Assises nationales sur l’économie de la connaissance, Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad : «Concrétiser les projets innovants»

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a estimé, lundi à Alger, que «les entreprises activant dans le domaine industriel doivent accompagner les chercheurs et autres créateurs algériens dans la concrétisation de leurs projets innovants, afin de contribuer au développement économique du pays», a indiqué M. Djerad, lors de la visite d'une exposition organisée en marge des Assises nationales sur l'économie de la connaissance tenues au Centre international des conférences.

Le Premier ministre a déclaré que l'accompagnement des projets innovants figurait parmi les priorités du programme d'action du gouvernement, ajoutant que l'appui des Start-up et autres micro-entreprises constitue l'un des supports du nouveau modèle économique. Après avoir écouté les explications d'un chercheur algérien, qui a indiqué avoir créé un "matériau léger" (breveté) pouvant être utilisé dans l'électronique notamment l'aéronautique, le Premier ministre a appelé ce chercheur à prendre contact avec le ministère de l'Energie et des Mines pour une éventuelle utilisation de sa découverte au niveau du site de Ghar Djebilet à Tindouf (l'un des plus grands gisements de fer au monde).
Il a également visité le stand d'une entreprise spécialisée dans la création de formules de compléments alimentaires (SI Pharma) où il a mis en avant la disponibilité en Algérie de spécialistes qualifiés, notamment dans le domaine pharmacologique qu'il faut, a-t-il dit, encourager afin de développer ce secteur créateurs d'emploi et qui peut engranger des devises.
M. Djerad a aussi visité des stands de start-up et micro-entreprises activant dans les énergies renouvelables où il a exhorté les jeunes à trouver des solutions innovantes afin de contribuer à accompagner les efforts nationaux visant à diminuer les dépenses énergétiques (gaz et électricité notamment).

/////////////////////////////////////////////

Le président du CNESE, Réda Tir
«Mobiliser tous les secteurs»

Le président du Conseil national économique, social et environnemental (CNESE), Réda Tir a affirmé que l'Algérie était en mesure d'amorcer la transformation économique, en mettant à profit, les potentialités intellectuelles créatrices existantes chez les jeunes et les chercheurs, soulignant à cet effet, la nécessité d'élaborer une feuille de route pour mobiliser tous les secteurs au service du développement de l'économie de la connaissance.
Le même responsable a appelé à l'élaboration d'une feuille de route et des recommandations qui permettront de mobiliser toutes les instances et tous les secteurs ministériels, à l'effet de contribuer au développement de l'économie de la connaissance. Pour M. Tir, la participation du CNESE à l'organisation de ces assises, en compagnie du ministère délégué chargé de l'économie de la connaissance et des startups, vise à appuyer les efforts que le ministère déploie, en vue de relancer le secteur des start-up vers le mieux et consacrer le concept de l'économie basée sur la connaissance.
A ce titre, le président du CNESE a souligné que le développement de l'économie de la connaissance requiert la mobilisation des moyens de l'Etat, en vue de financer les recherches et les efforts de création au niveau des centres scientifiques, des universités et aussi au niveau des entreprises économiques, à l'effet d'obtenir et employer la connaissance, dans le but d'améliorer la qualité de vie de la population dans tous les domaines. Il considère également que l'économie de la connaissance repose essentiellement sur le recours à la ressource humaine et la réactivation de la recherche scientifique, en vue d'opérer un ensemble de changements stratégiques dans l'économie nationale et ce, dans l'objectif de la développer, afin qu'elle soit au diapason des défis du nouveau système de mondialisation, des Technologies de l'information et de la communication (TIC) et du développement durable.
Ce travail requiert la conjugaison des efforts des différents acteurs publics et privés, en vue de relancer la généralisation des technologies dans l'industrie algérienne, a-t-il dit, ajoutant que " notre pays dispose de capacités et de hautes compétences dans plusieurs domaines et qui nécessitent encouragement, en mettant à disposition, des mesures incitatives et des moyens nécessaires".

Sur le même thème

Multimedia