappelé.

Sur le même thème

Multimedia