Séminaire à Ouargla : Le Sud-est a contribué efficacement à l’armement de la Révolution

La région du sud-est du pays a contribué efficacement à l'approvisionnement de la glorieuse Révolution en armes, ont affirmé les participants à une journée d'étude sur «l'action et l'organisation de la guerre de libération de 1956 à 1962 dans la région du Sud-est», tenue mercredi à Ouargla à l'initiative de la direction régionale de la Communication, de l'Information et de l'Orientation de la 4e Région militaire.
Ouverte au nom du commandant de la 4e RM par le commandant-adjoint de cette région, le Général-major Mohamed Tayeb Brakni, cette journée a donné lieu à une série de communications et d'interventions animées par des universitaires et chercheurs. Les intervenants ont mis en avant «la contribution efficace de la région du sud-est du pays à l'approvisionnement de la guerre de libération en armes acheminées de l'étranger.
L'enseignant Mohamed Said Aguieb, de l'Université d'El-Oued, a indiqué, dans sa communication intitulée «Le rôle de la wilaya VI historique durant la guerre de libération», que «le Sud-est du pays s'est largement impliqué dans les actions d'armement de la guerre de libération, en procédant, avant et durant la Révolution du 1er Novembre 1954, à l'acheminement d'armes destinées à soutenir la lutte contre le colonialisme».
Il a ajouté qu'eu égard au nombre croissant de moudjahidine ayant rejoint et renforcé les rangs de l'Armée de libération nationale (ALN), il s'était avéré nécessaire d'accroitre les lots d'armes pour faire face à l'armée coloniale, forte en effectifs et matériels.
Selon le conférencier, les instances dirigeantes de la Révolution se sont attelées, face à cet état de fait et sur la base de plans militaires, à la protection des caravanes d'acheminement d'armes.
«La Révolution dans le sud-est du pays à la lumière de documents d'histoire et d'écrits locaux» est la communication animée par Mohamed Said Boubekeur (Université de Ghardaïa), qui a mis en exergue «la profondeur dans le sud du pays de la plupart des grands mouvements insurrectionnels populaires contre le colonialisme français, à l'instar des résistances de Cheikh El-Mokrani et de l'Emir Abdelkader qui a atteint la contrée de Laghouat.
D'après différents documents historiques, la région du Sud-Est a joué un rôle déterminant dans la question de l'armement», a encore souligné l'intervenant.
Lakhdar Aouarib, de l'Université d'Ouargla, a, pour sa part, signalé, dans un exposé sur «le rôle de la région d'Ouargla dans l'approvisionnement de la révolution en armes», que «Ouargla a abrité 14 conseils révolutionnaires, dont chacun comprenait une cellule d'acheminement d'armes, de recrutement et de financement».
L'intervenant a relaté aussi que «les moudjahidine ont utilisé plusieurs artifices pour l'acheminement d'armes, dont la dissimulation des armes dans les chargements de dattes destinées à être commercialisées dans d'autres régions du pays». Inscrite dans le cadre du programme annuel (2020/2021) de préparation des structures et unités de la 4e RM, la rencontre, organisée au cercle de l'Armée nationale populaire de la 4e RM, s'est déroulée en présence d'universitaires et chercheurs s'intéressant à l'Histoire du mouvement national.

Multimedia