Pétrole : Le Brent à 55,22 dollars

Les prix du pétrole reculaient hier, les investisseurs renouant avec la prudence alors que les cours du brut évoluent à leur niveau d’avant la pandémie, malgré une demande toujours plombée par les confinements.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars cédait 1,38% à Londres, à 55,22 dollars. Le baril américain de WTI pour le mois de février reculait de son côté de 0,82% à 51,81 dollars.
Le Brent avait ouvert la séance à son plus haut niveau depuis fin février, à 56,39 dollars, avant de reculer. Le WTI avait lui atteint vendredi 52,75 dollars, également un niveau plus vu depuis fin février. En 2020, la demande d’or noir a été plombée par la pandémie de Covid-19 et les confinements qui ont été imposés, limitant les déplacements à travers le monde. «Nos analystes pharmaceutiques estiment que la production mondiale de vaccins contre le Covid-19 devrait atteindre 750 millions de doses par mois en mars.
Nous pensons donc que les restrictions de déplacements vont s’arrêter au deuxième semestre, ce qui dopera la demande de pétrole», jugent les analystes de Morgan Stanley. Autre explication à la hausse des prix, les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs partenaires (Opep+) limitent leur production pour éviter de noyer le marché.

Multimedia