Chems Eddine Chitour : «L’hydrogène sera le gaz naturel de l’Algérie à partir de 2030»

Ph. : Wafa
Ph. : Wafa
  • Définir  la stratégie de l’Algérie dans le domaine
  • Une demande sera formulée au gouvernement en matière de financement

Le ministre de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, Chems Eddine Chitour, a annoncé, mardi à Alger, la tenue, le 19 avril , d’une journée dédiée à l’hydrogène vert, réunissant tous les acteurs du secteur et qui verra la création du pôle hydrogène algérien.

Le ministre a qualifié cette journée de «très importante», vu qu'elle verra la création du «pôle hydrogène pour l’Algérie», en plus de la mise en place d’un plan hydrogène «comme tous les pays développés», a-t-il précisé.
Il a ajouté que l’Algérie aspire, à travers cette démarche, «à entrer dans la révolution de l’hydrogène vert», et pour cela toute la force de frappe du pays, dans le domaine, sera réunie.
M. Chitour a cité parmi les parties qui seront conviées à ce rendez-vous le Centre de Recherche dans le domaine des Energies Renouvelables (CDER), mais aussi tous les chercheurs qui travaillent dans ce domaine et qui seront impliqués dans ce projet. Il sera question, a souligné M. Chitour, de définir la stratégie de l’Algérie dans le domaine de l’hydrogène, une démarche qui sera suivie, selon lui, par une demande qui sera formulée au gouvernement en matière de financement. Un financement sera également sollicité auprès des instances internationales notamment les Nations unies, qui travaillent à l’atténuation des changements climatiques, a ajouté le ministre, expliquant que le développement de l’hydrogène entre dans le cadre du développement durable pour sortir des énergies fossiles. M. Chitour a souligné que l’objectif de cette démarche est de préparer 2030 de telle sorte que lorsque les ressources de gaz naturel ne seront plus assez importantes, l’hydrogène prendra la relève.
L’hydrogène sera le gaz naturel de l’Algérie à partir de 2030, a-t-il affirmé, tout en insistant sur l’impératif de commencer à concrétiser ce chantier «maintenant», mentionnant qu'il y avait une «révolution à entreprendre» et que «l’Algérie devra être en phase avec la réalité et ne plus être dépassée par les évènements».
Pour réaliser ce plan, le ministre a indiqué qu'il fallait se battre pour mobiliser des financements sans perdre de temps, faisant part de l’intérêt de l’Europe pour l’hydrogène comme source d’énergie avançant des besoins de l’ordre de 80.000 GW en 2030.
«Pendant longtemps, l’Algérie a accompagné l’Europe avec le gaz naturel, maintenant nous allons l’accompagner avec l’hydrogène», a-t-il précisé.
M. Chitour a énuméré, en outre, les nombreuses utilisations de l’hydrogène en citant les piles à combustible pour faire fonctionner les véhicules ou encore ses utilisations dans la pétrochimie verte.

//////////////////////////////////////

Commissariat aux énergies renouvelables
Un débat national sur le dossier le 28 avril

Le Commissariat aux énergies renouvelables et à l'efficacité énergétique (Cerefe) a annoncé mardi dans un communiqué l'organisation d'une conférence-débat le 28 avril sur le thème de «l'Hydrogène vert en Algérie et les perspectives d'un développement durable». L'objectif assigné à cette conférence est d'initier un «débat national autour de l'hydrogène vert, dont le développement suscite actuellement un grand intérêt, étant considéré comme un point de passage vers une industrie respectueuse de l'environnement et sobre en carbone. Cette conférence, qui aura lieu au niveau du Centre de recherche sur l'information scientifique et technique (Cerist) à Ben Aknoun, fait partie d'une série de rencontres-débats autour des enjeux stratégiques liés aux grandes mutations énergétiques. Dans ce contexte, le Cerefe a jugé qu'il est opportun de tenir sa première conférence-débat sur le sujet, au vu de l'engouement créé autour de l'hydrogène, notamment pour sa composante verte et comme support au stockage en masse de l'électricité produite à base de ressources renouvelables, notamment intermittentes. Selon le Cerefe, cette conférence intervient à un moment où l'on assiste à une dynamique mondiale autour de ce sujet ainsi que ses retombées économiques, stratégiques et environnementales, soulignant que «l'Algérie doit engager dès à présent les réflexions qui s'imposent afin de se frayer un chemin dans l'environnement énergétique et industriel de demain».
Les travaux de la conférence débuteront par une plénière qui sera donnée par le docteur Abdallah Khellaf, directeur de recherche au Centre de développement des énergies renouvelables et président des Symposiums internationaux sur l'hydrogène renouvelable organisés à Alger en 2016, 2017 et 2019. Cette conférence sera suivie d'une table ronde qui sera animée par un panel constitué d'experts résidents en Algérie et à l'étranger dont les discussions porteront, entre autres, sur le potentiel de l'Algérie en matière de développement de la production et du transport de l'hydrogène vert, les avancées technologiques dans ce domaine et les perspectives de déploiement en Algérie, les aspects liés au stockage et transport de l'hydrogène, ainsi que l'économie de l'hydrogène.
Les participants devront aborder également la question des infrastructures et mécanismes à mettre en place, la coopération régionale et internationale dans le domaine de l'hydrogène vert et le positionnement de l'Algérie.
Un débat large sera ouvert à l'ensemble des participants représentant les institutions publiques, la recherche et développement, les acteurs industriels et économiques ainsi que toutes les parties prenantes afin d'exposer leurs divers points de vue et recommandations.

//////////////////////////////////////

Agence pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie
Portes ouvertes en milieu scolaire

L'Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l'utilisation de l'énergie (Aprue) organise, aujourd’hui, la 12e édition des journées portes ouvertes dans le milieu scolaire sur les économies d'énergie et la transition énergétique, et ce au niveau des écoles primaires de la commune de Hydra (Alger). L'objectif principal de ces journées, initiées sous l'égide du ministère de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, en collaboration avec la Direction de l'éducation d'Alger-Ouest et l'APC de Hydra, est de «sensibiliser les écoliers à la rationalisation de la consommation de l'énergie et à les préparer à la transition énergétique dans laquelle le pays est pleinement engagé», a indiqué mercredi l'Aprue, dans un communiqué. L'inauguration de cette manifestation, qui coïncide cette année avec la journée du Savoir «Youm El-Ilm», se déroulera à l'École primaire Frères Obbad, située dans la commune de Hydra, en présence du ministre de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, Chems Eddine Chitour, a précisé la même source.
Un programme culturel a été préparé conjointement avec les structures du ministère de l'Éducation nationale, pour célébrer la journée du Savoir, avec comme slogan : «La science et le savoir au service d'une transition énergétique efficace».
«La sensibilisation des enfants constitue une priorité et permet à la fois de préparer le citoyen de demain et de faire de l'enfant un acteur d'influence dans son entourage qui contribuera au changement des habitudes de consommation, où la sobriété sera irriguée comme principal cardinal», relève l'Aprue. En prévision de cette journée inaugurale, une formation des enseignants de toutes les écoles primaires de la commune de Hydra a été organisée, le 6 avril dernier, visant à présenter et à expliquer le contenu du cours type sur la transition énergétique et les économies d'énergies, qu'ils dispenseront à leur tour dans les écoles respectives. S'agissant du programme de ces journées portes ouvertes, il comporte une exposition d'équipements des énergies renouvelables et d'efficacité énergétique, un atelier de dessin, des présentations de scénettes sur la transition énergétique et d'autres activités culturelles. Des supports pédagogiques et un guide sur les bons gestes à accomplir pour rationaliser la consommation d'énergie à la maison et à l'école seront en outre remis à l'ensemble des écoliers, en vue de mettre à leur disposition des outils auxquels ils pourront se référer dans leur quotidien, a-t-on souligné de même source.

//////////////////////////////////////

PNUD
Quatre axes de coopération

Le ministère de la Transition énergétique et des Energies renouvelables et le Programme des Nations unies pour le Développement en Algérie (PNUD) ont recommandé mardi à l'issue des travaux de la conférence sur la transition énergétique durable et innovante, de renforcer leur coopération
autour de quatre axes principaux relatifs à la formation, l'autoconsommation, les forêts et à l'hydrogène vert. La première recommandation concerne l'identification de pistes de coopération avec le PNUD dans les domaines de la formation dans l'objectif de mettre en place un pôle d'excellence en transition énergétique. Les deux parties ont préconisé également d'accompagner le ministère dans la mise en place d'un programme de développement de l'autoconsommation en énergies renouvelables s'appuyant sur l'expérience du PNUD dans les autres pays. Il a été proposé, de plus, que le PNUD renforce la coopération qui existe entre le système des Nations unies et le ministère de l'Agriculture (au profit de la DGF) pour le soutien à la redynamisation du Barrage vert, grâce à une expertise technique nécessaire. La quatrième recommandation concerne l'accompagnement de l'Algérie dans un programme de recherche et développement dans le domaine sur l'hydrogène vert, bénéficiant de l'expérience acquise dans les pays leaders dans le domaine. En outre, une série de recommandations ont été présentées par les participants aux quatre ateliers organisés au cours du deuxième jour de cet évènement.
Les participants au premier atelier dédié au «Développement et promotion des énergies renouvelables en Algérie», ont préconisé, entre autres, l'adaptation de la réglementation aux petites et moyennes puissances, la mise en place d'une fiscalité verte en plus des mesures visant à encourager la création de PME d'installateurs, de maintenance et de suivi dans les énergies renouvelables (EnR). Les participants à cet atelier ont proposé aussi la création d'un guichet unique pour faciliter toutes les démarches auprès des opérateurs désirant investir dans les EnR ou encore le recours au financement international. Les animateurs de l'atelier sur les «Développement et promotion de l'efficacité énergétique en Algérie» ont proposé de leur côté la poursuite de la réflexion sur une loi relative à la transition énergétique avec des textes d'application, ou encore l'organisation d'assises avec les opérateurs du secteur privé et le développement de mécanismes de financement verts avec la mise en place de crédits verts, d'exonérations et des taux bonifiés pour faciliter l'accessibilité aux équipements. Concernant l'atelier ayant pour thème «Recherche et développement, formation et viviers locaux de l'innovation dans les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique», il a été recommandé de déterminer les besoins en termes de formation par secteur, l'acquisition du matériel pédagogique par les établissements de formation, l'implication des laboratoires et des centres de recherche pour assurer le transfert de savoir-faire technologique vers le milieu industriel. Quant à l'atelier «Responsabilité sociétale et employabilité», il a permis de définir des recommandations, et parmi elles, instaurer la confiance entre les citoyens et le ministère à travers l'échange d'informations avec les associations, faire en sorte que la Fonction publique reconnaisse les diplômes dans le domaine des EnR ou encore lancer une réflexion pour le développement d'un nouveau modèle de subvention pour encourager l'émergence de la notion de l'écocitoyenneté.

Sur le même thème

Multimedia