Coopération algéro-allemande : Signature de contrats d'exécution de deux projets

Ph. Nacéra I.
Ph. Nacéra I.

Coopération algéro-allemande : signature de contrats d'exécution de deux projets

Des contrats d'exécution de deux projets de coopération bilatérale entre l'Algérie et l'Allemagne ont été signés, lundi, entre le ministère de l’Environnement et la Coopération allemande au développement GIZ. Les documents ont été signés par la ministre de l'Environnement, Dalila Boudjemaa, et l'ambassadeur de la République Fédérale d'Allemagne en Algérie, Mme Elisabeth Wolbers, lors d’une cérémonie organisée au siège du ministère.

Les deux contrats d'exécution concernent les projets «Protection de l'Environnement et de la Biodiversité du Littoral Algérien (PEBLA)» et «Amélioration de la mise en œuvre de fiscalité environnementale (ALFEN)». Dans une allocution, la ministre de l'Environnement a souligné l’importance des deux projets pour l’Algérie. «Ces deux projets sont d’une grande importance pour notre pays, qu'il s'agisse d'améliorer la gestion de nos côtes ou de l'imposition de taxes environnementales», a relevé Mme Boudjemaa, précisant que le projet relatif a la Protection de l'Environnement et de la Biodiversité du Littoral Algérien est devenu un moyen pour revoir la stratégie nationale de gestion intégrée des zones côtières de manière intégrée et cohérente entre tous les secteurs concernés notamment pour les activités durables. Le premier projet est d’une valeur de 6,2 millions d’euros et le deuxième de 4 millions d’euros et ce dans le cadre du partenariat, concernent plusieurs secteurs tels que la santé, les collectivités locales, l’agriculture et le tourisme. «Ces des projets intégrés auront un impact sur le cadre de vie du citoyen», a-t-elle noté, précisant que le projet relatif à l’Amélioration de la mise en œuvre de fiscalité environnementale, ne constitue en aucun cas une forme de sanction pour les entreprises mais vise à les inciter à changer de comportement vis-à-vis de l’environnement. Mme Boudjemaa a, dans le contexte, précisé que la loi sur la protection de l’environnement a évoqué le principe du pollueur-payeur. «Cette taxe n’est pas imposée aux entreprises non polluantes», a noté la ministre.
Rappelant les différents projets lancés dans le cadre de la coopération algéro-allemande, Mme Boudjemaa a relevé l’importance de cette coopération fructueuse qui a permis le renforcement des compétences et l’acquisition du savoir-faire en matière de protection de l’environnement et de la biodiversité. «Plusieurs projets lancés dans le cadre de partenariat avec la Coopération allemande au développement GIZ ont été achevé avec succès», a-t-elle souligné, citant entre autres le projet relatif à la gouvernance environnementale qui a permis de créer des coopératives au profit de la femme rurale dans le domaine de la diversité des Ressources biologiques. Pour sa part, l'ambassadeur de la République fédérale d'Allemagne en Algérie, Mme Elisabeth Wolbers, a indiqué que les deux projets s’inscrivent dans le cadre de la coopération technique bilatérale entre l’Algérie et l’Allemagne. «Une opération qui est l’un des piliers les plus importants des bonnes relations entre nos deux pays établies déjà depuis les années 1970, soutenue et formalisée par la signature d’un accord cadre en 2002», a-t-elle rappelé, précisant que la coopération entre l’Algérie est l’Allemagne s’est concrétisée durant près d’un demi-siècle par des interventions multiples dans les domaines de l’environnement, de la gestion des déchets, le changement climatique, la transition énergétique et d’autres domaines. Mme Elisabeth Wolbers a indiqué que le ministère de l’Environnement et le partenaire le plus important de cette coopération qui est basée sur une confiance mutuelle et un intérêt commun et qui a enregistré un progrès important. Elle a souligné l’engagement de l’Algérie dans la réussite de cette coopération, tout en réitérant la disposition du gouvernement allemand à poursuivre la coopération pour le bien des deux pays. De son côté, la directrice résidente de la GIZ en Algérie, Ella Schieber, a indiqué que la signature de contrats d’exécution consiste à renforcer la mise en œuvre de deux projets qui ont été lancés avec des bons résultats. «La signature de ces deux contrats d’exécution nous permet de clarifier les rôles respectifs de la GIZ et du ministère de l’Environnement, ainsi que les contributions mutuelles et souligné l’engagement et les responsabilités partagés», a-t-elle expliqué.
Kamélia Hadjib

Sur le même thème

Multimedia