Campagne de sensibilisation sur la prévention routière

Les services de sûreté de la wilaya d'Alger ont lancés, dimanche dernier, une campagne de sensibilisation sur la sécurité routière pour ces derniers jours du mois sacré de ramadhan, notamment pour la fête de l'aïd, visant à réduire les accidents de la circulation, plus précisément les chauffeurs des transports de voyageurs (bus de voyageurs et taxis collectifs) pour les sensibiliser sur l'importance du respect du code de la route.  Intervenant à l'occasion du coup d'envoi  de cette campagne de sensibilisation donné depuis la gare routière d'Alger, le chef de cellule d'écoute et d'activités préventives relevant de la circonscription de Dar El Beida, le lieutenant Chergui Amir, a rappelé les efforts de la sûreté nationale consentis pour assurer la sécurité aux citoyens et la préservation de leurs biens et bien-être. Il a indiqué, par ailleurs, que cette campagne est une suite à celle lancée à travers toutes les wilayas du pays depuis le début du mois sacré de ramadhan  sous le signe «Ramadhan sans accidents de la route». Une campagne qui se poursuivra jusqu'à l'Aid El Fitr, avec pour objectif de sensibiliser les conducteurs à l'importance du respect du code de la route et l’impératif d'éviter la conduite dangereuse qui est à l'origine de nombreux accidents et qui met en danger leur vie et celle des autres. «Les chauffeurs de transport de voyageurs doivent être responsables des voyageurs qui les accompagnent. Ils ne doivent pas mettre en danger leur vie en abusant de l’excès de vitesse», a-t-il souligné. Ces compagnes de sensibilisation menées par les services de la sûreté nationale sont un rappel aux citoyens mais surtout aux conducteurs sur la gravité du phénomène, c’est aussi une manière de vulgariser les mesures de prévention. 

2% seulement des taxieurs sont touchés  par les accidents de la route 

Pour sa part, le responsable de l'union nationale des chauffeurs de taxis, Aziouez Boukarou, est revenu sur les entraves quotidiennes auxquelles font face les chauffeurs de taxis, notamment l'état dégradé des routes, particulièrement en période hivernale, qui sont, selon lui, la première cause des accidents mortels. Ajoutant à cela le diktat des camions qui constituent également l’une des causes d'accidents et de mortalité, surtout sur les routes de long trajet. «On assiste quotidiennement à des jeunes conducteurs de camions qui font la course sur les routes. Ils sont les premiers responsables des accidents», a-t-il déploré, en précisant que les statistiques révèlent que les accidents ne touchent pas beaucoup les chauffeurs de taxis, avec seulement 2% concernés car ils sont «des spécialistes de lignes, des professionnels qui connaissent bien les routes». L’intervenant a lancé, par ailleurs, un appel aux services de prévention routière pour le rétablissement de la coordination avec la corporation des chauffeurs de taxis pour leur fournir des informations sur les «points noirs» existants sur les routes pour permettre aux chauffeurs de les éviter.
Kafia Aït Allouache  

Multimedia