Dialogue social : Prévenir les conflits de travail

Après les instructions données par le président de la République pour engager le dialogue avec les partenaires sociaux aux fins d'améliorer la situation socioprofessionnelle des employés du secteur de l’éducation nationale, des organisations syndicales affichent leur
satisfaction et insistent sur l’importance de la concertation avec les partenaires sociaux en vue d’éviter la pression du front social.
«Ces instructions sont claires et ne souffrent aucune ambiguïté», soutient le coordinateur du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique.
Meziane Meriane prévient que l’absence de dialogue pourrait déboucher sur des problèmes sociaux et juge nécessaire l’ouverture d’un débat sérieux avec les parties concernées pour solutionner
les problèmes auxquels font face les travailleurs en général et les l’enseignants en particulier.
«La prise en charge des problèmes au niveau local évitera leur accumulation et la complication de la situation.
Un dossier qui n’est pas pris en charge à ce niveau et reste sans réponse va engendrer une accumulation de problèmes.
C’est la réalité du terrain et cela va automatiquement déboucher sur des conséquences graves, explique-t-il, se référant aux nombreux mouvements de débrayage observés par les enseignants pour demander la prise en charge de leurs revendications.
Le syndicaliste estime que les enseignants sont dans leur droit de réclamer l’amélioration de leurs conditions socioprofessionnelles qui n’ont pas été, selon lui, améliorées depuis 2007 et affirme, à propos de la révision du statut particulier de l'enseignant ordonnée par le président de la République, que le texte promulgué en 2012 contient beaucoup d’incohérences.
Il rappelle qu’un travail a été déjà effectué conjointement avec le ministère de l’Education nationale à l’époque pour revoir le statut particulier de l’enseignant et une commission mixte a été mise en place en ce sens.
La commission a travaillé pendant plus d’une année et a finalisé son travail.
Pour le coordinateur national du Snapest, il suffit d’appliquer ce qui a été élaboré après un travail minutieux mené par la commission mixte qui a duré plus d’une année, pour aboutir à ce projet de révision.
«Ceci est une reconnaissance des efforts consentis par l’enseignant qui a toujours fait preuve de professionnalisme pour prodiguer un enseignement de qualité».
Kamélia Hadjib

Sur le même thème

Multimedia