Centre pour le dialogue humanitaire : L’Algérie, pivot central de la paix et de la stabilité dans la région

Le Conseiller spécial chargé de l'Asie et de l'Afrique auprès du Centre pour le dialogue humanitaire (HD Centre) chargé de l'Asie et de l'Afrique, Omeyya Seddik, a affirmé, mercredi, que l’Algérie constitue «le pivot central» de la paix et de la stabilité dans la région» et que «le pilier de la solution en Libye c'est les pays du voisinage», mettant en garde contre la persistance de la crise et la perte de confiance des Libyens en le processus de règlement politique.
Dans une brève déclaration à l'APS, M. Omeyya Seddik a fait état d'une visite effectuée en Algérie du 4 au 6 janvier en cours par une délégation du Centre pour le dialogue humanitaire, lors de laquelle «il a été convenu avec les responsables algériens de maintenir le contact et la concertation pour contribuer à l'aboutissement d'une solution garantissant la stabilité durable à travers la réhabilitation des institutions de l’Etat unifié et la restauration de la souveraineté nationale en Libye, pays frère».
Il a souligné, à ce propos, que le Centre pour le dialogue humanitaire (HD Centre), en tant qu’organisation internationale indépendante, considère que «l’Algérie constitue le pivot central de la paix et de la stabilité dans la région». M. Omeyya Seddik avait précédemment déclaré que «l’Algérie pouvait fortement contribuer aujourd’hui à sauver la situation en Libye», mettant en avant l’impératif de donner de l'importance à «une initiative basée sur la réalité géographique, c'est-à-dire dont le pilier sera les pays du voisinage». Soulignant que des pays, dont l’Algérie,
«n’ont d’autres aspirations que la stabilité, d'où l'intérêt de la concertation avec eux pour aider les Libyens», il a évoqué «une convergence entre l’analyse du Centre et l’approche algérienne à ce propos».
Concernant les voies de règlement de la crise libyenne, il a mis en avant «l’impérative unification des efforts entre les pays du voisinage», rappelant que plusieurs tentatives et initiatives politiques n’ont pas abouti aux résultats escomptés.
«Aujourd’hui, nous sommes à un moment crucial car si le processus politique n’aboutit pas aux résultats escomptés, les Libyens perdront, cette fois, confiance en le processus politique», a-t-il estimé, mettant en garde contre le risque, dans ce cas là, d'un retour aux options militaires et d'une exacerbation de la crise.
Pour M. Seddik, l’ingérence étrangère est parmi les facteurs derrière la poursuite de la crise en Libye, d'autant que certains pays, a-t-il expliqué, «avancent des prétextes d'aide et d'assistance alors qu'en fait ils aggravent la crise».
Une délégation d'experts du HD Centre conduite par son Directeur général, Gerald David John, a séjourné en Algérie du 4 au 6 janvier courant dans le cadre d'une démarche de consolidation du rôle des pays du voisinage de la Libye pour la réussite du processus de paix et la consécration d'une solution politique, qui respecte l'unité et la souveraineté du peuple libyen.
Le Centre pour le dialogue humanitaire (HD) est une Organisation de diplomatie privée basée en Suisse et fondée sur des principes d'humanité, d'impartialité, de neutralité et d'indépendance. Sa mission est d'aider à prévenir, atténuer et résoudre les conflits armés par le biais du dialogue et de la Médiation.

Multimedia