Le président de la RASD, Brahim Ghali : «Notre peuple refuse la soumission et l’humiliation»

De notre envoyé spécial : Bilel
De notre envoyé spécial : Bilel

- Mouvement El-Bina : «hâter l’organisation du référendum d’autodétermination»
- Des chefs d’état félicitent Brahim Ghali  : Promouvoir les principes de paix

----------------------------------------------

Envoyés spéciaux à Aousserd (camps de réfugiés sahraouis) : Sami Kaidi et Bilel

La position constante de l’Algérie pour la cause sahraouie saluée

C'est dans une ambiance empreinte de solennité et devant de nombreux participants, que le Front Polisario a célébré, samedi à Aousserd (camps de réfugiés sahraouis), le 45e anniversaire de la proclamation de la RASD, sous le slogan «L'État sahraoui indépendant est la solution», dans un esprit de ferveur populaire.

Nombreux étaient-ils à arborer l'emblème national sahraoui et à scander, sous les youyous, le slogan «Ô chahid repose en paix nous poursuivons le combat». La cérémonie commémorative s'est déroulée en présence des représentants de 22 nations. L'Algérie a marqué sa participation par la présence d'une forte délégation composée de responsables, et de représentants de partis et de la société civile. Était présent, entre autres, le vice-président du conseil de la nation, Djabri Ghazi ainsi que le secrétaire général du FLN, Abou El fadl Baadji.
À son arrivée sur les lieux, en début de matinée, le président de la RASD, Brahim Ghali a effectué une inspection des différentes unités de combattants avant de prononcer une allocution. «La proclamation de la RASD, le 27 février 1976, constitue la concrétisation du rêve de notre peuple pour vivre libre et souverain sur ses terres», a-t-il d'emblée déclaré avant de rendre un vibrant hommage au chouhada Wali Mustapha Said et Mohamed Abdelaziz. Il ajoutera que le déclenchement de la lutte armée en 1973 contre l'Espagne a coupé l'herbe sous les pieds de différents complots ourdis par l'ex-colonisateur dont le principal d’entre-eux était le traité de Madrid.
Poursuivant ses propos, M. Brahim Ghali a noté que la proclamation de la RASD, unique représentant du peuple sahraoui, a permis d'unifier les rangs. Il a, par ailleurs, mis à profit cette opportunité pour mettre en évidence le fait que les célébrations du 45e anniversaire interviennent dans un nouveau contexte assez grave. «Le 13 novembre dernier, le Maroc a violé le cessez-le-feu à Guerguarat en s'attaquant à des civils pacifiques imposant, par voie de conséquence, le retour de la guerre», a-t-il fait savoir avant d’ajouter que le peuple sahraoui est clairement en position d'autodéfense.
«Notre peuple refuse la soumission et l'humiliation et est prêt à toutes les éventualités jusqu'au recouvrement totale de sa souveraineté sur ses terres et sur ses richesses»
Le président de la RASD a, également, souligné le fait que la communauté internationale a failli, et, est entièrement responsable de la situation actuelle en se soustrayant à l'application du droit international. «Depuis plus de 4 décennies que nous attendons que la communauté internationale reconnaisse notre droit à l'autodétermination et donc à l'indépendance. Mais l’organisation des Nations unies est restés aux abonnés absents et n'a pas respecté ses engagements laissant l'occupant marocain fouler, impunément, du pieds l'ensemble des résolutions onusiennes», a-t-il affirmé en ajoutant que le royaume s'est senti encouragé dans la poursuite de sa politique d'oppression, d'expansion et d'escalade continue.
Le président de la RASD a appelé l'Union africaine à agir immédiatement pour mettre fin aux agressions marocaines et il a appelé l'ensemble des organisations des droits de l'homme à faire de même pour protéger le peuple sahraoui.
Il a, d’autre part, appelé l'administration américaine du Président américain Joe Biden à revenir à la légalité internationale sur la question sahraouie et se conformer aux principes et aux valeurs historiques, des Etats-Unis qui sont, entre autres, la démocratie et la défense des libertés fondamentales. M. Brahim Ghali a salué la position constante indéfectible de l'Algérie pour la cause sahraouie. «Le pays des 1,5 million de chouhada et La Mecque des révolutionnaires a repris, sur la scène internationale, la place qui lui sied» en dit-il.

Le vice-président du Conseil de la nation : soutien à l’indépendance du pays

Pour sa part, le vice-président du Conseil de la nation, Djabri Ghazi a lu une allocution au nom du président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, dans laquelle il a réitéré le soutien inconditionnel de l'Algérie à l'indépendance de ce pays frère en faisant un parallèle entre la lutte du peuple sahraoui avec la révolution de novembre 1954. De son côté, le secrétaire du FLN, Abou El Fadl Baadji a réitéré le soutien du parti et son engagement absolu au droit à l'autodétermination du Sahara occidental avec Laayoune occupée comme capitale.
«Le FLN a soutenu l'ensemble des peuples opprimés et combattant pour leur indépendance en Afrique, en Asie et en Amérique Latine», a-t-il insisté avant d’ajouter qu'il est impensable que son parti se taise devant l'ignoble agression d'un peuple frère «avec qui nous partageons des liens de sang et des valeurs religieuses». «Le régime marocain opprime le peuple sahraoui et le prive de l'ensemble de ses droits les plus élémentaires», a-t-il conclu.
Pour rappel, vendredi, M. Khatri Addouh, membre du secrétariat national permanent du Front Polisario et président de la commission des préparatifs des festivités du 45e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie, a indiqué, au siège de la présidence de la RASD, que la violation du cessez-le-feu par l'occupant marocain, le 13 novembre dernier, en agressant des civils pacifiques à Guerguarat a engendré de facto une nouvelle donne sur le plan régional et international. Il a indiqué que toutes les tentatives d'enterrer la cause sahraoui ont été une vaine entreprise car il s’agit du droit d'un peuple colonisé et opprimé pour accéder à son droit inaliénable à l'autodétermination et note que «les combats continueront jusqu'à ce que la communauté internationale reconnaisse ce droit au peuple sahraoui».
Le même responsable a assuré que les attaques contre les positions marocaines au niveau du mur de la honte sont quotidiennes occasionnant d'importantes pertes dans les rangs de l'ennemi Addouh a, d’autre part, affirmé que l'entière responsabilité de la situation incombe à l'ONU qui n'a pas assumé ses engagements qui ne sont autres que l'organisation du référendum d'autodétermination et le retour des réfugiés et que le silence de la communauté internationale a encouragé le Maroc à violer la légalité internationale. «Si l'ONU avait fait pression sur l'occupant pour se conformer au droit, le conflit aurait été réglé depuis longtemps», mentionne-t-il.
S. K.

///////////////////////////////////////

Mouvement El-Bina
«hâter l’organisation du référendum d’autodétermination»

Dans une déclaration à l'APS, le membre du bureau national du Mouvement El Bina, Abdelwahab Kalii a appelé à «l'application de la légalité internationale pour permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination».
La participation du Mouvement El Bina aux festivités «est une réaffirmation de son soutien aux peuples aspirant à leur libération du joug colonial et à leur droit à l'autodétermination», précise M. Kalii.
Il a appelé la direction et le peuple sahraouis à la poursuite de la lutte et du combat pour le recouvrement de leur souveraineté et intégrité territoriale.

///////////////////////////////////////

Des chefs d’état félicitent Brahim Ghali
Promouvoir les principes de paix

Plusieurs chefs d'Etat ont adressé des messages de félicitations au président Brahim Ghali, rapporte l'Agence de presse sahraouie. Le président cubain Miguel Diaz-Canel Bermudez a adressé ses «sincères félicitations et ses meilleurs vœux de bien-être et de prospérité au peuple et au gouvernement sahraouis». Il a réitéré sa «volonté de continuer à travailler au renforcement des relations d'amitié et de coopération entre les deux pays».
Pour sa part, le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a félicité le président sahraoui, Ghali. «En ce jour historique, la République bolivarienne voudrait faire la lumière sur la position courageuse des hommes et des femmes de votre peuple, qui ont combattu et continuent de combattre héroïquement, guidés par les idéaux de justice et de souveraineté, pour libérer leurs terres de l'oppression coloniale et l'occupation, qui a conduit à la naissance de la République arabe sahraouie démocratique», a-t-il ajouté.
Le Président Maduro a estimé que la proclamation historique de la RASD constitue une divulgation «des intentions délibérées d'autres Etats et centres de pouvoir, cherchant en vain à violer le principe de l'autodétermination des peuples».
De son côté, le président du Timor oriental Francisco Guterres a exprimé sa reconnaissance au peuple sahraoui et à sa révolution sous la direction de son représentant légitime, le Front Polisario pour la liberté et l'indépendance, ainsi que les progrès réalisés dans le cadre de la RASD.
M. Brahim Ghali a reçu un message de félicitations de son homologue nicaraguayen, Daniel Ortega, dans lequel il lui a transmis ses «meilleurs vœux du Peuple et du gouvernement de la République du Nicaragua».
«Soyez assurés que le peuple révolutionnaire du Nicaragua et le Gouvernement de réconciliation et d'unité nationale ne renonceront jamais à leur engagement de promouvoir les principes de paix et d'autodétermination et nous resterons toujours déterminés à faire avancer la cause du peuple et du gouvernement de la République arabe sahraouie démocratique et du Front Polisario», ajoute le président nicaraguayen. Il a réitéré son «désir de continuer à renforcer les liens de fraternité, d'amitié et de solidarité qui unissent nos peuples et nos gouvernements».

Sur le même thème

Multimedia