22 Février, Journée nationale de la fraternité et de la cohésion entre le peuple et son armée pour la démocratie : Renforcer la démocratie et les libertés

Ph. Nesrine T.
Ph. Nesrine T.

- Alger :  Le hirak ne doit pas dévier de ses objectifs
- Sidi Bel-Abbès  : Union et solidarité
- Tizi Ouzou  : Respect des libertés
- Sétif : Les valeurs de l’unité  et de la fraternité
- Constantine : Plus qu’une date, un symbole
- Béjaïa : Une ambiance festive

-------------------------------------------

Alger : 
Le hirak ne doit pas dévier de ses objectifs

La célébration de la Journée nationale de la fraternité et de la cohésion entre le peuple et son armée pour la démocratie, qui coïncide avec le
2e anniversaire du Hirak, a été marquée, hier, par des manifestations de citoyens qui ont délivré un message fort pour affirmer «le maintien des revendications».

Les manifestations ont scandé le slogan «Silmya… Silmya » pour confirmer leur attachement au caractère pacifique de la marche qui s’est déroulée dans le calme. Aucun incident majeur n’a été enregistré. Les policiers fortement déployés ont fait preuve de maitrise et de professionnalisme.
Alger, 10h, des dizaines de citoyens se sont déplacés suite à des appels sur les réseaux sociaux, notamment de Bejaia, Tipaza, Boumerdes et Bouira. Ils ont manifesté dans les rues de la capitale, malgré la pluie qui tombait. Ils étaient nombreux à partir de 12h à investir la Grande-Poste et la place Maurice Audin, drapés de l’emblème national, brandissant pancartes, banderoles et posters, pour marquer leur détermination au maintien des revendications, en lançant des youyous.
Cependant, la situation était très tendue, dès la matinée.
Et pour cause, l’interdiction d’accès au parvis de la Grande Poste, lieu symbole de rassemblement des manifestants. Les policiers des unités du maintien de l’ordre y étaient cantonnés. Des secouristes bénévoles en gilet orange ainsi que les éléments des unités d’intervention de la Protection Civile ont été également mobilisés.
12h30 : Des manifestants ont tenté de forcer le cordon sécuritaire.
12h42 : Les manifestants sont plus nombreux et se dirigent vers la rue Pasteur. Aucun incident n’a été signalé. Toutefois, les salons de thé et les restaurants ont décidé de baisser rideau.
13h30 : l’accès au tunnel des facultés était également bloqué par un cordon sécuritaire. Aucun mouvement au Boulevard Mohamed-V. Les manifestants ont continué à affluer vers les rues principales de la capitale notamment à la place Audin, à la rue Hassiba-Bouali et le boulevard Amirouche. D’autres groupes ont accroché des banderoles et ont mis en garde, contre «le détournement» des revendications du Hirak notamment suite à la présence de certaines personnalités politiques qui tentent, selon eux, de récupérer le mouvement en prévision des législatives. D’autres ont rejeté l’ingérence étrangère et ont scandé le slogan «Pour une Algérie algérienne, libre et démocratique». À la place Audin, des manifestantes ont brandi des pancartes : «Nous n’avons qu’un seul pays, l’Algérie, et un seul drapeau qui est l’emblème national» et ont revendiqué à cette occasion la promotion de leurs droits.
15h30. La foule avance dans plusieurs quartiers de la capitale, brandissant l’emblème national et des slogans.
16h. Les manifestants se sont dispersés dans le calme.
Un fort déploiement de la police à la place du 1er-Mai. Des éléments de la Brigade de Recherche et d’Intervention, de la Brigade de répression du banditisme ont été fortement mobilisés ; des équipes pédestres également à la place du 1er-Mai, la rue Hassiba Ben Bouali et Boulevard Amirouche, place Audin et la rue Didouche-Mourad.
Des éléments de la Police Judiciaire et des UMO étaient déployés au niveau des rues principales, appuyés par l’Unité aérienne de la Sûreté nationale. D’autres ont constitué un cordon à l’entrée du CHU Mustapha-Pacha. Des opérations d’identification ont été menées dont certaines se sont soldées par des interpellations. La circulation automobile n’était pas interrompue, mais elle était très dense.
Neila Benrahal

//////////////////////////

Sidi Bel-Abbès
Union et solidarité

Des membres du mouvement associatif, des éléments de l’ANP, des agents de la police et de la Protection civile ont participé hier au niveau du lac Sidi Mohamed Benali à une campagne de reboisement en signe d’union et de solidarité ; 2.000 arbres sont plantés à la faveur de cette forte mobilisation. Des moments forts de convivialité, des échanges et des accolades, le temps était au raffermissement des liens. Les services de sécurité se sont toujours distingués par leur attachement à l’intégrité du pays.
A l’occasion de cette campagne de volontariat, il y a eu le renouvellement d’un engagement, celui de perpétuer la tradition et de demeurer fidèle au serment.
A. B.

//////////////////////////

Tizi Ouzou
Respect des libertés

En commémoration du deuxième anniversaire du mouvement populaire, une marche populaire a été organisée hier dans la ville de Tizi-Ouzou, a-t-on constaté. Cette manifestation qui s’est déroulée dans le calme est partie du portail principal du campus universitaire Hasnaoua (nouvelle ville), à la placette M’barek-Ait Menguellet (sortie Ouest de la ville) en empruntant les principales artères de la ville. Les manifestants ont scandé des slogans réclamant le changement et l'instauration d'un État de droit, la démocratie et la justice sociale. La marche a été précédée par celle des avocats. Les robes noires ont scandé des slogans pour le changement, l’indépendance du pouvoir judiciaire et le respect des droits. La marche des avocats s’est déroulée dans le calme et la sérénité et se veut également un soutien à leurs confrères du barreau de Blida en grève. Les marches commémoratives du deuxième anniversaire du hirak se sont dispersées ensuite dans le calme.
Bel. Adrar

//////////////////////////

Sétif
Les valeurs de l’unité  et de la fraternité

C’est en présence de très nombreux citoyens, d’étudiants, de représentants de la société civile et du mouvement associatif de différentes régions qu’a été célébré hier le deuxième anniversaire du hirak authentique et la Journée nationale de la fraternité et de la cohésion entre le peuple et son armée pour la démocratie. Une foule nombreuse de d’hommes et de femmes, des cadres et des agents de différents organismes s’est donnée
rendez-vous sur les hauteurs de la forêt de Metrouna dans la commune d’Ain Abessa pour marquer cet événement et participer à une vaste campagne de reboisement. Le wali Kamel Abla accompagné des autorités civiles et militaires était également sur les lieux pour contribuer à cette campagne de reboisement et se fondre dans cette formidable ambiance de fraternité qui régnait sur ces hauteurs, attestant de l’attachement du peuple aux valeurs de Novembre et aux acquis du hirak authentique dans un climat de démocratie participative. «Le hirak a sauvé l’Algérie d’une crise qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Il nous a permis d’engager notre pays sur la voie du changement, sans qu’aucune goutte de sang ne coule aux côtés de notre glorieuse Armée nationale populaire. C’est là autant d’acquis qui nous permettent de fêter l’événement avec fierté et montrer à tous ceux qui s’aventurent encore à vouloir semer le doute entre frères, plus que jamais unis, que le train de l’Algérie nouvelle est déjà parti», souligne Belhamel Bilel. Benia Loubna, universitaire, n’est pas sans abonder dans le même sens en mettant en terre ces plants de l’espoir : «Vous ne pouvez pas savoir combien je suis heureuse de me joindre aujourd’hui à ces citoyens qui sont venus comme moi pour fêter un événement historique de l’Algérie en marche. Le hirak nous a unis et a ancré en nous les valeurs d’un peuple fort qui a décidé d’aller vers le changement sous la conduite éclairée de notre Président de la République.» Au plus haut sommet de cette montagne, le wali met à profit cette vaste campagne de reboisement pour se joindre aux jeunes et leur prêter une oreille attentive non sans dire la forte symbolique de cette journée destinée à consolider l’espoir et les valeurs de l’unité nationale en le peuple dans une dimension de fraternité forgée par le hirak authentique et l’Algérie nouvelle. Une campagne, devait ajouter le wali, au terme de laquelle 40.000 plants dont 23.000 dans les établissements scolaires avec pas moins de 12 000 plants pour les différentes daïras, seront mis en terre en cette journée du 22 février à travers la wilaya.
F. Zoghbi

//////////////////////////

Constantine
Plus qu’une date, un symbole

La wilaya de Constantine a célébré, hier, la Journée nationale de la fraternité et de la cohésion entre le peuple et son armée pour la démocratie, coïncidant avec le deuxième anniversaire du Hirak populaire, avec un programme diversifié. Les festivités officielles se sont déroulées à la maison de la culture Malek-Haddad, en présence des représentants de la famille révolutionnaire et des autorités civiles et militaires, à leur tête le wali Ahmed Abdelhafid Saci. Ce dernier a donné le coup d’envoi d’une caravane de solidarité au profit des habitants des zones d’ombre des communes de Hamma-Bouziane et Messaoud-Boudjeriou, avant de visiter une exposition de caricatures du dessinateur Noureddine Mezhoud, sur le thème «Les enfants d’une seule patrie pour une Algérie nouvelle». À la maison d’entrepreneuriat culturel, un espace est ouvert afin de contribuer au lancement et au développement des start-up activant dans le secteur. Le wali a affirmé que cette journée ne représente plus une simple date, mais constitue un symbole de l’histoire du pays et de la grandeur du peuple qui, en faisant preuve de patriotisme et de fraternité, a su écrire une page des plus glorieuses, en ce sens que son soulèvement pacifique a été un exemple et une inspiration pour tous les autres peuples. Il a appelé toutes les composantes de la société à conserver cet état d’esprit afin de parachever le processus amorcé par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, dès son élection en décembre 2019. La maison de la culture a accueilli un colloque littéraire national intitulé : Le rôle de l’intellectuel dans le renforcement de la cohésion nationale.
I. B.

//////////////////////////

Béjaïa
Une ambiance festive

La commémoration du deuxième anniversaire de la marche populaire du hirak, le 22 février 2019, a été marquée dans la wilaya de Béjaïa par une marche au chef-lieu de wilaya.
Des centaines de manifestants, hommes, femmes, jeunes et moins jeunes ont pris le départ à partir de l’esplanade de la maison de la culture et ont sillonné le grand boulevard vers le siège de la wilaya et la rue de la Liberté à proximité du bloc administratif, boulevard Amirouche, la Grande-poste, rue Aissat Idir, la rampe du port, la route Touati de la gare ferroviaire pour terminer le parcours à la haute ville et se disperser ensuite dans le calme. Cette marche pacifique a marqué une halte au niveau du siège de la wilaya ou des fumigènes ont été lancés donnant une ambiance de fête à cet évènement. Une foule immense, venue de toutes les localités de la wilaya, du Sahel et de la vallée de la Soummam a investi les rues de Béjaïa sous une pluie fine durant toute la matinée d’hier.
M. Laouer

Sur le même thème

Multimedia