ANP : Poursuite de la Lutte contre le terrorisme et le trafic de drogue

L’ANP a déjoué, cette semaine, une tentative d'infiltration terroriste, à la frontière avec le Mali. Selon le ministère de la Défense nationale, dans le cadre de la lutte antiterroriste et grâce à l’exploitation de renseignements sécuritaires, un détachement de l’ANP a capturé le terroriste dénommé «Okbaoui Abdi» dit «Abdi Ould Barka», à Bordj Badji Mokhtar, au sud-est du pays, à la frontière avec le Mali.

Ledit terroriste avait rallié, en 2016, l'une des organisations terroristes activant au Sahel, précise la même source. Dans la même région frontalière et suite à une opération de fouille et de recherche le long de la bande frontalière à Bordj Badji Mokhtar, un autre détachement de l’ANP a découvert une cache d’armes et de munitions contenant 2 pistolets-mitrailleurs de type Kalachnikov, 3 chargeurs de munitions, 3 roquettes antichar RPG-2, 3 roquettes antipersonnel RPG-2, 1 grenade antipersonnel FLG, ainsi que 136 balles, alors qu’un autre lot de 2.485 balles de différents calibres a été également saisi à In Aménas dans la wilaya d’Illizi, ajoute la même source.
Ces actions renseignent sur «le haut professionnalisme et l’engagement indéfectible des forces armées à préserver et prémunir notre pays contre toute forme de menaces sécuritaires et fléaux connexes», note le MDN. Cette arrestation est un indicateur également de l’efficacité du travail de renseignement mettant en échec des tentatives d’infiltrations terroristes. Le dispositif de sécurisation des frontières est réadapté aux menaces terroristes, suite à la libération de plus de 270 terroristes au Mali dans le cadre d'un accord de libération d'otages réalisé contre une rançon. Des terroristes ont été capturés en Algérie, suite à une filature depuis les frontières. L’arrestation du terroriste «Abdi Okbaoui» dénote de cette vigilance. Il s’agit d’un «émissaire» du chef de l’organisation terroriste AQMI, en l’occurrence Yazid Mebarek dit «Abou Obeida Youssef al-Annabi», qui tente vainement de réactiver le terrorisme en Algérie. Le nouveau noyau de ce groupe a été neutralisé à Jijel.
Trois chefs vétérans ont été abattus et un autre «Abou Dahdah» arrêté. L’exploitation des renseignements a permis la récupération d’une première tranche de la rançon et la saisie d’un important arsenal d’armes à Tizi-Ouzou. Un plan d’attentats terroristes kamikazes et à l’explosif ont été déjoués. Depuis sa nomination à la tête de l’AQMI, en novembre dernier, après la neutralisation d’Abdelmalek Droukdel, le nouveau chef terroriste tente de concentrer son activité criminelle sur l’Algérie, notamment suite au versement de la rançon, ce qui permettrait le renforcement des capacités des terroristes.
Il a planifié de commettre des attentats spectaculaires avec un coup médiatique pour repositionner son organisation affaiblie, dans la région. Selon le ministère de la Défense, la première tranche de la rançon, objet du marché conclu le mois d’octobre passé au Sahel saisie par l’ANP est supposé être versé au profit «des résidus des groupes terroristes traqués par les services de sécurité au nord de notre pays».
Cette saisie constitue un coup dur pour l’organisation criminelle confrontée à des difficultés financières, notamment suite à l’assèchement de ces sources ainsi que l’arrestation d’un de ses éléments en l’occurrence «Abou Dahdah» qui a fourni des informations importantes ayant permis de dévoiler plusieurs plans criminels. Pour plusieurs experts, les opérations antiterroristes menées récemment par les détachements de l’ANP, en application des instructions du chef d’état-major de l’ANP, le général du corps d’armée Saïd Chanegriha, visent essentiellement à déjouer les tentatives répétées de restructuration et de redéploiement des groupes terroristes à travers la réactivation des anciennes phalanges démantelées. Les dernières opérations militaires ont été un coup dur pour les groupes terroristes qui activaient sous la coupe du GIA et avaient rejoint l’AQMI.

Guerre contre la drogue

Par ailleurs, les différents détachements de l’ANP maintiennent le degré de vigilance et de mobilisation notamment dans le cadre de la lutte contre le crime transfrontalier dont le narcotrafic. Ainsi «des détachements combinés de l'ANP ont intercepté, en coordination avec les différents services de sécurité dans diverses opérations exécutées à travers les différentes Régions militaires, durant la période allant du 24 février au 2 mars, 49 narcotrafiquants et saisi de grandes quantités de kif traité s’élevant à 12 quintaux et 14 kilogrammes, que les bandes criminelles ont tenté d'introduire à travers les frontières avec le Maroc», précise le MDN dans son bilan. Lors d’opérations distinctes au niveau des territoires des 2e et 3e Régions militaires, soit Oran et Béchar, 15 narcotrafiquants et saisi 11,47 quintaux de kif traité, alors que 34 narcotrafiquants ont été appréhendés et 67 kilogrammes de la même substance saisis. Le trafic transfrontalier des psychotropes fait ravage : 113.092 comprimés psychotropes et 150 grammes de cocaïne ont été saisis dans diverses opérations menées dans les autres régions militaires.
Neila Benrahal

Sur le même thème

Multimedia