Commentaire : Un outil d'analyse

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a ordonné, lors de la dernière réunion périodique du Conseil des ministres, la création d'un nouveau réseau de statistiques dans le secteur du commerce afin de déterminer avec précision les besoins nationaux. Commentant l'exposé présenté par le ministre du Commerce sur le projet de la plateforme numérique du Fichier national du produit algérien, le président de la République a instruit le gouvernement à l'effet de «créer un nouveau réseau de statistiques en tant que mécanisme reposant sur de véritables indicateurs pour une économie transparente. Ce réseau devra prendre en ligne de compte la production, l'importation, la consommation nationale, et portera sur toutes les communes du pays, dans le but de déterminer avec précision les besoins nationaux». Un tel instrument servira aussi de baromètre pour la croissance, plus ou moins irrégulière, au cours de ces cinq dernières années. Les voies et moyens de sa reprise et de son accélération devraient être en cohérence avec les besoins réels de la population, lesquels besoins devraient être facilement discernables grâce à des données statistiques fiables. Même si des progrès indéniables ont été enregistrés, notamment en matière d'infrastructures, il n'en est pas moins vrai que le potentiel de développement du commerce est contraint par les faiblesses qui caractérisent l'évolution numérique du secteur, auquel viennent s'ajouter les tares en termes de moyens humains et matériels. Dans le domaine du commerce électronique, par exemple, les déficiences handicapent le développement du commerce et par conséquent le bien-être des populations et le rendement de l'activité commerciale, ce qui ne favorise pas la confiance et la transparence des transactions, au sens large du terme. Le manque de données statistiques compromet les possibilités d'accroître l'activité commerciale de façon optimale. De l’autre côté, il faut remarquer les imperfections et de réelles faiblesses dans la capacité à rentabiliser la production nationale et les importations. Bien que les solutions relevant du potentiel du pays existent, il semble vital de recourir à des analyses méthodiques et approfondies, comme préalable à une étape importante pour amorcer un autre rythme de développement, dans le sillage des réformes possibles.
Par exemple, pour les dépenses publiques, il n’y a pas que celles relatives à la compensation qu’il faille considérer, mais aussi celles relatives au train de vie. Plus généralement, il importe de définir les moyens de réduire autant que possible les dépenses et le gaspillage des ressources financières du pays. Il convient de noter que la création d'un mécanisme de statistiques a aussi pour objectif de suivre le changement mondial et s’adapter, tout en rattrapant le retard économique en réduisant la facture de consommation. C'est, par ailleurs, un outil d'analyse de la situation macroéconomique et sociale ainsi que des caractéristiques de la croissance économique et les tendances de son rythme et de voir la contribution différenciée et évolutive de ses composantes. Le passage à un palier de croissance plus élevé est tributaire, notamment, du rôle moteur de la demande intérieure (consommation des ménages) et de l’effort d’investissement des secteurs privé et public, et la croissance des activités liées au commerce devrait reprendre à la faveur de la mise en œuvre des réformes économiques, annoncées par le gouvernement, touchant divers secteurs.
Farid Bouyahia

Sur le même thème

Multimedia