Air Algérie face à la pandémie : Quatre avions de transport des passagers convertis en cargos

Plus de 10.000 tonnes de marchandises importées en pleine crise sanitaire

La direction d’Air Algérie a converti quatre avions de transport des voyageurs en cargos, pour s’adapter à la crise. Elle a adopté un plan pour répondre aux grands besoins en fournitures médicales au profit d’opérateurs publics ou privés, mais également assurer les exportations.

Air Algérie Cargo a renforcé les opérations d'importation et d'exportation de marchandises, notamment l’importation des médicaments et produits et fournitures pharmaceutiques en cette crise sanitaire. Air Algérie Cargo assure actuellement des vols quotidiens, notamment vers la France. «Auparavant, on assurait deux vols cargo par semaine suite à la convertibilité d’avions de transport de passagers vers le cargo, surtout qu’il y a concentration sur l’escale Alger», précise le directeur général de la filiale, Rabah Midou, à El Moudjahid.
Il a expliqué que la filiale est dotée de deux avions-cargos, un Boeing 737-800 d’une capacité de 20 tonnes et un Hercule LC 130 d’une capacité de 20 tonnes et de 2 ATR dédiés au fret. Le responsable a précisé qu’en raison de la crise sanitaire, plusieurs opérations d’importation de vaccins, produits pharmaceutiques, médicaments ont été effectuées par Air Algérie Cargo au profit d’opérateurs publics ou privés, dans le cadre de l’accompagnement des efforts de l’Etat dans la lutte et la prévention contre la COVID-19. Des importations de près de
10.000 tonnes ont été effectuées jusqu’à fin octobre contre 4.900 opérations d’exportation. Cette filiale a contribué à la préservation de l’économie nationale par le maintien de l’exportation par voie aérienne : «Il s’agit essentiellement de l’exportation de légumes et de fruits dont les dattes vers la France, l’Espagne, le Maroc et la Belgique avec 1.300 tonnes à la fin d’octobre à partir de l'aéroport international d'Alger Houari-Boumediene.» Des opérations d'exportation de dattes ont été effectuées également vers la Mauritanie dans le cadre du programme d’échanges commerciaux entre les deux pays. Air Algérie Cargo a effectué une moyenne de 2 à 3 vols par jour à destination de Paris, Lyon et Marseille où se concentrent un grand nombre de la communauté algérienne.

Dans le respect strict du protocole sanitaire

M. Midou a précisé que «les opérations d'exportation et d'importation sur les quatre avions se déroulent dans le respect strict du dispositif de prévention contre le coronavirus en coordination avec les services de sécurité et des Douanes et les agents d’Air Algérie».
Durant l’année 2019, Air Algérie Cargo a effectué le transport de 17.800 tonnes dont 8.500 tonnes à l’export et 9.600 tonnes à l’import et 750 tonnes à l’intérieur du pays.
La filiale est dotée d’une aire de traitement de fret de 16.000 m2 dont 6.000 m2 de capacités couvertes pour le stockage et 230 m2 d’espace de stockage sous température régulée. Air Algérie Cargo assure des vols réguliers chaque semaine vers Paris, Marseille, Lyon, Bruxelles et Madrid. Des charters relient Alger, Hassi Messaoud, Marseille, Munich, Genève, Casablanca, Nouakchot, en plus d’autres destinations à la demande des opérateurs économiques.

Plus de 4.500 dépouilles rapatriées depuis le début de la pandémie

L’Algérie a maintenu le rapatriement des corps des ressortissants décédés à l’étranger pour une cause autre que le coronavirus, a assuré le DG de la filiale, Rabah Midou.
«La particularité dans le transport aérien durant cette période marquée par la pandémie est la poursuite des opérations de rapatriement par Air Algérie Cargo des ressortissants algériens morts à l’étranger», note-t-il.
«Nous avons rapatrié jusqu’à la fin du mois d’octobre 4.502 dépouilles, notamment en provenance de Paris et Lyon, soit une moyenne de 30 dépouilles par vol, dans certains cas», révèle Midou.
«Un guichet unique est ouvert depuis près d’un mois dans la zone de fret à proximité de la direction d’Air Algérie Cargo pour faciliter les procédures de retrait des dépouilles et d’obtenir un laisser-passer et d’alléger les formalités», explique le DG.
Une commission est mise en place et elle est composée de représentants d’Air Algérie, de la Société de gestion des services et infrastructures aéroportuaires, de la Sûreté nationale et d’un médecin.
Neila Benrahal

Sur le même thème

Multimedia