Elections législatives, bureaux itinérants : Début des opérations de vote

  • Biskra : Sensibilisation sur l’importance du scrutin
  • Béjaïa : La voix des urnes
  • APN : De l'Assemblée constituante de 1962 à la 9é législature

Les opérations de vote ont débuté, hier à 8h, au niveau des bureaux de vote itinérants, déployés dans les zones enclavées des wilayas du Sud, dans le cadre des législatives du 12 juin 2021, ont constaté des journalistes de l'APS.

Concernés par un avancement réglementaire de 72 heures de la date du scrutin, ces bureaux, au nombre de 34, sont déployés à travers les zones enclavées des wilayas d'Ouargla (6), Tindouf (9), Tamanrasset (3), Illizi (5), Djanet (9) et In-Guezzam (2), pour permettre à près de 33.890 électeurs portés sur leurs listes d'accomplir leur devoir électoral dans de bonnes conditions, selon les données des délégations locales de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE).
Dotés de tous les moyens nécessaires et accompagnés notamment de représentants des candidats, en plus de la couverture sanitaire et sécuritaire, les bureaux sont ouverts pour accueillir leurs premiers électeurs, dans le strict respect du protocole sanitaire de prévention contre la pandémie du Covid-19.
Des bureaux itinérants sont déployés à travers la daïra frontalière d’El-Borma, située à 420 km au sud-est d’Ouargla.
Avancée réglementairement de 72 heures de la date du scrutin, l’opération a ainsi débuté dans six bureaux itinérants déployés à travers les zones éparses et enclavées de cette daïra, à l’instar de Keskassa, El-Guelta, El-Menkaa, Bir-Lahrèche, Rourdh El-Baguel, Ourhoud, Hassi-Berkine, Bir-Koulas et Bir-Akfadou, en vue de permettre aux 7.805 électeurs portés sur leurs listes d’accomplir leur devoir civique, a indiqué le coordinateur de la délégation de wilaya d’Ouargla de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Ali Chemsa.
Outre leur encadrement humain, ces bureaux ont été dotés des équipements nécessaires pour assurer de «bonnes conditions» de déroulement du vote aux électeurs inscrits sur leurs listes, dont les populations nomades et les éléments de l’Armée nationale populaire déployés dans cette région frontalière avec la Tunisie, a-t-il ajouté. Selon l’ANIE, les électeurs et les électrices inscrits sur les listes de ces bureaux itinérants représentent quelque 70% de l’électorat de l’ensemble de la daïra d’El-Borma, estimé à 10.969 inscrits, répartis sur 14 bureaux pour lesquels ont été mobilisés 103 encadreurs. Le dispositif de prévention sanitaire contre la pandémie de coronavirus, notamment le port du masque de protection et la distanciation physique, est mis en place au niveau de l’ensemble des bureaux électoraux. L’opération de vote a débuté à travers les zones éparses de la daïra frontalière de Béni-Ounif (110 km au nord de Bechar), a appris l’APS auprès de la délégation de wilaya de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE).
Deux bureaux mixtes, où sont inscrits 1.722 électrices et électeurs, sont ouverts depuis mercredi à travers les zones éparses d’El-Guetrani et Fendi, pour permettre aux électeurs de ces zones de choisir leurs élus et pourvoir les trois sièges accordés à la wilaya à l’Assemblée populaire nationale (APN), parmi les 45 listes de candidatures en lice (18 partisanes et 27 indépendantes), a précisé à l’APS le chargé de la communication à la délégation de wilaya de l’ANIE, Mohamed Djermane.
Un dispositif sanitaire de prévention contre le coronavirus est mis en place, avec la contribution de la direction locale de la Santé et de la Population. Tous les moyens humains, logistiques et un dispositif sécuritaire sont mobilisés pour un bon déroulement de ces élections législatives, a souligné Mohamed Djermane.
La wilaya de Bechar compte quatre bureaux itinérants — dont les deux où a débuté hier le vote — sillonneront, jusqu’à samedi, les zones éloignées des communes de Béni-Ounif, Bechar et Abadla.

------------------------------------------------

Biskra : Sensibilisation sur l’importance du scrutin

Une caravane de sensibilisation sur l’importance de participer aux législatives du 12 juin courant a été lancée, mardi dernier, dans la wilaya de Biskra, à l’initiative des acteurs de la société civile.
La caravane qui s’est ébranlée depuis le chef-lieu, comprend des membres de plusieurs organisations, telles que les Scouts musulmans algériens (SMA), le Croissant-Rouge algérien (CRA), des associations culturelles, ainsi que plusieurs personnalités du secteur culturel et artistique de la wilaya, sillonnera plusieurs communes de Biskra, dans le cadre d’une activité de proximité pour sensibiliser sur l’impératif de participer à la prochaine échéance électorale.
Pour le commissaire des SMA de Biskra, Mustapha Djaber, le rendez-vous électoral pour choisir des représentants du peuple à la prochaine Assemblée populaire nationale «mérite de mobiliser tous les acteurs de la société civile pour contribuer à sa réussite», eu égard, a-t-il soutenu, à «son importance dans le choix des personnes qui auront la responsabilité de porter la voix du peuple à l’autorité suprême du pays». Il a, dans ce sens, ajouté que la sensibilisation des citoyens pour participer aux législatives «vise à les informer de la responsabilité leur incombant dans l’édification de l’Algérie nouvelle».
De son côté, Nedjoua Bendjabou, présidente de l’association «Nada» pour la promotion de la femme à Biskra, a indiqué que la participation des différentes catégories de la société, en particulier les femmes, découle d'une «prise de conscience collective quant à l'importance de cette échéance notamment, avec l’existence d’intentions réelles pour l’édification d'une nouvelle étape à laquelle tout le monde aspire».
Elle a également affirmé que «le changement ne peut s’opérer sans la contribution de tous et la participation à l’échéance électorale en votant pour élire les plus aptes», relevant que «la caravane vise à transmettre cela aux citoyens».
Soulignant de son côté que «chaque citoyen porte sa patrie dans son cœur, en particulier les intellectuels et les artistes», le comédien Tahar Safir, a relevé que «les artistes, indépendamment de leurs orientations, ont le devoir d’éclairer la société et de sensibiliser les citoyens sur des étapes cruciales pour le pays, en particulier celles liées à la construction des institutions de l'Etat».
Il a détaillé que la prochaine échéance intervient dans une phase caractérisée par «l'émergence d'un espoir pour opérer le changement, aspirer à un avenir meilleur et œuvrer pour préserver la stabilité».
Il est à souligner que cette caravane de sensibilisation d'une journée comprend des explications sur l'importance de la prochaine échéance électorale et la nécessité d’y participer. Aussi, des dépliants sur ce rendez-vous électoral ont été distribués aux citoyens.

------------------------------------------------

Béjaïa : La voix des urnes

Après une campagne timide où aucun meeting populaire n’a été organisé à travers les localités de la wilaya de Bejaïa, les 14 listes des formations politiques et les 3 listes indépendantes ont optés pour une campagne de proximité à travers les villages et communes de la wilaya. Les candidats ont appelés les citoyens à voter pour le changement loin des anciennes traditions électorales entachées de favoritisme. Les candidats ont eu des rencontres avec les citoyens à travers les communes. Avec la fin de la campagne électorale, tous se préparent pour le samedi 12 juin pour définir la nouvelle carte politique d’une assemblée populaire nationale qui aura pour mission de répondre au défi de l’édification de l’Algérie nouvelle.

M. Laouer

------------------------------------------------

APN : De l'Assemblée constituante de 1962 à la 9é législature

Les élections législatives du 12 juin prochain donneront lieu à une nouvelle Assemblée populaire nationale pour une 9é législature de l'Algérie indépendante, depuis l'Assemblée constituante de 1962, en passant par le Conseil national de transition (CNT).
Le 20 septembre 1962, le peuple Algérien a approuvé par voie référendaire l'Assemblée nationale constituante (ANC) qui avait pour mission de désigner un gouvernement provisoire, légiférer au nom du peuple et élaborer un projet de Constitution.
Composée de 196 députés issus du Front de libération nationale (FLN), l'ANC a été présidée par Ferhat Abbas qui présenta sa démission en août 1963. Ce fut Hadj Ben Allah qui assura l'intérim avant d'être élu président le 1er octobre de la même année.
Ben Alla sera, ensuite, réélu à la présidence de cette Assemblée constituée de 138 députés, le 7 octobre 1964 à l'issue des élections du 20 septembre 1964. Le 8 mars 1977 a connu la naissance de la première Assemblée populaire nationale avec ses 273 députés, présidée par Rabah Bitat. Ce dernier détient le record de longévité au poste deprésident de l'APN. En effet, Bitat a été réélu pour la seconde fois pour le compte de la 2ème législature en février 1982 (285 députés), avant d’être réélu pour la troisième fois en février 1987 (295 députés). Cependant, il n’a pas assuré cette 3ème législature jusqu’à la fin du mandat, puisqu’il a présenté sa démission en octobre 1990. C'est Abdelaziz Belkhadem qui occupait le poste de vice-président à l'époque, qui le remplace jusqu’à sa dissolution le 4 janvier 1992. Après l’arrêt du processus électoral, le pouvoir législatif a été assuré par le Conseil national de transition (CNT) qui a exercé une fonction législative par ordonnance du 18 mai 1994 au 18 mai 1997. Composé de 192 membres désignés, le CNT était dirigé par Abdelkader Bensalah, réélu, ensuite, à l’unanimité à la tête de la quatrième législature, composée de 380 députés, du 14 juin 1997 au 10 juin 2002. Karim Younes lui succède avant de présenter sa démission le 3 juin 2004. Et c'est Amar Saâdani qui le remplace le 23 juin de la même année jusqu'en mai 2007, mois de l’élection de la sixième législature (2007-2012).
Comprenant 389 députés installés officiellement le 17 mai, la présidence de la chambre basse a été présidée par Abdelaziz Ziari, avant que Mohamed-Larbi OuldKhelifa ne lui succède à ce poste pour le compte de la septième législature (mais 2012-mai 2017).
Le nombre des députés a été revu à la hausse (462 parlementaires) appartenant notamment à de nouveaux partis politiques.
La dernière législative (8ème) issue du 4 mai 2017 a enregistré, quant à elle, trois présidents, à savoir Saïd Bouhadja, puis Mouad Bouchareb(octobre 2018) ensuite Slimane Chenine (juillet 2019), avant que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, n'annonce, le 18 février 2021, dans un discours à la Nation, la dissolution de l'APN et l'organisation d'élections législatives anticipées, répondant ainsi aux doléances du Hirak qui a appelé à la rupture avec l’ancien système et la dissolution de l’Assemblée.
La campagne électorale pour ces législatives comprenant 1.483 listes (646 listes présentées au titre d'un parti politique et 837 listes indépendantes) a été ouverte officiellement le 20 mai dernier, pour prendre fin mardi 8 mai à minuit.
Les candidats en lice devront se disputer, le 12 juin, les 407 sièges de la neuvième législature.

 

Sur le même thème

Multimedia