Affaire GB Pharma, filiale de Condor : Le procès renvoyé au 9 novembre

- Sellal, Ouyahia, Zaâlane et Zoukh de nouveau à la barre.
- Hattab, Houda Faraoun et Hasbellaoui témoins.

Le pôle financier près le tribunal de Sidi M’hamed a renvoyé hier le procès de GB Pharma, filiale du groupe Condor, au 9 novembre prochain, a-t-on appris sur place.

L’audience s’est ouverte à 9h50. Dans la salle du pôle, située au 1er étage, il a été procédé à l’installation du grand écran, en prévision de l’audition par vidéoconférence. Des avocats et des témoins étaient sur place. C’est l’ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui est entré le premier dans la salle, escorté par des gendarmes et des gardiens de l’établissement pénitentiaire, suivi de l’ancien ministre des Transports, Abdelghani Zaâlane, et d’Amar Benhamadi, tous en détention. Le président de l’audience a ouvert le procès par l’appel des accusés, dont l’ancien wali d’Alger Abdelkader Zoukh, absent à l’audience. L’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia, en détention à l’établissement pénitentiaire d’Abadla à Béchar, poursuivi dans cette affaire, a comparu par visioconférence et a demandé d’emblée au juge de quelle affaire s’agit-il. «Je suis poursuivi dans les affaires de Ben Amor, Benhamadi, la Société d'investissement hôtelier (affaire Melzi)», dit-il. Le juge lui a répondu : «C’est l’affaire du défunt Moussa Benhamadi.» La greffière a appelé les témoins dans cette affaire, au nombre de 86 personnes, dont des anciens ministres, en l’occurrence Houda Imene Faraoun, ancienne ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication (absente), Mohamed Hattab, ancien wali et ancien ministre des Sports de et de la Jeunesse (présent), Mokhtar Hasbelllaoui, ancien ministre de la Santé, Chaid Hamoud (décédé), témoin dans l’affaire du financement occulte de la campagne électorale 2019, en sa qualité de trésorier de la direction de campagne de Bouteflika, Mohamed Salah Daas, ancien chargé de communication de Mobilis et conseiller du PDG à l’époque Saad Damma (présent). Omar Benhamadi, placé en détention provisoire dans l’affaire Condor, est auditionné dans ce procès, en qualité de témoin.
Selon le dossier, il s’agit de la filiale Condor, le groupe GB Pharma, spécialisé dans la fabrication des implants oculaires et des lentilles de contact en Algérie.
Dans cette affaire, les deux anciens Premiers ministres, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, ainsi que l’ancien wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, sont poursuivis pour octroi d’indus avantages à autrui, en violation des dispositions légales et réglementaires, de passation de contrats en violation des dispositions législatives et réglementaires en vigueur en vue d’accorder d’indus privilèges à autrui et de dilapidation de deniers publics, selon le parquet général près la Cour suprême, alors que l’ancien ministre des Transports, Abdelghani Zaâlane, est poursuivi pour «financement occulte de la campagne électorale» de l’ancien président Bouteflika, pour un 5e mandat. Quant à l’ancien wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, son dossier a été renvoyé devant une autre juridiction. L’accusé principal dans cette affaire est Moussa Benhamadi, poursuivi en sa qualité de ministre de la Poste et des Télécommunications, lors des faits.
Placé en détention provisoire, en août 2019, il est décédé en juillet dernier. Il bénéficiera, de ce fait, de l’extinction des poursuites judiciaires. Cette affaire est liée à l’instruction menée par le parquet général près la Cour suprême, en raison des statuts des accusés, qui bénéficiaient du privilège juridique. Les frères Benhamadi sont poursuivis dans l’affaire Condor, dont l’instruction n’est pas encore clôturée par le parquet près le tribunal de Sidi M’hamed.
Neila Benrahal

Sur le même thème

Multimedia