Discussions sur le dossier du nucléaire iranien à Vienne : La petite guerre…

Les Etats-Unis s'attendent à ce que soient «difficiles» les discussions indirectes qui ont débuté hier avec l'Iran sur un retour des deux pays dans le cadre de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien, ajoutant ne pas s'attendre à des avancées dans l'immédiat. «Nous ne sous-estimons pas l'ampleur des défis face à nous», a déclaré lundi le porte-parole du département d'Etat américain. «Il s'agit des premiers jours. Nous n'anticipons pas d'avancée précoce ou immédiate alors que nous nous attendons à ce que ces discussions soient difficiles», a ajouté Ned Price devant les journalistes. Représentants américains et iraniens devaient débuter hier dans la capitale autrichienne Vienne, où avait été signé en 2015 le Plan d'action global commun (PAGC), des discussions indirectes par l'intermédiaire de représentants européens afin de tenter de relancer l'accord. Alors que Téhéran a écarté l'idée de discussions bilatérales en face à face avec Washington, le porte-parole de la diplomatie américaine a déclaré lors d'un point de presse quotidien que les Etats-Unis ne s'attendaient à «aucun cadeau» mais restaient ouverts à cette hypothèse. La nouvelle administration américaine tente depuis son avènement une politique des petits pas qui ne semble pas convenir à Téhéran qui elle réclame des mesures franches. Pour débloquer le dossier iranien, les Etats-Unis ont pour cela déclaré lundi être prêts à passer en revue des sanctions imposées à l’Iran si Téhéran se pliait de façon stricte à l’accord. Selon le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, Washington est prêt à examiner une levée des sanctions envers l’Iran, mais seulement celles liées à la question nucléaire. «Nous ne ferons certainement pas de gestes unilatéraux ou de concessions pour convaincre l’Iran», a prévenu Ned Price. L’Iran de son côté dit être prêt à revenir au strict respect du texte de 2015, mais à condition que Washington lève d’abord ses sanctions. Il n’y a besoin que d'«une seule mesure» a ainsi déclaré lundi le porte-parole de la diplomatie iranienne, Saïd Khatibzadeh. «Cette mesure, c’est la levée de toutes les sanctions américaines, et en retour l’Iran est prêt» à revenir à ses engagements.

M. T. et Agences

Sur le même thème

Multimedia