Agression Marocaine à El-Guerguerat : Attaques intenses de l’ALPS sur des sites des soldats marocains

Les unités de l'Armée populaire de libération sahraouie (APLS) ont mené, mercredi et jeudi, des attaques intenses, le long du mur de la honte, ayant ciblé plusieurs sites de retranchement des forces d'occupation marocaines, a indiqué le ministère de la Défense sahraoui, dans son communiqué militaire n° 07.

«Les vaillantes unités de l'APLS ont mené des attaques intenses le long du mur de l'humiliation et de la honte», a précisé le ministère, ajoutant que «durant la nuit de mercredi, plusieurs opérations de bombardement ont été exécutées, ciblant des sites de l'ennemi marocain». Les attaques intenses, menées mercredi et jeudi, ont causé «des dégâts conséquents aux forces de l'ennemi», a indiqué la même source, relevant que «l'opération de bombardement, hier mercredi, a ciblé les forces marocaines dans le secteur d'Oum Dreyga». Ces opérations de bombardement ont aussi ciblé plusieurs sites de retranchement des forces d'occupation marocaines dans les secteurs de Haouza, Farsia et Oum Dreyga, lit-on dans le communiqué. «Les vaillantes unités de l'APLS continuent de détruire les bastions des envahisseurs, le long du mur de l'humiliation et de la honte», a conclu le communiqué.

Le territoire sahraoui décrété zone de «guerre ouverte»

Mercredi, le gouvernement sahraoui a adressé un message urgent à l’ensemble des pays et aux autorités publiques et privées de s’abstenir de mener tous types d’activité sur le territoire sahraoui actuellement en situation de guerre ouverte, a indiqué dans un communiqué le ministère de l’Information de la République sahraouie. «La République sahraouie annonce être en situation de défense après l’agression perpétrée sur son sol par les forces d'occupation marocaines le 13 novembre dernier à El-Guerguerat, et la sortie des forces de leur emplacement en violation flagrante des accords militaires ratifiés avec l’ONU», précise le communiqué. Le régime marocain reconnaît avoir allumé la mèche de la guerre qu’il a imposée au peuple sahraoui en transformant «l’ensemble du territoire de la République sahraouie, air, mer et terre, en zone de guerre», rapporte la même source. C’est pourquoi, le gouvernement sahraoui lance «un message urgent à tous les pays du monde et aux autorités publiques et privées de s’abstenir de mener tous types d’activité sur le territoire sahraoui actuellement en situation de guerre ouverte». «A la lumière des conditions de cette guerre violente imposée à notre peuple, la République sahraouie demeure attachée aux principes du droit humanitaire international ainsi qu’au droit légitime de notre peuple à la riposte», ajoute le communiqué. Dans ce sens, la République sahraouie «continuera à interagir sérieusement avec les efforts internationaux et africains visant à résoudre la crise par les moyens pacifiques dans le cadre du respect total du droit constant et inaliénable du peuple sahraoui à l’indépendance», conclut la même source.

//////////////////////////////////

Grande-Bretagne
Appel à la reprise du processus onusien

Le ministre délégué chargé du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord auprès du ministre des Affaires étrangères britannique, James Cleverly, a exhorté toutes les parties «à éviter une nouvelle escalade» suite à l'agression militaire marocaine contre des civils sahraouis à El-Guerguerat, appelant «au retour, le plus tôt possible, au processus politique mené sous l'égide de l'ONU». «Nous suivons de près la situation à El Guerguerat au Sahara occidental, j'exhorte toutes les parties à éviter une nouvelle escalade et à retourner, le plus tôt possible, au processus politique mené sous l'égide des Nations unies afin de parvenir à une solution politique à long terme pour le peuple du Sahara occidental», a-t-il souligné Observatoire.

Russie
«Faire valoir les principes du droit international»

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a réaffirmé la position de principe de la Russie en faveur du règlement du conflit au Sahara occidental sur la base des principes universellement reconnus du droit international.
Lors d'un entretien téléphonique avec son homologue marocain, Nacer Bourita, mercredi soir, M. Lavrov a appelé «à renforcer» l'accord de cessez-le-feu signé en 1991 entre le Front Polisario et le Maroc et «à désamorcer la tension qui s’est développée ces derniers jours dans la zone tampon de Guerguerat».
u cours de l’entretien, Sergueï Lavrov a réaffirmé la position de principe de la Russie en faveur du règlement des problèmes du Sahara occidental «exclusivement par des méthodes politiques et diplomatiques fondées sur les principes universellement reconnus du droit international».

WSRW
La Commission européenne doit suspendre l’accord de pêche UE/Maroc

L'Observatoire Western Sahara Resource Watch (WSRW) a appelé jeudi la Commission européenne à «suspendre l'accord de pêche UE-Maroc pour violation par le royaume de la «clause des droits de l'homme de l'accord» après l'agression militaire marocaine à El Guerguerat au Sud-ouest du Sahara occidental. WSRW soutient que la violation par le Maroc du cessez-le-feu signé en 1991 au Sahara occidental, en mettant la vie de civils sahraouis en danger, est une «violation de la clause des droits de l'homme» contenue dans l'accord UE-Maroc sur la pêche.
WSRW énonce qu'il reste à voir si la «Commission européenne - qui ne voit aucun problème à pêcher au Sahara Occidental occupé via un accord avec le Maroc, contre la volonté expresse du peuple sahraoui - envisagera la violation par le Maroc du cessez-le-feu négocié par l'ONU, les représailles ultérieures de la guerre et la situation précaire des militants des droits humains et des journalistes sahraouis, en tant que préoccupation des droits humains», déclare Sara Eyckmans, coordinatrice de Western Sahara Resource Watch.

Sur le même thème

Multimedia