Commentaire : Des mesures opportunes

Les secteurs de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ont constitué l’essentiel des mesures que le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune a prises lors du dernier Conseil des ministres.
Des décisions qui confèrent à ce Conseil des ministres un intérêt palpable eu égard aux secteurs examinés.
Le chef de l’Etat a particulièrement insisté sur la création de l'Ecole nationale supérieure des mathématiques et de l'Ecole nationale supérieure de l'intelligence industrielle.
Par des prises de décisions opportunes, le souci de promouvoir l’élément humain en tant qu’élite active s’est encore vérifié.
L’on retient l’engagement du Président Tebboune à redynamiser la recherche scientifique, pour en faire un facteur de développement réel.
Trop de promesses ont été faites mais le décollage définitif ne s’est pas réalisé. De surcroît, l’Algérie ne peut plus se permettre de voir ses compétences s’exiler ailleurs, offrir ses services dans des pays qui n’ont contribué ni de près, ni de loin à leur formation.
Les raisons sont connues et auxquelles il faut remédier : Attrait des avantages matériels, opportunités de travail, un environnement professionnel plus incitatif… On fait l’impasse sur les carcans administratifs, la faiblesse des débouchés pour les nouveaux diplômés, l’absence de passerelles entre l’université et l’entreprise.
Il est grand temps de stopper la fuite des cerveaux, formés à prix d’or par la nation. Avec le tarissement inéluctable des hydrocarbures, la seule alternative ne peut s’accomplir qu’avec la valorisation d’une main-d’œuvre qualifiée. La renaissance ne se transmet pas par atavisme, mais par une optimisation permanente des éminences grises, par une complémentarité de leurs efforts. La décision de créer de nouvelles villes scientifiques comprenant des écoles nationales supérieures spécialisées dans différentes régions du pays sera d’un apport considérable pour renforcer le potentiel scientifique déjà existant et de le mobiliser en fonction des besoins nationaux.
Abdelmadjid Tebboune a souligné la nécessité de prendre en charge toutes les franges de la société, notamment les personnes aux besoins spécifiques. Leur insertion sociale et professionnelle l’exige pour en faire des citoyens à part entière. Il a mis l'accent sur la création d'une école nationale supérieure pour la formation des enseignants spécialisés dans l'apprentissage de la langue des sourds-muets qui entrera en service à la prochaine rentrée. Il a chargé le ministère de la Santé de créer un établissement hospitalier pour les malentendants et les sourds, instruit le gouvernement de trouver les mécanismes pour s’occuper des enfants autistes. Par ailleurs, le Président a mis en avant le rôle clé de la culture et des arts, longtemps considérés comme des parents pauvres, pour on ne sait quel étrange paradoxe. En dépit des entraves bureaucratiques, le pays regorge de suffisamment de talents pétris d’enthousiasme, qui refaçonnent vaille que vaille, notre champ culturel.
Ce foisonnement, qui ne demande qu’à s’extérioriser davantage, mérite tous les encouragements.
Des mesures efficaces sont indispensables pour insuffler une montée en cadence prometteuse de productions fécondes et intelligentes.
Les jeunes artistes, les producteurs et tous les professionnels du secteur ont la volonté et le désir de faire sortir la culture des sentiers battus où on l’a confinée et de la rétablir dans la plénitude de ses droits.
M. B.

Sur le même thème

Multimedia