Des universitaires américains s’expriment : Le Maroc redoute le soutien des personnalités US à la cause sahraouie

Le Maroc redoute l’arrivée au poste d’Envoyé personnel du SG de l’ONU au Sahara occidental, d’une personnalité américaine peu favorable à sa politique expansionniste compte tenu de «sa mauvaise expérience» avec les anciens émissaires James Baker et Christopher Ross qui avaient fourni des efforts importants en vue résoudre la question sahraouie, selon le professeur, qui était l'invité de Foreign Press Association (FPA).
S’exprimant lors d’une conférence virtuelle consacrée à l’agression militaire marocaine à El Guerguerat, au sujet de la vacance du poste de l’Envoyé personnel au Sahara occidental, le professeur universitaire Jacob.
Mundy, a souligné que le Maroc considérait les deux mandats assurés par les personnalités américaines à l’instar de James Baker et de Christopher Ross, comme de «mauvaises expériences», sachant que ces derniers avaient fourni des efforts importants en vue de résoudre le conflit conformément à la légalité internationale. De son côté, M. Ian Williams, président du FPA, qui animait la conférence, a indiqué que «la question du Sahara occidental jouit d’un soutien bipartite dans la sphère politique américaine», citant comme preuve l’engagement dont John Bolton, avait fait montre lorsqu’il était Conseiller à la sécurité nationale américaine pour exécuter le mandat de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental (Minurso).
M. Ian Williams, a souligné que, de son point de vue, l’ex Conseiller à la Sécurité Nationale, «M John Bolton constitue le parfait candidat pour ce rôle (d'Envoyé personnel), de par sa maîtrise de la question, mais également de par son souhait de voir un dénouement rapide au conflit». Mais, une telle proposition, n'a «aucune chance» d’être validée par le Maroc, d'après Mundy.
La conférence organisée, le 17 novembre 2020, et à laquelle ont pris part une trentaine de personnes, a été également l'occasion pour le professeur Mundy, co-rédacteur du livre Western Sahara : (War, Nationalism, and Conflict Irresolution), d'expliquer que la rupture du cessez le feu à El Guerguerat «résulte de l’offensive menée par les forces militaires marocaines contre les manifestants pacifiques sahraouis dans la zone tampon».
Le professeur Mundy a relevé, en outre, que la pression économique qui commençait à peser sur le Maroc a été probablement la première raison l’ayant poussé à s’attaquer aux manifestants sahraouis.

Sur le même thème

Multimedia