Palestine : L’Organisation B’Tselem qualifie Israël d'État d'apartheid

Un important groupe israélien de défense des droits de l'homme a commencé à décrire à la fois Israël et son contrôle des territoires palestiniens comme un régime unique d'«apartheid».
Dans un rapport publié mardi, B'Tselem dit que les Palestiniens vivent sous différentes formes de contrôle israélien en Cisjordanie occupée ; les Israéliens ont bloqué Ghaza, annexé al Qods-Est et en Israël même, les Palestiniens ont moins de droits que les Juifs dans toute la zone entre la Méditerranée et le Jourdain. «L'un des points clés de notre analyse est qu'il s'agit d'une zone géopolitique unique dirigée par un seul gouvernement», a déclaré le directeur de B'Tselem, Hagai El-Ad. «Ce n’est pas la démocratie plus l’occupation. C'est l'apartheid entre le fleuve et la mer. » Le fait qu'une organisation israélienne respectée adopte un terme longtemps considéré comme tabou même par de nombreux critiques d'Israël indique un changement plus large dans le débat alors que son occupation d'un demi-siècle de terres gagnées par la terreur et les massacres s'éternise et que les espoirs d'une solution à deux États s'estompent.
Israël s'est longtemps présenté comme une démocratie florissante dans laquelle les citoyens palestiniens, qui représentent environ 20% de sa population de 9,2 millions d'habitants, ont des droits égaux. Israël s'est emparé d’al Qods-Est, de la Cisjordanie et de la bande de Ghaza lors de la guerre de 1967 - des terres qui abritent près de 5 millions de Palestiniens et que les Palestiniens veulent pour un futur État.
Israël a retiré ses troupes et ses colons de Ghaza en 2005 mais a imposé un blocus et y effectue régulièrement des raids et autres incursions meurtrières. Israël a annexé la ville sainte en 1967 dans un mouvement non reconnu internationalement et considère la ville entière comme sa capitale unifiée. La plupart des Palestiniens d’al Qods-Est sont des «résidents» israéliens, mais pas des citoyens ayant le droit de vote.
B'Tselem soutient qu'en divisant les territoires et en utilisant différents moyens de contrôle, Israël masque la réalité sous-jacente - qu'environ 7 millions de Juifs et 7 millions de Palestiniens vivent sous un système unique avec des droits extrêmement inégaux. Pour Nabi Shaath, conseiller principal du président palestinien Mahmoud Abbas, «il n’y a pas de pays au monde plus clair dans sa politique d’apartheid qu’Israël». «C'est un État fondé sur des décisions racistes visant à confisquer des terres, à expulser les peuples autochtones, à démolir des maisons et à établir des colonies.» Ces dernières années, alors qu'Israël renforçait son pouvoir sur la Cisjordanie, les écrivains israéliens, les anciens généraux désabusés et les politiciens opposés à son gouvernement de droite ont de plus en plus adopté le terme.
M. T. et agences

Sur le même thème

Multimedia