La marche du mardi n’a pas eu lieu : Des tentatives de troubles déjouées

Une journée calme mardi dans les rues de la capitale marquée par une ambiance de veille de l’Aïd. Les magasins sont pris d’assaut, mais au niveau des «fiefs du Hirak», aucune trace de manifestants. Pour le troisième mardi consécutif, la marche des étudiants et citoyens n’a pas eu lieu et le dispositif sécuritaire était très allégé par rapport aux semaines précédentes. Des tentatives de troubles, menées par quelques jeunes, ont été mises en échec. Les services de police déployés notamment dans le cadre du dispositif sécuritaire spécial Aïd El Fitr ont procédé à des interpellations suite au contrôle de quelques personnes qui tentaient d’organiser un rassemblement à la rue Didouche-Mourad, à la Place Audin et à la Place des Martyrs. Des photographes de presse ont été également interpellés. Ces mesures s’inscrivent dans le cadre de l’application des instructions du ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, qui a précisé que les organisateurs des marches sont tenus de présenter auprès des services compétents une déclaration sur laquelle figurent les noms des responsables de l'organisation de la marche et les heures de début et de fin. Le non-respect de ces procédures «dénue la marche de tout caractère légal».
La décision du ministère a été saluée par des citoyens pour lesquels «la règlementation de la marche est une bonne mesure notamment suite à l’infiltration du hirak et le démantèlement de plusieurs réseaux criminels».
Les marches hebdomadaires des étudiants étaient marquées par une faible mobilisation de ces derniers et la participation d’un nombre réduit de citoyens.
Neila B.

Multimedia