Ecole supérieure d’Infanterie : Maîtrise de l’environnement tactique

Ph. Y. Cheurfi
Ph. Y. Cheurfi

L’Ecole supérieure d’Infanterie Djelloul-Abidat de Cherchell relevant du commandement des forces terrestres a organisé, jeudi dernier, une visite guidée au profit des médias afin de présenter les missions et le rôle de cet important pôle militaire.
Ce qui est certain, selon le Commandant de l’Ecole supérieure d’Infanterie, c’est que l'évolution du fantassin s'est faite par l'évolution de la technologie embarquée et les conditions de mise en œuvre. «Les évolutions les plus récentes pour notre armée consistent à intégrer des équipements électroniques permettant la coordination et la mise en œuvre dans les conditions les plus difficiles».
Le général-major Djilali Rih a souligné que la formation du militaire est réalisée en proportion directe avec la philosophie de la guerre, qui est en constante évolution. «Ce changement nous impose de modifier la philosophie de la formation qui repose sur les dernières technologies que notre école a adoptées. C’est devenu un élément central de la politique de formation».
Il précisera également que la formation dans les institutions du ministère de la Défense nationale est devenue une «activité majeure et un des investissements des plus importants» pour suivre le rythme des changements et des mutations observés dans l'environnement interne et externe. «Par conséquent, le haut Commandement a mis à notre disposition des installations pédagogiques modernes et une assistance pour toutes sortes d'armes et d'équipements pour la formation, ce qui nous a permis d'atteindre un niveau de réalisme de combat sans précédent et de manière économique et précise tout en économisant le temps et les coûts et en doublant la capacité militaire».
Dans le même ordre d’idées, le général-major Rih a affirmé que son institution a pris la décision de changer le système de formation traditionnel pour un système basé sur une technologie de formation intégrée, avec l'application de diverses théories et règles de formation, pour développer les compétences nécessaires à la maîtrise des actions.
Il a rappelé à cette occasion les principes de base de l'entraînement au combat et la façon dont le commandement des forces terrestres travaille pour enraciner l'approbation des principes d'entraînement positifs, dont l’application, à travers le processus de formation sur lequel s’appuie l’école, a permis de faire du militaire un «élément de base» dans l'art de la guerre. «Les missions principales de l’ESI, a-t-il poursuivi, consistent à préparer les officiers et les sous-officiers à assumer des responsabilités de commandement et à travailler au sein de leur état-major».
Les journalistes ont visité les structures de l’école et approcher les engins sur lesquels sont formés les fantassins par un personnel des plus qualifiés. Ils ont assisté également à la mise en place d’un exercice tactique contre un groupe terroriste.
La visite a été clôturée par des exhibitions sportives de self-défense exécutées par les élèves de l’école.

Mohamed Mendaci

Sur le même thème

Multimedia