Affaire autoroute Est-Ouest : Le procès en appel reporté à la fin de la session criminelle

DR
DR

Le procès en appel de l’autoroute Est-Ouest a été reporté, jeudi dernier, par le tribunal criminel près la cour d’appel d’Alger, à la fin de la session criminelle en cours, à la demande des avocats du collectif de défense des accusés, en majorité absents.

L’audience s’est ouverte à 10h à la salle 2. Le président Mohamed Hattab a appelé les accusés, tous en liberté, dont l’accusé principal Madjdoub Chani, ancien conseiller de la société chinoise CITIC-CRCC qui se trouve à l’étranger selon des avocats. Mohamed Khelladi, ancien directeur des nouveaux programmes de l'Agence nationale des autoroutes, Adou Tadj Eddine, homme d'affaires, Belkacem Ferrachi, ex-cadre au ministère des Transports, Mohamed Ouezzane dit colonel Khaled, fonctionnaire au ministère de la Justice étaient présents à l’audience.
Les accusés Rachid Salim Hamdane, ex-directeur de la planification au ministère des Travaux publics, Ahmed Rafik Ghazali, ex-directeur des études à l'Agence nationale des autoroutes (ANA), et les frères Bouznacha Naim et Madani ainsi que Allab El Khier, investisseur, étaient absents. Les représentants et la défense des sociétés étrangères poursuivies en tant que personnes morales ont comparu à la barre pour affirmer leur présence. Il s’agit de Citic-Crcc (Chine), Smin (Canada) et Coba (Portugal alors que les représentants des sociétés Cojaal (Japon), Pizarroti et Caraventa (Suisse), Isolux Corsan (Espagne), étaient absents. Lors de la constitution des avocats, le représentant du Trésor public a voulu se constituer partie civile dans cette affaire.
Le président de l’audience lui a rappelé que cela avait été rejeté lors du premier procès. Maître Zouakou a précisé que la décision a été prise en raison de l’absence d’une demande de constitution à l’époque mais le tribunal avait maintenu le rejet. Après délibération, le tribunal a décidé le report du procès en appel à la fin de la session criminelle qui sera clôturée à la fin de février prochain. 218 affaires sont enrôlées, dont des affaires de trafic de drogue, de terrorisme et d’homicide volontaire. Il s’agit du deuxième procès de cette affaire qui revient après un pourvoi en cassation auprès de la cour suprême. Dix personnes, dont des anciens cadres du ministère des Travaux publics et de sociétés étrangères ainsi que sept personnes morales sont poursuivis pour association de malfaiteurs, corruption, blanchiment d’argent, trafic d’influence, perception de présents injustifiés et dilapidation de deniers publics, violation de la législation relative aux changes et abus de fonction. Des peines de prison allant d’un an avec sursis à 20 ans de réclusion ainsi que trois acquittements avaient été prononcés en mai 2015 contre 23 personnes morales et physiques. Une amende de 5 millions de DA avait été infligée à chacune des sept entreprises étrangères. Amar Ghoul, ministre des Travaux publics, lors des faits, actuellement en détention pour des affaires de corruption, a été cité dans cette affaire comme témoin. Il a répondu par écrit à des questions transmises par le président du tribunal. En 2006, le marché de réalisation de l’autoroute Est-Ouest a été attribué au groupe chinois Citic-Crcc pour un coût de 6 milliards de dollars avant que la facture ne soit réévaluée à 13 milliards de dollars.
Neila Benrahal

Sur le même thème

Multimedia