Cause palestinienne, Conseil de la Nation : Les «agressions abjectes» de l’armée sioniste dénoncées

Ph. Nesrine T.
Ph. Nesrine T.
  • Partis politiques et société civile : Rassemblements de soutien
  • CNES   : Mobilisé en faveur d’une cause juste

-------------------------------------

Le bureau du Conseil de la nation a rendu public hier un communiqué dans lequel il a exprimé sa profonde inquiétude par rapport  aux «développements dangereux» constatés depuis quelques jours dans la ville d’El-Qods occupée.

«Le Bureau du Conseil de la nation, présidé par M. Salah Goudjil, président du Conseil de la nation, tient à dénoncer et à exprimer sa profonde inquiétude par rapport aux développements dangereux concernant la situation dans la ville d’El Qods occupée, notamment ce qui se déroule au niveau de l’esplanade de la Mosquée d’El Aqsa et ses remparts objets d’agressions viles et abjectes commises par la soldatesque de l’armée coloniale sioniste, qui s’est habituée à faire fi et à transgresser la légalité internationale et à défier la communauté internationale qui fait malheureusement preuve de faiblesse devant la cruauté et la barbarie de l’entité sioniste», indique le communiqué.
«Cette entité coloniale a profané la sacralité de la Mosquée d’El Aqsa en ces jours bénis du mois sacré du Ramadhan, portant atteinte avec exagération aux sentiments des musulmans et de tous les défenseurs de la liberté à travers le monde en procédant à l’expulsion des Palestiniens de leurs maisons alors qu’ils sont les propriétaires légaux de cette terre de Palestine, en terrorisant les civils désarmés et appliquant un agenda d’occupation vile et sordide», poursuit la même source. Devant cet état de fait «désolant et le caractère récurrent, itératif et continu de cette tragédie que subit le peuple palestinien sous les regards de la communauté internationale, le Conseil de la nation s’interroge devant le silence douteux des organisations de droits de l’Homme et autres institutions qui prétendent défendre les libertés et les droits principaux des peuples, alors qu’elles s’évertuent à théoriser et à s’ingérer dans les affaires internes de pays souverains, disparaissent et adoptent un profil bas lorsqu’il s’agit d’un peuple qui fait l’objet d’oppression de la manière la plus injuste et agressive quotidiennement», ajoute le Bureau du Conseil de la nation.
«Tout en rappelant la position immuable et constante de l’Algérie vis-à-vis de la question palestinienne, une position réitérée par M. Abdelmadjid Tebboune, Président de la République, devant la 75e session de l’Assemblée Générale des Nations unies, en affirmant le droit du peuple palestinien inaliénable à établir son Etat souverain avec pour capitale El Qods,
Le Bureau du Conseil de la nation en appelle aux Parlements des pays arabes et islamiques afin d’assumer leur droit historique de soutien au peuple Palestinien frère et à sa cause juste», dira également le Bureau du Conseil de la nation.
Il appelle, par ailleurs, «la communauté internationale à abandonner la politique de «deux poids, deux mesures» et à assumer sa pleine responsabilité en matière de protection du peuple Palestinien et lui permettre de jouir de son droit de vivre en toute liberté et en toute souveraineté sur sa terre».

//////////////////////////////////

Boukadoum   : Soutien inconditionnel de l'Algérie

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a appelé, hier, à sortir la cause palestinienne du cadre conventionnel de gestion des conflits pour la placer en tête des préoccupations de la Communauté internationale.
«En cette dure période, il faut faire en sorte de sortir la cause palestinienne du cadre conventionnel de gestion des conflits pour la placer en tête des préoccupations de la Communauté internationale, afin d'accélérer la recherche d'une solution juste, globale et définitive préservant les droits légitimes du peuple palestinien frère», a déclaré M. Boukadoum lors de la réunion d'urgence du Conseil de la Ligue arabe au niveau ministériel, consacrée à l'examen de l'action arabe face aux crime de l'occupant israélien en Palestine.
Le ministre a plaidé, dans ce sens, pour «une urgente intensification des efforts dans le but d'amener la Communauté internationale, notamment le Conseil de Sécurité, à s'acquitter de leur responsabilité historique, juridiques et morale quant à la protection du peuple palestinien et la garantie du respect des règles du Droit international, dont le droit humanitaire, les droits de l'Homme et les résolutions onusiennes pertinentes».
«Se taire face à ces crimes ne fera qu'aggraver la situation dans une région, embourbée dans les conflits», a déclaré M. Boukadoum, estimant que l'urgence de la situation appelle à bannir les divisions et à réactiver la solidarité arabo-musulmane afin de consacrer la cohésion et le consensus indispensables pour le triomphe des questions centrales de notre monde arabo-musulman, à leur tête la cause palestinienne».
Adressant ses remerciements au Secrétaire général de la Ligue Arabe pour «la célérité dans l'organisation de notre réunion, aujourd'hui», M. Boukadoum a exprimé le souhait de «voir les positions de condamnation et les sentiments de réprobation qui nous animent tous en actions concrètes, à travers lesquelles nous œuvrerons, en unisson, pour le triomphe de nos frères palestiniens et la fin de l'injustice historique, dont ils font l'objet».
Evoquant la situation dans la Bande de Ghaza, le ministre a relevé que les bombardements barbares et sauvages contre les civils palestiniens dans la Bande de Ghaza assiégée, les crimes racistes et extrémistes et la poursuite des campagnes de judaïsation et d'annihilation de l'identité arabe d'El Qods «ne sont pas quelque chose de nouveau en sens qu'ils constituent l'essence même de la répugnante politique de l'occupant, mise en oeuvre au su et au vu du monde et en toute impunité».
Ces douloureux évènements, a-t-il souligné, «viennent nous rappeler, encore une fois, la réalité des souffrances du vaillant peuple palestinien, sous occupation et siège, dont nous saluons sa résistance mais aussi nous interpeller sur nos responsabilités individuelles et collectives à la lumière des périls auxquels est confrontée notre cause centrale».
M. Boukadoum a réaffirmé, à ce propos «le soutien inconditionnel de l'Algérie aux Palestiniens et son appui absolu au droit du peuple palestinien, frère, au recouvrement de ses droits légitimes, citant en premier son droit inaliénable à l'établissement de son Etat indépendant, pleinement souverain, avec El-Qods pour capitale, conformément au droit international, à la légalité internationale et à l'initiative arabe de paix.
24 Palestiniens, dont 9 enfants, sont tombés en martyrs suite à l'agression sioniste contre la Cisjordanie, y compris El- Qods occupée et la Bande de Gaza, indique le bilan du ministère palestinien de la santé.

//////////////////////////////////

Partis politiques et société civile
Rassemblements de soutien

Des partis politiques et des acteurs de la société civile ont organisé, lundi dernier, au siège de l’ambassade de la Palestine à Alger un rassemblement de soutien et de solidarité avec les Palestiniens, pour dénoncer les agressions israéliennes dans les quartiers d’El Qods et l’esplanade de la mosquée Al-Aqsa.
Dans son intervention, le président du mouvement El Islah, Filali Ghouini a déploré la situation qui prévaut en Palestine, réaffirmant la position officielle et populaire constante de l’Algérie à l’égard de la cause palestinienne.
Dans ce contexte, Ali Draa, membre de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) a critiqué «le système arabe déficient» qui, a-t-il dit, «devra assumer aujourd’hui la responsabilité de ce qui se produit sur l’esplanade de la mosquée Al-Aqsa et en Palestine». «Le système mondial ne permettra pas la démocratie et la liberté dans les pays arabes», a-t-il dit, soulignant que l’Algérie «a arraché sa démocratie et sa liberté par son combat». Pour sa part, le président du Comité populaire de solidarité avec le peuple palestinien, Mohamed Dilmi a souligné que le rassemblement de soutien à la question palestinienne «n’est pas une réaction mais intervient plutôt pour réitérer la position constante à l’égard de la Palestine».
Il a appelé le Conseil de sécurité à intervenir rapidement et à prendre une position ferme face à cette la situation.
Il a également réitéré la position du Comité populaire de solidarité avec le peuple palestinien qui rejette la normalisation avec l’entité sioniste. Le président du comité populaire contre la normalisation avec l’entité sioniste, Ahmed Brahimi a précisé que «par son intifadha, le peuple Palestinien a mis le monde entier face à ses responsabilités».
Lors de ce rassemblement de solidarité, plusieurs composantes de la société civile ont réitéré leur soutien à la lutte du peuple palestinien, réaffirmant la position constante à l’égard de la cause palestinienne, étant une cause juste.
L’ambassadeur de l’Etat de Palestine à Alger, Amine Makboul, a appelé certains régimes arabes ayant annoncé la normalisation avec l’entité sioniste à revoir leurs politiques et renoncer à leurs positions, notamment suite à la prise d’assaut par les forces d’occupation israéliennes des esplanades de la mosquée El-Aqsa et l’agression contre les habitants de la ville en utilisant les bombes à gaz et sonores. Dans une allocution lors du rassemblement, l’ambassadeur a formulé le vœu de voir «certains régimes arabes se retirer de ce qu’ils ont fait», soulignant que la normalisation de leurs relations avec l’entité sioniste «a encouragé cette dernière à commettre l’agression continue contre le peuple palestinien».
L’ambassadeur a adressé une série de messages à de nombreuses parties depuis l’Algérie dont il a salué la position officielle et populaire en faveur de la question palestinienne, soulignant que «les positions historiques de l’Algérie et de son peuple datent de nombreuses années.
Louant les positions de l’Algérie et de son peuple, M. Makboul a exhorté le peuple palestinien à «faire montre de cohésion et de force», en raison des positions de certains régimes arabes», ajoutant que «la Palestinien défend l’honneur des deux nations islamiques et arabes». Et d’insister que la Palestine a besoin de «positions pratiques de la part des nations islamiques et arabes concernées par El-Qods». Dans ce sillage, il a appelé les nations arabes et islamiques à tenir la Conférence du sommet de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) qui a été créée défendre la cause palestinienne, affirmant que «les déclarations, les dénonciations et les condamnations ne suffisent plus». L’ambassadeur palestinien a également précisé que «l’agression est dangereuse et qu’El-Qods est visée par un schéma colonial occidental (...) même s’il n’est pas nouveau, car étant le cas depuis les croisades», a-t-il dit, confiant que «nous devons rester fermes, patients et conscients face à la politique agressive de l’occupation sioniste à l’égard de tous les Arabes et les Musulmans, à travers ses récentes attaques.
En tant que Palestiniens, nous ne nous rendrons pas et nous ne permettrons pas la perte d’El-Qods». Makboul a enfin souligné que «les Palestiniens poursuivront leur lutte pour la Palestine et la mosquée El-Aqsa ainsi que l’Eglise de la Résurrection», ajoutant que «la révolution palestinienne se poursuit contre l’entité sioniste «qui» ne reconnaît pas le droit international et les droits de l’homme.

//////////////////////////////////

CNES
Mobilisé en faveur d’une cause juste

Le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES) a exprimé hier son total soutien à la cause palestinienne, dénonçant les crimes sionistes perpétrés contre le peuple palestinien, notamment dans la ville occupée d’El-Qods. «Face à l’escalade de la répression barbare à laquelle se livre l’entité sioniste contre nos frères palestiniens, aux agressions successives contre des femmes et des hommes sans défense dans la première Qibla et le troisième Lieu saint de l’Islam et aux lâches bombardements menés par l’aviation de l’entité sioniste contre les Palestiniens, et devant le mutisme international à l’égard de ces crimes qui se sont intensifiés depuis le début du mois sacré du Ramadhan, le Conseil national des enseignants du supérieur exprime son soutien total et absolu à la cause palestinienne», précise un communiqué du syndicat.

 

Multimedia