Conflit dans le Tigré (Ethiopie) : Washington restreint son aide financière à Addis-Abeba

Les États-Unis ont décidé de suspendre une partie de leur aide financière à destination de l’Éthiopie alors que de graves accusations de violations des droits de l’homme pèsent au-dessus des autorités éthiopiennes. Le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed mène une guerre dans la province dissidente du Tigré depuis 3 mois, créant par la même occasion un désastre humanitaire. Après l’Union européenne, c’est au tour des États-Unis de mettre une pression financière sur les autorités d’Addis-Abeba. C’est la première décision forte de la nouvelle administration Biden depuis le début de la guerre au Tigré. On parle ici d’un montant de 272 millions de dollars d’aide, non pas annulé, mais suspendu. Ce n’est donc pas une sanction financière mais plutôt un avertissement, qui n’est en réalité que la continuation d’une politique de l’administration Trump. En effet, en août dernier, l’ex-président avait déjà suspendu ces aides pour punir l’attitude d’Addis-Abeba dans les négociations sur le barrage de la Renaissance et le partage des eaux du Nil. Reste que le département d’État a fait savoir vendredi que cette suspension n’est désormais plus liée au barrage, mais bel et bien aux récents développements dans le pays.
Entre les lignes, on comprend bien qu’il s’agit ici du Tigré. Les États-Unis y demandent l’arrêt des combats, des négociations, et un accès libre pour les humanitaires. Addis-Abeba faisant la sourde oreille jusque-là, il semble que l’administration Biden soit passée à la vitesse supérieure en invoquant la menace financière.

Sur le même thème

Multimedia